Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Retraites

Faillite de MABE - Des retraités manifestent leur colère en compagnie de membres d'Unifor

MONTRÉAL, le 24 nov. 2014- Plus d’une centaine de retraités et de membres du syndicat Unifor ont manifesté leur colère, ce matin, à l’endroit de la compagnie MABE qui a déclaré faillite le 25 août dernier. « Les retraités subissent une baisse de 22 % de leur rente en plus de la perte de leurs assurances collectives, c’est scandaleux », a déploré Michel Ouimet, directeur québécois du syndicat Unifor.

Rappelons que cette usine, en activité depuis les années cinquante dans l’est de Montréal, a d’abord fermé ses portes l’été dernier avant que compagnie MABE ne déclare faillite. Auparavant exploitée par GE et ensuite sous le nom de CAMCO, l’usine avait été acquise par le géant mexicain de l’électroménager, la compagnie MABE, en 2008.

« Rien ne nous permettait de prévoir cette tournure, au contraire, dans tout le processus de la fermeture annoncée l’an dernier, nous avons travaillé en collaboration avec l’employeur pour aider nos membres à se retrouver du travail », a indiqué M. Ouimet.

Priorité : informer les retraités

Depuis que la faillite a été annoncée, le syndicat Unifor n’a pas lésiné sur les démarches afin d’aider les retraités aux prises avec cette annonce. Une assemblée d’information a été tenue et diverses correspondances ont été faites via le site Internet d’Unifor afin de fournir l’information disponible aux retraités. « Les choses sont d’autant plus compliquées que nous n’avons plus de lieu commun pour joindre tout le monde comme c’était le cas à l’usine et surtout, en raison de la fermeture, les sections locales du syndicat ne sont plus en activité. Malgré tout, on a réussi à avoir près de 800 personnes lors de l’assemblée et notre site est suivi », a expliqué le dirigeant syndical.

Recours légaux à l’étude

Par ailleurs, des recours légaux sont présentement étudiés afin notamment de s’assurer que les règles ont été respectées, car le syndicat a certains doutes sur le dossier. Aussi, le magasin situé à côté de l’usine a rouvert ses portes, mais sans rappeler les membres du syndicat, ce qui est contraire au Code du travail. Finalement, la question de la priorisation des sommes dues au régime de retraite, un dossier sur lequel le syndicat fait déjà des représentations publiques et politiques, est examinée.

« C’est un dossier prioritaire pour nous. Nous avons la ferme intention de tout mettre en œuvre pour que nos retraités retrouvent leur argent et que les sommes d’argent impayées soient remises dans le régime de retraite », a conclu le directeur québécois.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Retraites

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...