Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Itinérance

Exemption des personnes en situation d'itinérance du couvre-feu - Le milieu communautaire et les partis d'opposition appellent François Legault à entendre raison

MONTRÉAL, le 25 janv. 2021 - Dans le cadre d’une initiative conjointe hors du commun, les porte-parole en matière d’itinérance des trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont joint leurs voix à plusieurs organismes œuvrant sur le terrain auprès des personnes en situation d’itinérance afin de réclamer l’exemption de ces personnes du couvre-feu actuellement en vigueur au Québec.

Réunis dans le cadre d’une conférence de presse virtuelle ce matin, le Réseau SOLIDARITÉ Itinérance du Québec (RSIQ), le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), le Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec (RAIIQ) et le Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO) ont appelé le premier ministre François Legault à entendre l’appel unanime des groupes sur le terrain et à décréter dès maintenant une exemption au couvre-feu applicable à toutes les personnes en situation d’itinérance.

La députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de lutte à la pauvreté et de solidarité sociale, Paule Robitaille, le député d’Hochelaga-Maisonneuve et responsable du deuxième groupe d’opposition en matière de lutte à l’itinérance, Alexandre Leduc, et le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de services sociaux, Joël Arseneau, ont également pris part à la conférence de presse et appuyé unanimement cette demande du milieu communautaire, qui jouit par ailleurs d’un appui fort dans l’opinion publique.

Citations

« Comme mentionné dans notre politique nationale de lutte à l’itinérance, au Québec, il existe une norme sociale qui nous pousse à tolérer l’intolérable. Nous en avons ici un exemple flagrant. Nous en arrivons même à tolérer les impacts nuisibles qu’entraine le couvre-feu sur les personnes en situation d’itinérance. Ensemble, brisons cette norme et cessons de tolérer l’inacceptable. »
- Boromir Vallée Dore, coordonnateur du Réseau SOLIDARITÉ Itinérance du Québec (RSIQ)

« En plus de son caractère discriminatoire, le couvre-feu appliqué à l’égard des personnes en situation d’itinérance représente une menace directe à la santé et à la sécurité de celles et ceux pour qui la rue demeure la seule option possible. »
- Annie Savage, directrice du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)

« À Gatineau, bien qu’il n’y ait pas eu de contraventions pour les personnes en situation d’itinérances, nous vivons tout de même plusieurs enjeux générés par le couvre-feu, ce qui nous montre que la source des problèmes n’est pas les constats d’infractions, mais plutôt l’absence d’exemption. »
- Mélissa Roy, du Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO)

« Tous les acteurs sur le terrain le disent, ce couvre-feu fait mal à la population itinérante. Il n’est pas adapté à leur réalité. Il les met en danger. On a vu ces derniers jours les conséquences tragiques d’une telle mesure. Le gouvernement de la CAQ doit avoir l’humilité de reconsidérer sa décision et de les exempter du couvre-feu. C’est une question de dignité humaine, de gros bon sens, de sensibilité à la réalité de ces gens très vulnérables. On ne s’improvise pas itinérant. »
- Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de lutte à la pauvreté et de solidarité sociale

« Je me rappelle presque avec nostalgie le François Legault du débat des chefs de 2018 qui avait dit : « Je ne suis pas parfait, je fais des erreurs ». Force est de constater que deux ans plus tard, cette belle humilité est disparue. Sur l’exemption des personnes itinérantes du couvre-feu, le premier ministre s’est trompé, tout le monde le constate. Qu’il retrouve cette humilité avant la prise du pouvoir et qu’il entende le consensus social et politique. »
- Alexandre Leduc, député d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’itinérance

« Pour le premier ministre, l’équation semble simple, les personnes sans-abris dehors après 20 h devraient prendre place dans des refuges d’urgence. À nos yeux, c’est un manque de sensibilité, mais aussi une méconnaissance des réalités que peuvent vivre les personnes en situation d’itinérance qui a de graves conséquences. Il est grand temps pour le gouvernement d’entendre le cri du cœur des organismes, des experts juridiques qui ont multiplié leurs avis dans les deux dernières semaines, mais aussi des 20 000 signataires de la pétition que nous avons soutenue. »
- Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de services sociaux

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Itinérance

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...