Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débat dans le mouvement des femmes : quelle solidarité avec le peuple ukrainien

Il ne s’agit pas d’une guerre inévitable et nécessaire

Depuis de nombreuses années, notre travail politique se concentre sur le mouvement féministe, auquel nous participons évidemment d’un point de vue internationaliste mais avec les interlocutions spécifiques d’une histoire. En Italie, la scène politique est occupée depuis quelques années par un mouvement qui se définit comme "féministe et transféministe", indépendant des partis et des syndicats et doté d’un programme anticapitaliste.

Non Una Di Meno (NUDM) est un réseau particulièrement dynamique qui compte 70 nœuds dans autant de villes. Son activité ne se limite pas à deux manifestations par an à dates fixes, mais s’exprime également par une série de petites luttes sur les thèmes de la violence, du travail, de la santé, de l’école, de l’immigration, etc. Elle s’est également montrée capable d’improviser ses propres actions. Elle s’est également montrée capable d’improviser une mobilisation de grande envergure face à un événement imprévu, comme la présence dans la ville de Vérone du 13e congrès du Congrès mondial des familles (CMF). La pandémie a mis le NUDM en grande difficulté, précisément en raison de son caractère opérationnel et militant, mais dans une moindre mesure qu’on aurait pu le craindre, d’autant qu’il bénéficie encore d’une poussée de la base par des jeunes et très jeunes femmes. L’agression de Poutine contre l’Ukraine a confronté le NUDM à une tâche d’interprétation, ce qui n’est pas facile pour un réseau qui manque de discussions et dont l’expérience est limitée. Dans ce contexte, nous avons besoin d’un texte qui parte des besoins et des sentiments du réseau et du mouvement plus large et qui soit donc reçu avec intérêt et volonté de comprendre.

Depuis que Poutine a fait ses premiers pas sur le territoire ukrainien, nous avons fait valoir que la condamnation de l’invasion devrait être en premier lieu. Certes, les condamnations ne suffisent pas, mais elles sont indispensables comme prémisse à tout autre raisonnement. Nous avons alors proposé que la condamnation débouche sur la solidarité et demandé un programme d’aide : l’annulation de la dette extérieure de l’Ukraine (125 milliards de dollars), l’envoi de matériel médical, l’engagement à accueillir des réfugiés, des contacts politiques avec les femmes de la communauté ukrainienne en Italie, etc. En ce qui concerne les armes, nous reconnaissons à l’Ukraine le droit de s’armer et de demander de l’aide pour la défense de son territoire et de décider des moyens par lesquels elle mènera sa lutte. Cependant, nous revendiquons le droit et l’utilité politique de regarder cette guerre sous un angle différent, tout d’abord de celui des personnes qui ont des bases de l’OTAN derrière leur porte. En Italie, il y a 120 bases de l’OTAN plus 20 bases couvertes par le secret. Nous sommes donc potentiellement en guerre nous aussi, et nous ne pouvons pas attendre "plus tard" pour nous défendre, car plus tard, il pourrait être trop tard. Nous pensons que le pacifisme radical est peut-être la réponse la plus appropriée aujourd’hui, même si nous ne nous sommes pas convertis au pacifisme radical et que nous pensons toujours que l’autodétermination est le droit de toute nationalité opprimée. Etienne Balibar affirme que le pacifisme aujourd’hui n’est pas une option. Au moins en Italie, cette conviction est très éloignée des sentiments d’un pays dans lequel 69% sont contre l’envoi d’armes et seulement 21% pour, tandis que les 10% restants sont sans opinion (sondage diffusé par la chaîne de télévision LA 7)

Ceux qui sont d’accord avec Balibar devraient expliquer pourquoi presque tout ce qui bouge contre la guerre de Poutine en Italie, même à partir de positions très différentes, utilise le langage traditionnel du pacifisme. Nous ne parlons pas seulement des grandes manifestations contre la guerre, mais aussi des mobilisations sur d’autres thèmes, comme celle des féministes le 8 mars, le vendredi pour l’avenir et la mobilisation des travailleurs le 26 mars à Florence, qui ont toutes été marquées par une forte demande de paix. Souhaiter que la guerre dure plus longtemps pour permettre à l’opposition russe de se développer signifie se heurter à la grande majorité des gens, pas seulement en Italie, qui veulent avant tout que la guerre se termine. Bien sûr, nous ne prétendons pas que nous devons simplement nous adapter aux sentiments populaires, mais les ignorer complètement ne nous mène pas très loin. Enfin, nous considérons qu’il est particulièrement significatif que le mouvement anti-guerre soit engagé dans une série de missions à Lviv et aux frontières. Une première mission a permis de livrer 9 tonnes de produits de première nécessité, tandis qu’une autre mission, beaucoup plus importante, est en préparation et tentera de répondre aux besoins identifiés lors de la première. Un espace d’entraide autogéré ne se contente pas de collecter des médicaments, des couvertures, des torches et des denrées alimentaires de longue conservation, mais lance également un appel à l’expertise pour soutenir l’accueil (traduction, médecine, assistance juridique, psychothérapie, enseignement de l’italien, etc.) Nous pensons qu’une tentative sérieuse de négociation est préférable à une escalade militaire, ce que jusqu’à présent non seulement Poutine mais aussi Biden n’ont pas voulu. Bien que nous respections les décisions de ceux que le peuple ukrainien a élus, nous sommes convaincus que la grande majorité d’entre eux souhaitent que la guerre prenne fin le plus rapidement possible.

L’image d’un peuple en armes luttant contre l’envahisseur ne correspond guère à la réalité. Des millions de personnes fuient par terreur dans un exode sans précédent, des villes entières sont rasées et ceux qui résistent ne le font pas toujours volontairement. Les armes sont ensuite transportées par des agences privées qui ne les livrent pas à des citoyens inexpérimentés mais à des milices paramilitaires, dont le bataillon Azov, qui a été pointé du doigt par l’ONU pour des massacres et des tortures. Des atrocités sont commises par les deux camps dans une guerre où 40% des combattants sont des mercenaires. On nous a dit que c’est la guerre, qu’il y a des guerres qu’il faut se résigner à mener, et que même dans la résistance au nazi-fascisme, seule une minorité a combattu. Pour de nombreuses raisons que nous allons expliquer, nous pensons que la comparaison ne tient pas la route et qu’il ne s’agit pas d’une guerre inévitable et nécessaire.

Nous pensons qu’il faut éviter l’erreur de croire que l’OTAN est innocente dans ce cas précis. Nous ne voulons pas nous rappeler l’Irak et l’Afghanistan ou les fautes de l’alliance militaire face à l’histoire. Nous faisons référence à cette guerre et à ses raisons. Il n’est pas vrai que les États-Unis ne veulent pas de guerre avec la Russie parce que leur principal ennemi est la Chine. Les États-Unis ne veulent pas d’un affrontement frontal avec la Russie, tout comme ils ne veulent pas d’un affrontement avec la Chine, mais ils n’ont jamais renoncé à déstabiliser leurs adversaires par des affrontements locaux et des provocations. Il existe une documentation sur ce sujet aussi vaste qu’inconnue en Europe. Mais, avant de mentionner la documentation, nous voulons répondre à la question de savoir quel type de guerre nous vivons. Il s’agit certainement d’une guerre d’agression de la part du nationalisme grand-russe de Poutine, mais pas seulement.

Dans presque toutes les principales guerres de l’ordre international actuel, il existe une composante d’affrontement entre impérialismes, parfois latente, dans des pourcentages variables par rapport aux autres composantes du conflit et changeante. Cette guerre est effrayante pour ceux qui sont capables de comprendre car la nécessité d’un nouvel ordre mondial, en raison de l’obsolescence de l’ordre actuel, peut opposer les deux grandes puissances nucléaires sans médiation. Nous sommes convaincus que l’OTAN, en particulier ses dirigeants américains, a cyniquement utilisé l’Ukraine pour renforcer sa guerre indirecte. L’engagement de ne pas étendre l’OTAN vers l’est "pas même d’un pouce" (déclaration du secrétaire américain Joseph Baker en 1990) n’a certainement pas été respecté à la demande des pays mêmes qui considéraient l’alliance militaire comme un "rempart", mais aussi parce que l’OTAN aurait dû se dissoudre après la fin du Pacte de Varsovie et ne l’a pas fait. Mais ce n’est pas la preuve de la volonté des Etats-Unis de poursuivre leur guerre. Le problème n’est pas seulement celui des Etats qui ont rejoint l’OTAN, mais celui de celui dont la non-adhésion a été réduite à un fait purement formel, à savoir l’Ukraine.

Alessandro Orsini, directeur de l’Observatoire de la sécurité internationale de la LUISS, a porté à l’attention d’un public beaucoup plus large que les universitaires les épisodes qui, à son avis, ont joué le plus grand rôle dans la décision malheureuse de Poutine. L’OTAN a effectué 3 exercices gigantesques avec des scénarios de guerre en Ukraine : en juin 2021 avec le nom "Sea Breeze" et la participation de 32 pays (30 de l’OTAN et 2 invités) ; en juillet 2021 avec le nom "Three Swords" ; en septembre 2021 avec le nom "Rapid Trident". À l’occasion de ces exercices, M. Poutine a protesté et évoqué le risque d’un effondrement des relations entre la Russie et l’OTAN. Dans la vaste documentation que nous avons mentionnée, on trouve également des preuves de l’activité de RAND CORP, une organisation mondiale financée par le Pentagone, l’armée et la CIA, qui a proposé en 2019 un nouveau plan pour "abattre la Russie".

Les sanctions présentent également un intérêt économique : pendant des années, les États-Unis ont continué à se présenter comme un producteur, à appeler l’Europe à se détacher de la Russie et à faire pression sur l’Allemagne pour qu’elle cesse de construire un nouveau gazoduc. Bien sûr, tout cela au nom de la démocratie et 20 % plus cher que le gaz russe. Enfin, nous partageons deux déclarations entendues ces derniers jours : celle d’un journaliste connu, libéral et pro-atlantiste, et celle de l’archevêque à la tête de Pax Christi, deux adversaires avec lesquels nous partageons la crainte de la facilité avec laquelle la Russie et l’OTAN jouent avec la vie de millions de personnes. Le journaliste a déclaré que le problème n’est pas l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN, mais la sortie de l’OTAN de l’Ukraine. L’archevêque a déclaré que l’OTAN est en faute et que le parlement devrait écouter les pacifistes.

Nous ne sommes pas d’accord avec l’idée que nous devrions souhaiter une longue durée de la guerre afin d’épuiser Poutine et d’accroître l’opposition à son régime. Nous voulons la fin de la guerre, l’opposition à Poutine est une autre histoire et cela ne se fait pas en risquant la vie de millions de personnes. Nous pensons que nous paierions un prix trop élevé pour cette éventuelle attrition, et pas seulement pour un choc frontal improbable (mais pas impossible) entre puissances nucléaires. Mais nous voulons nous arrêter un instant sur ce point. Nous avons entendu des accusations de vouloir priver l’Ukraine d’armes par "peur" des arsenaux nucléaires.

Le raisonnement est étrange car il y a deux choses : soit la peur est infondée et alors on apporte des arguments pour la réfuter, soit la peur est transformée en instrument de mobilisation collective. Mais il existe également d’autres risques et contre-indications à la poursuite de cette guerre. Par exemple, lorsque les arsenaux nucléaires sont en état d’alerte comme c’est le cas actuellement, des accidents peuvent se produire par erreur ou par des initiatives hors de contrôle. Au cours d’une guerre telle que celle qui se déroule en Ukraine, les centrales nucléaires et la survie d’une grande partie de l’Europe pourraient être affectées. La poursuite de la guerre signifie également la fin des mesures déjà partielles et inadéquates contre la pollution et le réchauffement climatique : les centrales nucléaires devraient rouvrir, les centrales à charbon et à pétrole devraient être rouvertes, de nouveaux forages sont prévus.

Plus la guerre dure, plus les pressions belliqueuses se renforcent : la France, l’Allemagne et l’Italie (pour ne citer que quelques exemples) augmentent leurs dépenses militaires et l’OTAN prévoit des investissements colossaux dont les bénéfices sont dix fois supérieurs à ceux du fameux F35. En Italie, il est également question de réintroduire la conscription, qui a été suspendue mais pas abolie en 2004. Il y a aussi le problème de la présence néo-nazie, qu’il faut poser dans les bons termes. En Ukraine, outre le bataillon Azov, il existe une dizaine de formations que les médias italiens qualifient pudiquement d’"ultranationalistes", même lorsque les symboles nazis figurant sur leurs drapeaux sont clairement visibles. Les fascistes sont également présents dans l’autre camp et il est bien connu que Poutine a des liens et des affaires avec de nombreux partis et groupes d’extrême droite tels que la Ligue, Le Pen, Forza Nuova ou le British National Party. Cependant, la question ne peut être balayée d’un revers de main car le problème n’est pas de savoir qui est plus ou moins fasciste, mais que la violence de la guerre ne peut que renforcer leur rôle et leur présence. Alors que la guerre se poursuit, les vautours volent autour des cadavres des Ukrainiens et des Russes. Par exemple, les 27 experts en politique étrangère qui ont appelé Biden à établir une zone d’exclusion aérienne pour protéger les couloirs humanitaires et apporter une aide concrète à l’Ukraine.

Il est regrettable que la plupart des signataires de la lettre soient liés de diverses manières à l’industrie de l’armement. Plus vautours que les partisans de la noflyzone sont ceux qui font la publicité de la nouvelle bombe atomique à faible taux de létalité parce qu’elle agit dans un rayon de deux kilomètres seulement. Avec le nazisme, la mort nucléaire a également été dédouanée et les deux monstres du XXe siècle ne sont plus tabous. En Italie, le parti de la guerre est le Parti démocratique (PD). Ses arguments ne valent même pas la peine d’être polémiques car ils n’ont rien à voir avec la politique, l’éthique ou l’idéologie mais sont juste une question de business. Un autre des documents circulant dans le mouvement, qui n’a jamais été démenti, révèle des liens étroits entre d’anciens dirigeants du PD et l’industrie de l’armement. Enfin, la durée de la guerre sera également préjudiciable aux femmes. Par sa nature même, cette guerre est essentialiste et repropose les rôles traditionnels : les femmes qui fuient avec les enfants et les hommes qui se battent volontairement ou non. Tout est de la faute de Poutine ? Bien sûr, mais attribuer des responsabilités ne change pas les choses.
Bien sûr, s’il y a une négociation, il y a aussi des concessions réciproques. Ce n’est pas un scandale : même les révolutionnaires les plus intransigeants ont accepté des compromis diplomatiques pour se sortir d’une situation difficile. La conviction que Poutine doit être acculé et la comparaison avec Hitler et la veille de la Seconde Guerre mondiale sont dangereuses et historiquement incorrectes. Tout d’abord, Poutine n’est pas Hitler, et ce non pas en raison d’une comparaison de personnalité, mais parce que l’histoire n’a pas produit après la Seconde Guerre mondiale les conditions nécessaires à l’arrivée d’un nouvel Hitler au pouvoir. Il est possible que dans les brasseries de certains pays il y ait quelques Hitler potentiels, mais jusqu’à présent ils sont restés là avec leurs illusions. Deuxièmement, l’existence d’arsenaux nucléaires devrait nous amener à aborder le problème des guerres nécessaires et inévitables d’une manière différente du passé. Mais une dernière considération semble décisive. Pour de nombreuses raisons, l’ordre mondial actuel est devenu obsolète, et la nécessité d’un nouvel ordre est soulignée dans de nombreux milieux. Habituellement, ce sont les guerres qui ont pour tâche de redessiner les rapports de force et les frontières, mais l’humanité ne peut se permettre une nouvelle guerre mondiale, et en attendant la révolution, il serait plus sage de trouver d’autres façons de vivre ensemble.

Nadia De Mond

Marche mondiale des femmes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débat dans le mouvement des femmes : quelle solidarité avec le peuple ukrainien

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...