Édition du 26 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

« Facing the Anthropocene » : une actualisation

J’ai écrit Facing the Anthropocene. Fossil Capitalism and the Crisis of the Earth System (publié en juillet 2016 par Monthly Review Press) pour aider à combler le fossé entre la science du système terrestre et l’écosocialisme, afin de montrer aux socialistes pourquoi ils doivent comprendre l’Anthropocène, et aux scientifiques du Système terrestre pourquoi ils doivent comprendre le marxisme écologique.

Paru sur le site Alencontre
26 novembre 2020

Par Ian Angus

Lorsque Facing the Anthropocene a été publié en 2016, il reflétait, au mieux de mes capacités, l’état des connaissances scientifiques et du débat à l’époque. Mais le monde ne s’arrête pas là, et il peut donc être utile de présenter quelques développements récents importants de la science de l’Anthropocène dans les deux principaux domaines concernés : la géologie, qui s’est surtout attachée à définir formellement la nouvelle époque, et la science du Système Terre, qui étudie les changements biologiques, chimiques et physiques globaux qui remodèlent les conditions de vie sur cette planète.
Formalisation

Les géologues ont divisé les 4,5 milliards d’années de la Terre en une hiérarchie d’éons [division des temps géologiques regroupant plusieurs ères], d’ères, de périodes, d’époques et de divisions d’âges qui reflètent les changements majeurs des conditions et des formes de vie dominantes sur Terre, telles qu’elles sont révélées dans les strates géologiques. Les procédures de modification de l’échelle des temps géologiques, élaborées sur deux siècles, sont rigoureuses et longues : il n’est pas rare qu’un changement proposé soit étudié et débattu pendant des décennies avant qu’une décision ne soit prise.

En 2016, une nette majorité au sein du groupe de travail sur l’Anthropocène était favorable à la reconnaissance d’une nouvelle époque, mais il fallait plus spécifiquement des preuves stratigraphiques avant qu’une proposition officielle puisse être faite aux organes directeurs de la géologie, où un vote à la majorité de 60% est nécessaire pour approuver tout changement de l’échelle des temps géologiques. Les recherches ultérieures ont porté sur deux questions.

Quand l’Anthropocène a-t-il commencé ? En mai 2019, après une évaluation approfondie des multiples possibilités, 88% des membres du groupe de travail sur l’Anthropocène ont voté pour qu’une nouvelle époque commence au milieu du XXe siècle. C’était un vote contraignant, donc d’autres possibilités sont maintenant hors de question.
Quelle preuve physique dans les strates géologiques – connue officieusement sous le nom de « pic doré » – est le meilleur indicateur du nouveau point de départ de la nouvelle époque ? De nombreuses possibilités sont envisagées, chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, une étude de 2018 examine de multiples exemples de « dépôts anthropocènes » rien qu’en Angleterre, notamment des retombées radioactives, des plastiques, des cendres provenant de combustibles fossiles, du béton et divers polluants chimiques qui laissent des traces durables et facilement identifiables. Tous étaient rares ou inexistants avant la Seconde Guerre mondiale, et tous ont été largement déposés depuis. [1]

Un autre article récent propose les restes de poulets de chair modernes, qui sont « morphologiquement, génétiquement et isotopiquement distincts des poulets domestiques d’avant le milieu du XXe siècle… [et] symbolisent de façon frappante la transformation de la biosphère pour s’adapter à l’évolution des modes de consommation humaine, et montrent un potentiel évident pour être une espèce marqueur biostratigraphique de l’Anthropocène. » [2]

Un « pic doré » doit identifier sans ambiguïté le début de la nouvelle époque et doit être accessible pour être étudié par les géologues, maintenant et à l’avenir. Le choix d’un « pic doré » qui sera accepté par les géologues du monde entier – une communauté qui est scientifiquement conservatrice en ce qui concerne les changements d’échelle de temps – nécessitera des recherches géologiques détaillées. Le président du groupe de travail sur l’anthropocène, Jan Zalasiewicz, décrit ce travail comme « vaste, minutieux et coûteux » et déclare qu’« il faudra probablement attendre fin 2022, au plus tôt, pour que les données soient collectées et rassemblées afin que la proposition puisse être formulée correctement » [3]. La pandémie Covid-19 pourrait bien sûr retarder encore ce processus.
Au-delà de la géologie

Il est important de garder à l’esprit que les débats sur l’acceptation formelle de l’Anthropocène sont spécifiques à la géologie. Dans d’autres sciences de la Terre, l’idée qu’une nouvelle étape qualitative de l’histoire de la planète a commencé est maintenant largement acceptée et est devenue un élément clé de l’analyse du changement global.

En 2018, par exemple, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a déclaré que le « contexte général » de son rapport sur l’impact du réchauffement de 1,5°C est que « l’influence humaine est devenue un agent principal de changement sur la planète, faisant passer le monde de la période relativement stable de l’Holocène à une nouvelle ère géologique, souvent appelée Anthropocène. La réponse au changement climatique dans l’Anthropocène nécessitera des approches qui intègrent de multiples niveaux d’interconnectivité à travers la communauté mondiale. » [4]

Selon le GIEC, « l’Anthropocène offre une compréhension structurée de l’aboutissement des relations passées et présentes entre l’homme et l’environnement et permet de mieux visualiser l’avenir afin de minimiser les pièges, tout en reconnaissant la responsabilité et l’opportunité différenciées de limiter le réchauffement climatique et d’investir dans des perspectives de développement durable résistant au climat. » [5]

De telles déclarations marquent une avancée importante dans l’approche du GIEC en matière de changement climatique, allant au-delà de cette seule (très importante) question pour la considérer comme faisant partie de l’urgence mondiale qui menace la relation métabolique de la société avec le reste du système terrestre – question centrale dans la science anthropocène.
La science anthropocène blâme-t-elle toute l’humanité ?

Dans l’annexe de Facing the Anthropocene, j’ai montré que les scientifiques du système terrestre ont rejeté à plusieurs reprises les affirmations selon lesquelles « tout le monde est responsable » du changement climatique. Mais, apparemment parce que le mot Anthropocène est dérivé du grec anthropos, qui signifie « être humain », certains critiques continuent d’accuser la science Anthropocène de blâmer l’humanité entière pour la crise environnementale mondiale. Certains prétendent même que nommer la nouvelle époque Anthropocène fait partie d’un effort délibéré pour détourner l’attention de la responsabilité du capitalisme.

Ceux qui le croient encore devraient lire deux articles scientifiques récents.

En août 2018, d’éminents scientifiques de l’Anthropocène ont écrit : « Les différentes sociétés du monde ont contribué de manière différente et inégale aux pressions exercées sur le système terrestre et auront des capacités variées pour modifier les trajectoires futures ». Dans leur section d’informations complémentaires, ils ajoutent : « le milliard de personnes les plus riches produisent 60% des GES [gaz à effet de serre] alors que les trois milliards les plus pauvres n’en produisent que 5%. » [6]
De manière encore plus décisive, Will Steffen, qui a dirigé les programmes de recherche qui ont identifié et défini l’Anthropocène, a directement contesté l’affirmation courante selon laquelle la croissance démographique est un moteur majeur de la Grande Accélération. Dans un ouvrage publié en 2019 par les membres du groupe de travail sur l’Anthropocène, il a souligné que « la quasi-totalité de la croissance démographique de 1950 à 2010 s’est produite dans les BRICS [Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud] et les pays pauvres… [et] en 2010, les 18% de la population mondiale qui vivent dans les pays de l’OCDE représentaient 74% de l’activité économique mondiale ». Il a conclu que « les capitalistes industriels des pays riches, et non “l’humanité dans son ensemble”, sont largement responsables de l’Anthropocène, comme le montrent les schémas de la Grande Accélération. » [7]

Ces analyses écosocialistes ne sont peut-être pas parfaites, mais elles font certainement exploser le mythe selon lequel la science de l’Anthropocène blâme tout le monde. Mettons fin à cette confusion.
Vers une Terre serre chaude ?

La recherche continue dans la science du système terrestre produit de plus en plus de preuves confirmant, comme l’écrivait l’écologiste radical Barry Commoner il y a cinquante ans, que « le système de production actuel est autodestructeu ; le cours actuel de la civilisation humaine est suicidaire ». Voici quelques exemples tirés d’études récemment publiées :

Le réchauffement de la planète : Les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées ont été 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
La biodiversité : les populations d’insectes terrestres ont diminué de 25% depuis 1990.
Océan Arctique : la couverture de glace d’été diminue de près de 13% par an.
Les poissons : environ 90% des populations de poissons marins sont aujourd’hui pleinement exploitées, surexploitées ou épuisées.
Destruction des terres : selon les endroits, les sols fertiles sont érodés entre dix et cent fois plus vite que les nouveaux sols ne peuvent se former.
La déforestation : en moyenne, une zone de couverture forestière de la taille du Royaume-Uni a été perdue chaque année de 2014 à 2018.

Cette liste pourrait être étendue à l’infini : presque chaque partie de la biosphère se dégrade à un rythme sans précédent. Mais l’Anthropocène implique plus qu’une accumulation de problèmes environnementaux. Il s’agit d’une crise du système terrestre – une perturbation des processus biologiques, chimiques et physiques mondiaux qui interagissent constamment et dans lesquels une modification d’une partie quelconque peut affecter le reste. Certaines des plus importantes recherches actuelles se concentrent sur le potentiel de déstabilisation réciproque des processus soumis au stress climatique, ce qui entraîne des cascades de rétroaction susceptibles de perturber l’ensemble du système.

Un rapport de 2018 signé par seize des plus grands scientifiques du système terrestre a examiné les effets possibles du réchauffement climatique sur les cycles complexes et les rétroactions qui façonnent l’ensemble de la planète. Ils ont identifié dix processus qui ont un impact global et qui pourraient être radicalement accélérés par des augmentations de température relativement faibles, notamment la fonte du permafrost, la libération d’hydrates de méthane dans les fonds océaniques, l’affaiblissement de l’absorption du dioxyde de carbone terrestre et océanique, l’augmentation de la respiration bactérienne dans les océans, le dépérissement des forêts amazoniennes et/ou boréales, la réduction de la couverture neigeuse du nord, la perte de la glace de mer de l’Arctique et/ou de l’Antarctique et la fonte des calottes polaires.

Chacun de ces phénomènes pourrait accélérer considérablement le réchauffement climatique par lui-même et, si l’un d’entre eux franchit un point de basculement, il peut déclencher une « cascade de basculement » qui en accélère d’autres de façon permanente. « Par exemple, le basculement (perte) de l’inlandsis [glacier de très grande étendue recouvrant la terre ferme ] du Groenland pourrait déclencher une transition critique dans la circulation océanique méridionale de l’Atlantique, qui pourrait, en provoquant une élévation du niveau de la mer et une accumulation de chaleur dans l’océan Austral, accélérer la perte de glace de l’inlandsis de l’Antarctique oriental ».

Si une telle cascade se produit, la terre pourrait être propulsée de manière irréversible vers « une température moyenne mondiale beaucoup plus élevée que celle de tout interglaciaire au cours des 1,2 million d’années passées et vers des niveaux de mer nettement plus élevés qu’à n’importe quel moment de l’Holocène ». La « Terre serre chaude » (Hothouse Earth) qui en résulterait connaîtrait « des conditions qui seraient inhospitalières pour les sociétés humaines actuelles et pour de nombreuses autres espèces contemporaines » [8].

Une autre étude publiée dans Science a examiné comment des changements majeurs dans trente systèmes naturels différents pouvaient s’influencer mutuellement. Ils ont constaté que dans 45% des cas, le dépassement d’un point de basculement dans un système peut faire basculer les autres. « Les écosystèmes régionaux peuvent être transformés par la gestion d’écosystèmes éloignés et, inversement, peuvent eux-mêmes entraîner la transformation d’autres écosystèmes éloignés » [9].

Un article paru dans Nature en 2019 a également abordé « la menace croissante de changements climatiques abrupts et irréversibles ». Les auteurs ont conclu :

« Si des cascades de basculement dommageables peuvent se produire et qu’un point de basculement mondial ne peut être exclu, il s’agit alors d’une menace existentielle pour la civilisation. Aucune analyse économique coûts-avantages ne nous aidera. Nous devons changer notre approche du problème climatique…

 »Le temps d’intervention restant pour empêcher le basculement pourrait déjà avoir diminué vers zéro, alors que le temps de réaction pour atteindre des émissions nettes nulles est de 30 ans au mieux. Il se peut donc que nous ayons déjà perdu le contrôle de l’éventualité d’un basculement. Le fait que la vitesse à laquelle les dommages s’accumulent à la suite du basculement – et donc le risque posé – pourrait encore être sous notre contrôle dans une certaine mesure constitue un élément salvateur.

 »La stabilité et la résilience de notre planète sont en péril. Les actions internationales – et pas seulement les mots – doivent en témoigner. » [10]

En plaçant fermement le changement climatique dans le contexte de l’Anthropocène, des études telles que celles-ci remettent en question l’idée que le réchauffement de la planète peut être résolu par des changements mineurs et des réformes du marché. Des mesures graduelles telles que la tarification du carbone ne peuvent pas résoudre les problèmes systémiques qui font monter sans relâche les températures mondiales et poussent la terre dans un état nouveau et sans précédent dans lequel l’avenir de la civilisation elle-même est en péril.

Dans Facing the Anthropocene, j’ai essayé de montrer comment les changements dans le capitalisme pendant et après la Seconde Guerre mondiale ont provoqué les changements mondiaux que les scientifiques ont appelés la Grande accélération. En conséquence, ce que Karl Marx a appelé « une fracture irréparable dans le processus interdépendant du métabolisme social » est devenu un réseau de fractures globales interdépendantes. Le plus grand défi que doit relever notre génération est de guérir ces immenses ruptures dans les systèmes de maintien de la vie sur Terre avant qu’il ne soit trop tard. (Texte paru dans la revue Monthly Review, novembre 2020 ; traduction rédaction A l’Encontre)


Jan Zalasiewicz et al., “The Stratigraphical Signature of the Anthropocene in England and Its Wider Context,” Proceedings of the Geologists’ Association (2018) : 482–91.
Carys E. Bennett et al., “The Broiler Chicken as a Signal of a Human Reconfigured Biosphere,” Royal Society Open Science, December 12, 2018.
Private correspondence, April 23, 2020.
Global Warming of 1.5°C (Geneva : Intergovernmental Panel on Climate Change, 2019), 53.
Global Warming of 1.5°C, 54.
Will Steffen et al.,”Trajectories of the Earth System in the Anthropocene,” Proceedings of the National Academy of Sciences, August 6, 2018, 8252–59.
Will Steffen, “Mid-20th-Century ‘Great Acceleration,’” in The Anthropocene as a Geological Time Unit, ed. Jan Zalasiewicz et al., (Cambridge University Press, 2019), 254–60.
Steffen et al., “Trajectories of the Earth System in the Anthropocene.”
Juan C. Rocha et al., “Cascading Regime Shifts within and Across Scales,” Science, December 21, 2018, 1379–83.
Timothy Lenton et al., “Climate Tipping Points—Too Risky to Bet Against,” Nature, November 27, 2019, 592–95.

Ian Angus

Ian Angus est coauteur de l’ouvrage Too Many People ? Population, Immigration, and the Environmental Crisis (http://www.haymarketbooks.org/pb/Too-Many-People). Il est éditeur du journal écosocialiste Climate and Capitalism (http://climateandcapitalism.com/),

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...