Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

France

Union nationale ? Pas en notre nom !

Un appel à manifester dimanche intitulé « Assassinat d’Hervé Gourdel : les djihadistes ne nous diviseront pas » a été lancé par SOS Racisme suite à l’initiative du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Il est rejoint par une grande partie de la gauche, aux côtés de BHL et de personnalités de droite.

L’assassinat d’Hervé Gourdel est révoltant, insupportable comme le sont l’ensemble des atrocités commises par l’Etat islamique que ce soit contre les Chrétiens d’Irak et de Syrie, les yézidis, les juifs, les musulmans, les Kurdes, les occidentaux, blancs, noirs…Leur terrorisme sanglant et barbare vise les peuples du Moyen-Orient auxquels ils veulent imposer leur dictature en dressant un fossé de sang entre eux et le reste du monde, entre eux et les puissances occidentales.

Cette violence extrême alimente les racistes qui, ici, voudraient aussi nous couper du monde en flattant le nationalisme et la xénophobie.

Il faut bien sûr les dénoncer, les combattre.

Les musulmans n’ont pas à se justifier des crimes commis par les forces djihadistes. Il n’y a pas de responsabilité collective. Les musulmans ne sont pas plus responsables des actes barbares de Daesh qu’ils ne devraient se sentir en tant que citoyens français, collectivement responsables des guerres menées par nos gouvernants en Irak qui ont mis le pays à feu et à sang, de l’occupation militaire qui a suivi ou de la politique de division des populations par les grandes puissances.

Non seulement nous n’en sommes pas responsables mais nous les avons combattues et les dénonçons comme nous dénonçons les décennies de domination coloniale imposée aux peuples du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie.

A l’origine de l’État islamique, il y a la folle, meurtrière et barbare politique des grandes puissances dont la France et son État qui ont aidé ou composé avec les dictatures comme celle d’Assad en Syrie qui a massacré plus de 200 000 civils.

Aujourd’hui, le gouvernement français engagé dans une nouvelle guerre en Irak voudrait obtenir l’union nationale derrière sa politique en manipulant l’opinion légitimement révoltée par l’assassinat d’Hervé Goudel et les atrocités commises par l’EI. Mais cette nouvelle guerre aura, en pire, les mêmes résultats que les deux précédentes, le chaos, la misère, des souffrances sans nom pour les populations.

Alors, le NPA ne sera pas de l’union nationale aux côtés de ceux qui sèment la misère et la guerre pour maintenir la domination des multinationales sur les peuples.

Les travailleurs, les classes populaires de ce pays n’ont aucune raison de laisser faire cette guerre en leur nom. Ils en ont en revanche beaucoup de se dresser contre le racisme, la xénophobie, les enfants monstrueux du nationalisme et du chauvinisme.

Nous ne serons pas de celles et de ceux qui manifesteront aux côtés des va-t-en-guerre à la sauce BHL qui se taisaient quand Israël bombardait Gaza en semant la mort et la terreur.

Ce ne sera pas en notre nom.

NPA, Montreuil, le 26 septembre [1]


[12014

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...