Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

La négociation en santé et services sociaux n'est pas terminée (FSSS-CSN)

MONTRÉAL, le 23 déc. 2015 - Rassemblés en conseil fédéral de négociation, hier, les 600 délégué-es de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont pris la décision de recommander le rejet de l’entente de principe intervenue avec le gouvernement Couillard la semaine dernière. Les syndicats de la FSSS-CSN consulteront l’ensemble de leurs 110 000 membres au courant du mois de janvier sur cette recommandation afin de poursuivre la mobilisation en appui à la négociation.

La mobilisation a permis de faire des avancées importantes

Lors de l’instance de la FSSS-CSN, les délégué-es ont pris connaissance de l’avancée des négociations, aussi bien au niveau de la table sectorielle que de la table centrale. La FSSS-CSN avait annoncé le 1er décembre dernier qu’elle est parvenue à obtenir l’ensemble des retraits mis de l’avant par la partie patronale à la table sectorielle où se négocie la question des conditions de travail. La mobilisation des travailleuses et travailleurs du réseau de santé et de services sociaux a par la suite permis d’obtenir des gains à cette même table sectorielle et à la table centrale.

« Depuis le début de cette négociation, nous sentons que c’est la mobilisation exceptionnelle des travailleuses et des travailleurs qui permet de faire avancer les choses. Les délégué-es de la FSSS-CSN jugent qu’il est nécessaire de poursuivre la négociation sur cette voie, notamment afin d’œuvrer à un meilleur partage de la richesse au Québec », explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

Une négociation à poursuivre en 2016

Les syndicats de la FSSS-CSN, la plus grande organisation en santé et services sociaux et qui représentent des travailleuses et des travailleurs dans tous les titres d’emploi du réseau, tiendront des assemblées au début de l’année 2016, afin de présenter l’état de la négociation aux travailleuses et travailleurs et soumettre la recommandation du conseil fédéral.

« Nous l’avons vu durant tout l’automne, le gouvernement ne peut plus prétendre que les finances publiques ne lui permettent pas d’améliorer significativement les conditions de travail du personnel du réseau de santé et de services sociaux. S’il y a de l’argent pour les médecins, Bombardier et pour continuer de laisser s’échapper des milliards en paradis fiscaux, il y en a aussi pour nos services publics », de conclure Jeff Begley.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...