Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Bolivie

Le coup d’Etat bolivien sent le lithium

Le pays d’Amérique latine dispose de 21 millions de tonnes de ce métal alcalin, stratégique pour la transition énergétique, qui représente près de 70% des réserves mondiales.

photo et article tirés de NPA 29

La Bolivie est un pays minier depuis l’époque coloniale. Et s’il y a un département qui le représente, c’est celui de Potosí. « Cette ville condamnée à la nostalgie, tourmentée de froid et de misère, reste une plaie ouverte du système colonial américain : une accusation. Le monde devrait commencer par présenter ses excuses », a écrit Eduardo Galeano dans Les Veines Ouvertes de l’Amérique Latine en 1971.

Le département de Potosí est aujourd’hui dans une situation très différente. Selon une étude de la Millennium Foundation, en 2005, un an avant l’accession d’Evo Morales à la présidence, son PIB a augmenté de 5,5% jusqu’en 2017, avec quelques pics, comme celui de 24,25% en 2008. La dépendance à la mine, reste intacte : sans elle, le PIB moyen au cours de cette période tomberait à 2,9%.

En 2018, le PIB atteignait 4,1% et le secteur minier environ le tiers. À Potosí, sont produits 80% des minéraux de Bolivie, ce qui représente entre 55% et 60% du PIB. Le secteur minier est le troisième secteur productif et, par conséquent, dans tout le pays, et à Potosí en particulier, il est stratégique.

Le gouvernement du Mouvement vers le socialisme (MAS) a maintes fois affronté cette réalité tout au long de son mandat. Alors que les politiques d’extraction – que les économies périphériques sont souvent contraintes de développer – conditionnent la diversification de l’économie nationale, Morales a utilisé le secteur minier pour ses politiques sociales. Il a été essentiel puisque la pauvreté a diminué de 60,6% à 34,6% au cours de son mandat, avec une réduction de l’extrême pauvreté de 38,2% à 15,2%, parmi d’autres réalisations irréfutables.

Cette position a toutefois conduit la Bolivie à une relation conflictuelle avec les multinationales minières. La suspension des contrats hérités et les efforts visant à contrôler un secteur clé ont conduit le pays à plusieurs reprises devant des tribunaux d’arbitrage internationaux.

Des confrontations où le gouvernement canadien a adopté un rôle particulièrement belliqueux, servant pratiquement de porte-parole aux multinationales de ce pays, qui concentrent environ 60% des mines dans le monde. Cependant, on estimait déjà en 2014 que ces litiges avaient coûté environ 1,9 milliard de dollars pour la Bolivie, le Financial Times lui-même a reconnu que la politique du gouvernement d’Evo Morales avait conduit le pays à tripler son économie et qu’un « record en réserves de change » avait été réalisé.

Le lithium bolivien et le différend géopolitique entre les États-Unis et la Chine

Un aspect du mandat de Morales a été le déclin de l’influence des États-Unis en Bolivie. Comme le montre une étude du CELAG, le pays était devenu l’un des principaux bénéficiaires de l’assistance américaine sur le continent jusqu’à l’expulsion de l’Ambassadeur Philip Goldberg et de l’Administration pour le contrôle des drogues (DEA) en 2008, un coup raté, et de l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international) en 2013. Ensuite, l’aide est tombée vertigineusement ; avec une légère interruption de la tendance en 2014 et, surtout, en 2015, coïncidant avec les mois précédant le référendum constitutionnel de février 2016.

Malgré ces données, l’exploitation minière bolivienne reste le principal fournisseur d’étain, de tungstène, de fer et d’antimoine aux États-Unis et l’un des plus importants de cuivre, d’argent, d’or et de zinc.

Cependant, les relations commerciales entre la Bolivie et les États-Unis ont également été fortement affectées par le rôle croissant de la Chine dans la région : 21% des importations de Bolivie proviennent du géant asiatique (qui est également le principal créancier du pays) , alors que seulement 7,5% viennent des États-Unis. De toute évidence, le secteur minier a également été conditionné par ce différend, qui implique également d’autres acteurs tels que l’Allemagne, le Canada, la Russie ou le Japon. Et, en plus d’autres facteurs, il faut examiner le lithium.

Ce métal alcalin est stratégique dans le domaine technologique ; encore plus, si possible, compte tenu des perspectives d’une transition énergétique qui affecte des secteurs tels que l’industrie automobile.

La société américaine SRK a certifié fin février que la Bolivie disposait de 21 millions de tonnes de lithium à Uyuni, ce qui représente près de 70% des réserves mondiales. Et tout porte à croire que la demande pour ce matériau doublera au moins d’ici à 2025.

Uyuni est dans le département de Potosí, à la frontière avec le Chili et l’Argentine. C’est dans ce triangle que l’on estime que se trouve environ 85% du lithium mondial. Mais contrairement aux régions chilienne et argentine, l’extraction du lithium nécessite davantage d’innovations techniques pour s’adapter à la hauteur et à l’humidité qui gênent les systèmes d’évaporation.

Malgré l’intérêt de développer une industrie nationale du lithium, les exigences d’un investissement de cette ampleur n’étaient pas supportables pour la seule Bolivie. Aussi le gouvernement avait-il besoin de capitaux et de compétences étrangères.

Morales a subordonné l’investissement étranger à une alliance commune avec la société minière nationale COMIBOL et avec Bolivian Lithium Deposits (YLB). Ainsi, en décembre 2018, un accord a été conclu avec ACI Systems Germany (ACISA) pour exploiter le lithium d’Uyuni afin de produire des cathodes et des batteries au lithium ionique.

ACISA est une société allemande qui, entre autres clients, fournit des batteries à Tesla. De plus, en février dernier, la Bolivie a également passé un accord avec la société chinoise TBEA Group pour extraire le lithium de deux autres grandes mines de sel à Coipasa (département d’Oruro) et à Pastos Grandes (Potosí), conjointement avec YLB.

L’entrée de TBEA, ainsi que celle d’autres sociétés chinoises, telles que China Machinery Engineering, déjà implantées dans l’industrie du lithium dans le pays, a démontré l’expertise nécessaire pour développer de nouvelles techniques d’extraction. ACISA, en plus d’offrir de bonnes perspectives sur les bénéfices, a été interprétée comme une menace pour les grandes sociétés minières transnationales.

Cependant, et en plus d’autres conflits miniers, en octobre dernier, quelques semaines avant les élections générales, le Comité civique Potosi (Comcipo) a lancé une série de manifestations contre l’accord conclu avec ACISA, ainsi que contre celui conclu avec TBEA, afin d’exiger des redevances plus élevées pour Potosí sur l’exploitation du lithium.

Les accords prévoyaient une redevance de 3% pour le ministère. Les actions de protestation comprenaient une grève civique et la grève de la faim de certains des dirigeants de Comcipo, dirigée par son président Marco Pumari, ainsi que divers épisodes de violence et de racisme contre le MAS. Après avoir entamé des négociations directes avec Morales lui-même, dans lesquelles le gouvernement a contracté divers engagements avec Comcipo, et quelques jours avant les élections, Pumari a annulé la grève.

Après les élections, le 4 novembre, alors que le conflit post-électoral avait déjà éclaté (en raison d’une fraude présumée), le gouvernement a annulé l’accord conclu avec ACISA. À ce moment-là, Pumari était déjà actif sur d’autres fronts.

Le rôle de Marco Pumari et les manifestations de Comcipo

Pumari est un ancien militant du MAS, expulsé pour avoir détourné de l’argent de la jeunesse du parti. Dans un enregistrement audio diffusé en août dernier, il exprimait la nécessité de soutenir le candidat d’opposition Carlos Mesa. Pour cela, il a affirmé, avec des expressions remarquablement péjoratives, qu’il était nécessaire que « tous ces vinchucas (cafards), ces chulupis (indigènes) et tout le reste » votent pour que Mesa élimine enfin Morales de la présidence du pays.

Pumari a déclenché la grève de Comcipo en octobre et dirigé les discussions avec Morales. Mais face aux accusations de fraude portées par le militant ultra-droitier et fondamentaliste catholique Luis Fernando Macho Camacho du Comité civique de Santa Cruz, il n’a pas hésité pas à s’associer à lui. Pumari a joint son destin à celui de Camacho qui, en plus d’être un autre soutien régional des États-Unis, selon les informations recueillies par les médias argentins, a rencontré des représentants d’Argentine (auquels il aurait demandé l’asile si le coup d’État échouait) et d’Espagne, auquel il aurait indiqué l’incorporation des Forces armées au coup d’État.

Ce même jour, le gouvernement d’Evo Morales a annulé l’accord avec ACISA. Seulement deux jours plus tard, Pumari a rencontré Camacho. Six jours plus tard, l’armée rejoindra le soulèvement civique-politique-policier qui porta le coup final au Président Morales. Pendant son exil au Mexique, Pumari a joué un scénario qui est désormais classique pour toute opposition de droite en Amérique latine : il est apparu sur CNN et a accusé Cuba et le Venezuela d’envoyer des tireurs embusqués contre les manifestations post électorales sans fournir aucune preuve.

Le gouvernement de facto et les intérêts américains

Compte tenu des suspicions grandissantes quant au rôle des États-Unis dans le coup d’État en Bolivie – dénoncé par des personnalités telles que Noam Chomsky, Jeremy Corbyn, Bernie Sanders ou Roger Waters – on s’attend à ce que le gouvernement de facto actuel de Jeanine Áñez rétablisse une relation préférentielle avec les États-Unis. qui réponde à ses intérêts régionaux.

Il n’est pas surprenant que, dans le contexte de la répression féroce que ce gouvernement a déclenchée, certaines de ses premières mesures aient été l’expulsion du personnel médical cubain dans le pays, au grand plaisir des États-Unis, ou la sortie de l’ALBA.

Sans surprise, ACISA a déjà annoncé, avec l’abrogation de l’accord, qu’il était « certain que notre projet (…) sera en mesure de se poursuivre après une phase de calme et de clarification politique ».

Canadian Pure Energy Minerals, également fournisseur de Tesla et déjà positionné à Uyuni, attend un contexte politique favorable. En tout état de cause, l’incertitude entourant le lithium augmente avec l’instabilité du pays (ainsi que celle du Chili, de l’Équateur et du Pérou), en raison des investissements considérables et de la résistance sociale.

Le coup d’État en Bolivie semble mettre en évidence l’inquiétude croissante des États-Unis face à la possibilité d’un cycle progressiste sur le continent. Cependant, s’il est vrai que, comme le disait Hugo Chávez, l’OEA laisse une forte odeur de pétrole, il semble chaque jour plus remarquable que ce coup pue également le lithium .

Alejandro Pedregal est un écrivain, cinéaste, professeur et chercheur. Son dernier ouvrage, Evelia : témoignage de Guerrero (Akal / Foca, 2019), rassemble le témoignage de la défenseure sociale Evelia Bahena García dans son combat contre les sociétés minières de l’État de Guerrero (Mexique). Il est médecin du département de cinéma, de télévision et de scénographie de l’université d’Aalto (Finlande) et professeur à l’Unité des arts élargis (UWAS) du même établissement

Alejandro Pedregal 20 novembre 2019

https://ctxt.es/es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Bolivie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...