Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débat dans le mouvement des femmes : quelle solidarité avec le peuple ukrainien

Rencontre avec la résistance féministe russe à la guerre de Poutine contre l’Ukraine

Début mars, des féministes russes ont uni leurs forces et organisé la Résistance féministe contre la guerre (FAR), actuellement le mouvement anti-guerre le plus organisé de Russie. Viktorya Kokoreva a contacté un membre de son groupe de coordination, la militante féministe et historienne russe Ella Rossman. Elles ont parlé de la répression que subissent les jeunes femmes, de la violence lors des arrestations, et de la façon dont il incombe aux femmes russes de lutter pour l’humanisation du pays tout entier.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Quelles sont les caractéristiques de votre résistance à la guerre ?

Notre mouvement essaie maintenant d’arrêter la guerre par tous les moyens possibles. Lorsqu’elle a commencé, toutes les féministes russes ont bien sûr été en état de choc, en raison de la manière dont cette guerre contre les civil·es a été menée depuis le début et parce que notre État a décidé d’envahir le territoire d’un État souverain indépendant.

Mais elle a également porté un coup à tout ce que nous faisions en Russie depuis de nombreuses années. Au cours des dix dernières années, le mouvement féministe s’est développé activement – en fait, nos militantes ont fait ce que les organisations et les organes de l’État auraient dû faire, comme apporter un soutien aux femmes en situation de violence domestique.

Après le début de la guerre, toute cette lutte a été anéantie. Il y aura plus de pauvreté et plus de violence en Russie, surtout avec toutes les sanctions.

Personne ne comprenait cette guerre, alors les féministes sont devenues la première force d’opposition en Russie à créer une association anti-guerre. Aujourd’hui, nos deux principales lignes d’action sont de protester et d’informer. D’une part, nous unissons des groupes féministes dans toute la Russie – plus de 45 groupes féministes ont été organisés dans différentes villes.

Des groupes situés en dehors du pays se joignent également à nous : en Italie, en Suisse et aux États-Unis, par exemple, ils ont manifesté sous notre logo. Nous organisons des manifestations de rue contre la guerre et demandons au gouvernement de l’arrêter. Des groupes à l’étranger demandent que les gouvernements locaux fassent pression sur le gouvernement russe.

Et la seconde chose que nous faisons, c’est informer. En Russie, avant même le début du conflit, la plupart des médias indépendants étaient bloqués ou fermés. Aujourd’hui, les sites de médias sociaux sont bloqués ou ralentis par le gouvernement. Les gens obtiennent très peu d’informations indépendantes : ils reçoivent surtout de la propagande d’État.

Notre première méthode est de distribuer des tracts, la seconde est de mener des campagnes en ligne que nous lançons régulièrement sur les réseaux sociaux. Nous le faisons non seulement sur Instagram, mais aussi sur les réseaux sociaux ; par exemple, sur Odnoklassniki [une plateforme de médias sociaux russe populaire auprès des personnes âgées de 40 à 70 ans], nous avons lancé des parodies de ses messages « envoyez ça à sept amis et vous serez heureux ». Mais nous les avons appelés « lettres de malheur » et avons rédigé un texte anti-guerre avec des informations sur les victimes.

Même distribuer des tracts anti-guerre en Russie est très dangereux maintenant. Quels conseils donnez-vous à ceux qui protestent ?

Toute manifestation est très dangereuse aujourd’hui. En raison des nouvelles lois sur la trahison de la patrie (jusqu’à 20 ans d’emprisonnement) et sur les fausses nouvelles (jusqu’à 15 ans), il est interdit de diffuser toute information sur la guerre autre que celle approuvée par le ministère de la Défense. Tout·e manifestant e dans la rue est arrêté·e, même si les piquets de grève isolés ne sont pas encore interdits dans notre pays.

Plusieurs de nos jeunes femmes ont déjà été arrêtées par la police pour avoir collé des tracts, c’est pourquoi nous avertissons ouvertement nos volontaires que c’est dangereux. Nous avons une chaîne Telegram qui décrit nos outils de sécurité de base – nous vous suggérons de vous préparer à la distribution de tracts comme pour aller à une manifestation : «  Allez toujours avec quelqu’un d’autre, ayez un téléphone chargé et de l’eau, restez en contact les un es avec les autres, et ayez à portée de main les coordonnées des avocats du département OVD-info [une organisation russe de défense des droits de l’homme qui fournit une première assistance juridique lors des manifestations]. »

Pour les campagnes en ligne, nous disposons également d’un mécanisme de communication sécurisée sur internet : nous expliquons ce que sont les messageries cryptées, où vous pouvez chatter, où non, et quelle application utiliser pour qu’elle supprime toute votre correspondance lorsque vous êtes arrêté.

Telegram est également devenu dangereux, car sa correspondance est souvent utilisée pour vous accuser de « terrorisme téléphonique » et d’extrémisme. Par ailleurs, je surveille le comportement des autres groupes dans l’espace en ligne et je leur signale régulièrement s’ils se mettent en danger.

Comment la répression a-t-elle affecté les FAR ?

Actuellement, je dirais que nous sommes les plus organisés de Russie. Avant la guerre, Yulia Tsvetkova [illustratrice militante qui dessinait des bandes dessinées sur les droits des femmes] a été emprisonnée pour pornographie et Anna Dvornichenko [spécialiste des études de genre et organisatrice de festivals féministes] a été pratiquement expulsée du pays. Notre groupe a fait l’objet de nombreuses répressions, mais comme, dans le même temps, les femmes sont toujours sous-estimées dans la culture patriarcale russe, on ne s’attendait pas à ce que nous devenions une force politique.

Notre groupe central est délibérément restreint pour ne pas nuire à l’efficacité de notre travail. Nous demandons à tous les groupes féministes des différentes villes de s’auto-organiser et de discuter de manière indépendante des actions que nous leur proposons, et non de rejoindre notre groupe. C’est une question de sécurité, car s’ils s’en prennent à nous, il restera de nombreuses cellules autonomes capables de continuer à fonctionner par elles-mêmes.

De plus, certains d’entre nous ont déjà quitté le territoire russe car la police est déjà au courant de nos activités et de nombreux militants ont déjà été perquisitionnés et arrêtés sous l’accusation de « terrorisme téléphonique ». Ce type d’accusation est un nouveau moyen pour la police de suspendre les activités des militants pendant un certain temps et de les intimider.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le comportement de la police pendant les manifestations ?

Le 6 mars, nous avions plusieurs colonnes de femmes dans le cadre de l’action anti-guerre en Russie. Beaucoup de nos jeunes femmes ont participé dans différentes villes. La même nuit que les arrestations, nous avons reçu des informations sur plusieurs cas de passages à tabac et de torture de jeunes femmes par la police. Des cas de violences sexuelles commises par des policiers ont également été signalés à Saint-Pétersbourg.

Et maintenant, le Conseil des droits de l’homme en Russie a annoncé que le ministère de l’Intérieur et le Comité d’enquête mènent une inspection dans l’un des commissariats de Brateevo, où l’une de nos jeunes femmes a enregistré un enregistrement audio montrant des agents en train de la battre et de la forcer à répondre à leurs questions. À propos, elle a déclaré plus tard que, dans son enfance, son père la battait souvent. Dans cette situation, elle a gardé la tête froide et a réussi à mettre l’enregistreur en marche.

Le 8 mars, nous avons organisé une action mondiale en mémoire des morts ukrainiens. Nous avons proposé aux femmes de Russie de se rendre aux monuments de la Seconde Guerre mondiale, présents dans chaque ville et village, et de déposer des fleurs en signe de protestation. Dans le monde entier, 112 villes ont participé. C’était particulièrement important pour les petites villes, où les jeunes femmes pensaient être les seules à être contre la guerre. Elles sont donc allées aux monuments et ont vu un tas de couronnes, de cartes postales et d’affiches anti-guerre, et ont été surprises. Elles ont pris conscience qu’elles n’étaient pas seules.

Quel travail faisiez-vous dans la société russe avant que la guerre n’éclate ?

Eh bien, il existe une idée fausse en Europe selon laquelle l’égalité des sexes en Russie a été atteinte sous les bolcheviks, mais ce n’est pas vrai, même d’un point de vue historique. Et dans la Russie post-soviétique moderne, les choses ont empiré : ces dernières années, la possibilité d’avorter a été sévèrement limitée, la période pendant laquelle on peut le faire a été réduite, et si une femme décide d’interrompre sa grossesse, de nombreuses cliniques ont rendu obligatoire la consultation de prêtres.

En Russie, il n’y a pas de loi sur la violence domestique, la peine maximale pour ce crime est une amende, nous n’avons pas de protection normale pour la famille, il n’y a pas de structures offrant une protection. Les féministes se sont longtemps battues pour cette loi, mais elle n’a jamais été adoptée. Toutes nos structures d’accueil et le travail psychologique avec les victimes de violence sont assurés par les efforts des bénévoles et sans le soutien de l’État.

Les féministes tentent d’humaniser la société russe. La société a une très grande tolérance à l’égard de la violence : si un·e élève est battu·e à l’école, eh bien, iel est réprimandé·e, si un homme bat une femme, eh bien, les choses s’arrangent.

Les féministes sont en train de changer ce point de vue, d’expliquer et de montrer que l’on peut vivre différemment, que garder le silence sur la violence, ce n’est pas normal. La compréhension de ce problème progresse. Des jeunes hommes, pro-féministes, ont commencé à nous rejoindre, à participer à nos actions.

Cependant, nous pensons que la guerre nous ramènera de nombreuses années en arrière dans ce domaine.

Traduit du site italien fanpage.it par Gauche verte et Liens – Revue internationale du renouveau socialiste Bureau européen.

Viktorya Kokoreva Ella Rossman, 4 avril 2022

https://www.greenleft.org.au/content/interview-russias-feminist-resistance-putins-war-ukraine

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

*********

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débat dans le mouvement des femmes : quelle solidarité avec le peuple ukrainien

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...