Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

En quête d'une réelle reconnaissance - Manifestation de l'APTS à Sherbrooke

SHERBROOKE, QC, le 17 mars 2022 - Plus de 150 membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont manifesté devant le bureau de la députée caquiste Geneviève Hébert ce matin à Sherbrooke pour réclamer une réelle reconnaissance du travail de l’ensemble des salarié·e·s du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS). Alors que la pandémie semble s’essouffler, le gouvernement a tôt fait d’oublier que l’attraction et la rétention du personnel du RSSS demeurent essentielles pour offrir des services accessibles et de qualité à la population.

Des articles publiés récemment mentionnaient par exemple que le CIUSSS de l’Estrie - CHUS redoute une nouvelle pénurie de main-d’œuvre au courant de l’été. « Dans la même semaine, le gouvernement a affirmé qu’il voulait mettre fin aux primes visant l’attraction et la rétention du personnel de la santé, tout en prolongeant sa mainmise antidémocratique sur nos conventions collectives. Manifestement, ce gouvernement n’a pas su écouter le son de cloche et les préoccupations des syndicats ou même des principaux établissements de santé », dénonce Robert Comeau, le président de l’APTS.

Alors que l’APTS représente près de 5 000 professionnel·le·s et technicien·ne·s dans la région de l’Estrie, on dénombre 1 000 départs au cours des deux dernières années. « La rétention du personnel est un enjeu majeur pour être en mesure d’offrir les soins et les services sociaux auxquels la population est en droit de s’attendre. Nous avons dénoncé cette semaine le fait que des membres aient vu leurs vacances estivales limitées par l’employeur afin de maintenir un niveau de service acceptable. En imposant cette approche restrictive, l’employeur ne fait qu’empirer la situation », avertit Danny Roulx, représentant national de l’APTS en Estrie.

Plusieurs titres d’emploi doivent par ailleurs mener des luttes particulières pour faire reconnaître leur expertise et l’importance de leur travail. C’est le cas notamment des coordonnateurs techniques en génie biomédical,qui attendent depuis 2008 que le statut de leur rémunération soit enfin réglé, et des physiothérapeutes, qui réclament depuis 2011 que l’exigence de la maîtrise soit pleinement reconnue dans leur rémunération. « Dans tous les secteurs, nos membres nous rapportent la même attitude autoritaire du gouvernement qui les démobilise », s’inquiète Robert Comeau.

En quête d’une réelle reconnaissance pour tous les titres d’emploi du RSSS, les manifestant·e·s ont donc appelé Geneviève Hébert, députée de Saint-François, à affirmer publiquement que :

1- Toute modification aux conventions collectives des salarié·e·s du RSSS doit se faire avec l’accord des syndicats ;

2- le secteur public doit rester un employeur de choix avec des conditions de travail plus attrayantes que le privé afin de recruter et de retenir les meilleurs éléments.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...