Édition du 6 décembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

LE 29 SEPTEMBRE, ENSEMBLE, CHANGEONS LA DONNE !

Augmentez les salaires pas l’âge de départ à la retraite !

Nous publions un tract de la CGT appelant à la manifestation du 29 septembre 2022. La a CGT a revendiqué, pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle depuis la rentrée, « plus de 250 000 » participant-e-s dans près de 200 manifestations en France. Selon Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, c’était « un premier avertissement au gouvernement et au patronat pour que s’engagent rapidement des négociations salariales ».

tiré du site de la Confédération Générale du Travail (CGT)

L’inflation s’élève à 6,8 % sur un an et pourrait approcher les 10 % d’ici à la fin de l’année. Selon le ministère du Travail (Dares), en euros constants, les salaires ont baissé de 2,3 % pour les ouvrier·ère·s, de 2,6 % pour les employé·e·s et de 3,7 % pour les professions intermédiaires et les cadres ! Pendant que les prix flambent, et menacent la capacité de nombreux·ses salarié·e·s, retraité·e·s, privé·e·s d’emploi à vivre décemment, la fortune des plus riches explose. Les dividendes versés aux actionnaires ont progressé de 32,7 % en un an !

Les bénéfices du CAC 40 au 1er semestre 2022 s’élèvent à 72,9 milliards d’euros, soit 53% d’augementation par rapport au 1er semestre 2019 !

Dans de nombreux lieux de travail, les salarié·e·s se mobilisent et gagnent des augmentations générales de salaires. Au lieu d’augmenter le Smic, au lieu de prendre des mesures contraignantes pour obliger les employeurs à augmenter les salaires, le gouvernement répond par des primes et des « chèques inflation », sous condition de ressources. Résultat : des mesures ponctuelles et insuffisantes, qui excluent une partie des salarié·e·s et fragilisent les ressources de notre système de Sécurité sociale. Pire, le gouvernement a décidé de jouer la provocation en augmentant l’âge de départ à la retraite ! Il est même prêt à un passage en force en intégrant cette disposition dès cet automne dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Le sujet est grave et vient se rajouter aux attaques sur les droits à l’assurance chômage. Alors que notre système de retraites n’est pas en péril, l’objectif est clair : réduire le montant des pensions en allongeant la durée d’activité des travailleurs et travailleuses. Le Medef ne demandait pas mieux ! Clairement, le gouvernement veut nous faire payer une crise économique dont il est le principal responsable, tout en protégeant les profits et les dividendes des actionnaires et des grands patrons.

LES NON-DITS DE LA RETRAITE

• 37 % des retraité·e·s perçoivent une pension de droit directe inférieure ou égale à 1000 € brut par mois.

• Le seuil de pauvreté est de 1 102 euros par mois.

• 38 % des personnes de plus de 60 ans sont aujourd’hui en emploi. Reporter encore l’âge de départ ferait chuter les pensions qui sont déjà de plus en plus faibles du fait des précédentes réformes.

• L’espérance de vie en bonne santé stagne à 64 ans en moyenne. Montreuil r

La CGT revendique :

  • Le retour à une retraite à taux plein à 60 ans, avec un taux de remplacement minimum de 75 %.
  • Une indexation des pensions sur les salaires et non sur les prix.
  • L’ouverture ou la réouverture immédiate des négociations salariales dans les branches, entre - prises et administration publique pour l’augmen - tation de l’ensemble des salaires.
  • Un Smic à 2000 euros brut par mois, soit 15 euros de l’heure sur une base de 32 heures par semaine.
  • Une augmentation automatique de tous les salaires dès lors que le Smic est revalorisé (réta - blissement de l’échelle mobile des salaires).

Pour financer le retour de la retraite à 60 ans, la CGT propose notamment :

  • 2,4 % d’emplois en plus = 9 milliards de cotisa - tions en plus ;
  • une augmentation générale des salaires de 3,5 % rapporterait 6,5 milliards d’euros ;
  • l’augmentation du point d’indice dans la fonction publique dégagerait 6 milliards d’euros ;
  • imposer l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes rapporterait 5,5 milliards d’euros ;
  • supprimer les aides publiques aux entreprises, sans conditionnalité ou contrepartie, rapporte - rait plus de 150 milliards d’euros ;
  • soumettre à cotisations sociales les dividendes pourrait rapporter 20 milliards d’euros.

Par notre mobilisation, nous avons gagné en 2020 l’abandon du projet de retraite à points. 70 % des Français·e·s sont opposé·e·s au report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. Une majorité est même favorable à la retraite à 60 ans.

Plusieurs organisations syndicales appellent à faire grève et à manifester le 29 septembre.

Dans de nombreux secteurs, les grèves s’annoncent d’ores et déjà massives. La mobilisation de chacune et chacun peut changer la donne, soyons au rendez-vous !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...