Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Un discours de Mme Freeland sur l'escalade de la guerre et les dépenses militaires est interrompu

Aujourd’hui, j’ai interrompu la vice-première ministre Christina Freeland lors d’une conférence de presse pour lui demander si elle était belliciste. Je l’ai critiquée pour avoir consacré un demi-milliard de dollars, dans le budget de la semaine dernière, à de nouvelles armes pour combattre la Russie. J’ai également remis en question son soutien à l’expansion de l’OTAN et son incapacité à soutenir les accords de Minsk pour une solution négociée à cette monstrueuse guerre.

tiré du twitter d’Yvese Engler | envoio de Normand Beaudet

Profitant de la grande tribune accordée au ministre des Finances, Mme Freeland a appelé à l’escalade de la guerre lors de son récent discours sur le budget. "Les démocraties du monde - y compris la nôtre - ne seront en sécurité que lorsque le tyran russe et ses armées seront entièrement vaincus", a-t-elle déclaré. Bien que l’invasion de la Russie soit illégale et horrible, il s’agit d’un appel à la guerre nucléaire puisque "vaincre" l’armée russe entraînerait probablement une réponse nucléaire.

Mme Freeland a joint l’argent des Canadiens à sa parole. Dans un geste sans précédent, elle a affecté un demi-milliard de dollars au financement d’armes destinées à l’Ukraine (en plus des 90 millions de dollars d’armes "offensives" annoncés et livrés depuis la fin février).

Bien avant l’invasion russe du 24 février, Freeland a encadré les combats qui couvent dans l’est de l’Ukraine comme une bataille mondiale entre le bien et le mal. En novembre 2019, elle a déclaré que l’Ukraine était à "l’avant-garde de la lutte entre la démocratie et l’autoritarisme" et que "l’Ukraine moderne est le pays où la lutte est en cours et où l’avenir de l’ordre international fondé sur des règles et de la véritable démocratie dans le monde sera déterminé."

Tout au long de ses sept années au cabinet, Mme Freeland s’est ouvertement opposée à tout réchauffement des relations avec la Russie. Des décennies avant de devenir députée, Mme Freeland a fait campagne pour l’éclatement de l’Union soviétique. Lors d’une visite en 1989, rapporte le Globe and Mail, Freeland "a remis de l’argent, du matériel d’enregistrement vidéo et audio, et même un ordinateur personnel à ses contacts en Ukraine". Le soutien de Freeland aux forces nationalistes et antisocialistes lui vaut d’être suivie par le KGB et d’être qualifiée par la presse de "nationaliste bourgeoise antisoviétique".

La famille de Freeland est composée de nationalistes purs et durs. Son grand-père, Michael Chomiak, était un propagandiste nazi ukrainien pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce n’est pas seulement sur l’Ukraine que Freeland est bel et bien faucon. Lors d’une visite en Israël en 2018, elle a annoncé que si le Canada obtenait un siège au Conseil de sécurité des Nations unies, il agirait comme un "atout pour Israël" au sein du Conseil. En 2020, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a souligné que la politique du gouvernement Trudeau à l’égard du Venezuela a pris un virage nettement belliqueux après que Freeland a remplacé Stéphane Dion au poste de ministre des Affaires étrangères en janvier 2017. Freeland a aidé à établir le Groupe de Lima et a participé à une demi-douzaine de réunions de la coalition gouvernementale anti-vénézuélienne. Selon le Globe and Mail, "Freeland a parlé avec Juan Guaidó pour le féliciter d’avoir unifié les forces d’opposition au Venezuela, deux semaines avant qu’il ne se déclare président par intérim" en janvier 2019.

Lorsque Freeland est devenue ministre des Affaires étrangères, l’ambassade des États-Unis à Ottawa a envoyé un mémo au Département d’État à Washington intitulé "Le Canada adopte une politique étrangère "America First"." Découvert grâce à une demande de liberté d’information de Jay Watts, le câble largement expurgé conclut que Trudeau a promu Freeland "en grande partie en raison de ses solides contacts avec les États-Unis" et que sa "priorité numéro un" était de travailler en étroite collaboration avec Washington.

En lançant un examen de la politique étrangère en juin 2017, Freeland a fait l’éloge du "rôle surdimensionné" des États-Unis dans les affaires mondiales depuis la Seconde Guerre mondiale. "Le Canada est reconnaissant, et le sera toujours, à notre voisin pour le rôle hors norme qu’il a joué dans le monde", a-t-elle noté. "Et nous cherchons et continuerons à chercher à persuader nos amis que le maintien de leur leadership international est tout à fait dans leur intérêt national - ainsi que dans celui du reste du monde libre."

Mme Freeland essaie d’entraîner le Canada sur une voie dangereuse. Nous devons l’arrêter.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...