Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Accessibilité aux soins de santé - Khadir dénonce le sabotage par l'establishment médical

QUÉBEC, le 9 décembre 2010 - Le député de Québec solidaire accuse l’establishment médical de s’adonner à un sabotage systématique des efforts visant à améliorer l’accessibilité des soins de première ligne. Il enjoint le Ministre de la santé à affronter ces résistances avec plus de vigueur.

« Il y a pénurie de la main d’œuvre et la répartition des effectifs n’est pas efficiente, constate M. Khadir. Or une partie de l’establishment médical établit des profils de pratique pour maximiser le revenu des médecins plutôt que les services à la population. Pire : on sabote systématiquement toute tentative de mieux intégrer les médecins diplômés à l’étranger, on freine la pratique des superinfirmières et celle des sages femmes en maison de naissance. »

Résistance systématique

Le député solidaire rappelle que les départements d’obstétrique sont en crise au Québec où 25 % des femmes n’ont pas accès à un suivi lors du premier trimestre de leur grossesse. La politique de périnatalité 2008-2018 du gouvernement prévoit faire passer de 2% à 10% les naissances qui se déroulent avec l’aide des sages-femmes et en maisons de naissance. Mais le Québec n’en compte encore que onze. Les résultats concrets se font attendre depuis 20 ans.

Selon Amir Khadir, « aucun argument ne peut justifier le retard dans la mise en œuvre de cette politique. Le besoin est là : une femme sur quatre veut accoucher en maison de naissance ou à domicile et il faut respecter ce choix. » Les maisons de naissances s’avèrent plus économiques que les salles d’hôpital et permettent d’améliorer le suivi des grossesses. Le sous-financement du système de santé freine ces initiatives, mais la résistance provient aussi du Collège des médecins, qui a pris le contrôle de l’évaluation de la formation.

L’accueil de médecins diplômes à l’étranger, une autre voie pour amoindrir les problèmes d’accès au services de santé, rencontre aussi une résistance systémique. La Commission de droits de la personne et de la jeunesse rapporte en effet que « les médecins diplômés hors du Canada et des États-Unis font l’objet d’un traitement discriminatoire sur la base de leur origine ethnique » quand vient le temps d’obtenir le droit de pratiquer au Québec.

En outre, l’implantation des infirmières praticiennes (superinfirmières) a fait ses preuves ailleurs comme moyen d’assurer des services de première ligne rapides, de qualité et à moindre coût. Or, le reportage diffusés le 18 novembre dernier par l’émission Enquête montre les obstacles dressé par le Collège des médecins dans leur implantation au Québec. Cette résistance a eu comme conséquence l’imposition d’exigences uniques pour les programme de formation et un champ de pratique plus restreint que ce qui se fait ailleurs. Dans ce dossier, le ministre Bolduc a déclaré vouloir éviter la confrontation et favoriser le consensus.

Mettre le poing sur la table

« Dans pareil contexte, le temps de la diplomatie discrète et passé et le ministre Bolduc doit mettre le poing sur la table et les points sur les "i", plaide Amir Khadir. On ne peut plus tolérer que des mesures visant le bien-être de la population soient bloquées par des résistances et les réflexes corporatistes de certains médecins. Deux millions de québécois sont sans médecins de famille : il y a urgence d’agir. Et en situation d’urgence, comme doit le savoir M. Bolduc, une approche timorée est une garantie d’échec. »

Renseignements :

Christian Dubois 418 529-7410

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...