Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Le Kremlin inébranlable

CRISE RUSSO-OCCIDENTALE TETE- A- TETE POUTINE / MACRON

Médiateur de la denière minute, Emmannuel Macron espère une baisse de tension dans le dossier de l’Ukraine en échangeant, ce lundi 7 février à Moscou, avec le président russe. Pas question de concession unilatérale pour Poutine, qui se garde de fermer la porte du dialogue.

De Paris Omar HADDADOU

La pression à son comble pour éviter le conflit armé !

Dans la capitale russe, l’enjeux du rendez-vous, ce lundi 7 février 2022, était de taille. Mais les résultats, au-delà des discours pacifiques prometteurs, improbables. L’Alliance atlantique, menée par Washington, vient d’annoncer - de sources françaises - des renforcements d’envergure sur le plan militaire, dans le bras de fer opposant l’Otan à la Russie à propos de l’Ukraine où, rappelons-le, nombre des mobilisés russes dépasse les 120.000 hommes.

Les Occidentaux et l’Ukraine accusent Moscou d’amasser ses troupes à la frontière ukrainienne, en vue d’une invasion. Réponse du berger à la bergère, la Russie dénonce un expansionnisme militaire sous la houlette des Etats-Unis en Europe de l’Est.
La déscalade portée à bout de bras par la France, n’a eu de cesse de se heurter à des anicroches : «  Nous devons nous préparer à la perspective que la consultation échoue » prévenait le Secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, à l’issue d’une visioconférence le 7 janvier 2022 à Bruxelles.
Une disposition qui va à contre-courant de l’optimisme affiché par Emmanuel Macron qui œuvre pour un rapprochement des points de convergence, tout en assurant présentement la présidence de Union européenne. Le chef de l’Etat français bénéficie d’un statut « d’interlocuteur privilégié » pour Moscou. Il est le premier Président occidental à franchir le pas vers le dirigeant russe depuis l’exacerbation des tensions. Lors du tête- à -tête hier, qui a duré 5 heures, avec son homologue Vladimir Poutine sur les questions sécuritaires, Macron déclarait vouloir enclencher une désescalade à la frontière entre l’Ukraine et la Russie. Un médiateur qui semble avoir tiré les enseignements des conséquences de sa versatilité antérieure au profit de Washington.

Depuis, il y va de sa fougue de Président de la réconciliation transversale à l’échelle mondiale. De bête politique pour semer avec panache ses rivaux à la Présidence française, en les ignorant superbement, au moment où son ADN lui transmet les codes de conduite avec le non moins féroce Vladimir Poutine : «  Je me réjouis d’avoir l’opportunité d’entrer en profondeur sur ces sujets, et commencer à bâtir une réponse utile, collectivement, pour la Russie et pour tout le reste de l’Europe. Une réponse qui permet d’éviter la guerre et de construire des éléments de confiance, de stabilité et de visibilité pour tout le monde. Donc je te remercie de ton temps aujourd’hui  » lui témoigne -t-il avec bienveillance. 
Pour sa part, le maître du Kremlin s’est dit aussi préoccupé que son hôte sur la sécurité de l’Europe, en particulier sur l’élargissement de l’Alliance atlantique : « Si l’Ukraine devient membre de l’Otan, les pays européens seront entraînés dans un conflit avec la Russie. Vous n’aurez même pas le temps de réagir » a prévenu Vladimir Poutine.
Dans l’hypothèse où Macron venait à désamorcer l’épineuse crise ukrainienne , il aura fait d’une pierre deux coups : Triompher sur la scène internationale et remporter la présidentielle française de 2022, les doigts dans le nez.

Ausgezeischnet !
O. H

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...