Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Solidarité internationale

Criminalisation des critiques à l'endroit du gouvernement israélien - Le gouvernement Harper s'en prend à la liberté d'expression (QS)

MONTRÉAL, le 11 mai 2015 - Manon Massé, députée de Québec solidaire et de Sainte-Marie-Saint-Jacques, est abasourdie d’apprendre que le gouvernement Harper souhaiterait utiliser les lois canadiennes encadrant la propagande haineuse pour museler les opposants pacifiques aux politiques israéliennes, notamment ceux qui appellent au boycott des produits israéliens. « Ce gouvernement aimerait pouvoir les accuser d’antisémitisme, alors qu’on parle de pressions économiques sur le régime politique israélien. Dans quel régime de censure vivons-nous ? », questionne Mme Massé.

En 2005, était lancée une campagne internationale de « Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) », pour amener Israël à mettre fin au système d’apartheid auquel est soumis la population palestinienne. Québec solidaire fait partie des milliers d’organisations qui ont appuyé cette campagne à l’échelle internationale. Depuis des décennies, malgré les appels de l’ONU, d’Amnistie internationale, de Human Rights Watch et de nombreux récipiendaires du Nobel de la paix, dont Nelson Mandela, Israël refuse de se conformer au droit international.

« Si le gouvernement Harper est logique avec lui-même, il les accuserait tous d’être antisémites. Ça n’a aucun sens. Rappelons que si l’apartheid sud-africain est tombé, c’est notamment à la suite d’une campagne internationale de boycott des produits sudafricains, à laquelle la population canadienne a grandement participé. Nous voyons bien, avec le projet du gouvernement fédéral, que la campagne de boycott des produits israéliens atteint son but et en dérange plus d’un », continue Manon Massé. 

La députée admet que critiquer Israël dans l’espace publique est une question épineuse. « Or, le propre de la démocratie est de débattre. Les critiques et désaccords sont normaux et souhaitables. En démocrates, nous défendrons de tout cœur cette liberté de débattre. Nous croyons aussi en ce moyen économique et pacifique que constitue un boycott. Criminaliser ces pratiques, en les qualifiant d’appel à la haine envers le peuple juif, est très grave », termine Mme Massé.

Sur le même thème : Solidarité internationale

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...