Édition du 17 septembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Lutte contre la pauvreté

Le dépôt de garantie …une embûche supplémentaire

Granby,02 juillet 2019- Madame la Ministre Andrée Laforest, considère la demande des propriétaires d’édifices locatifs, de légaliser « le dépôt de garantie ». Cette mesure si elle est légalisée aura un fort impact sur les personnes en situation de pauvreté, à la recherche d’un appartement.

« C’est un enjeu que nous étudions », explique la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, par le biais de son attachée de presse.(1)
Suite à la lecture des différents articles publiés dans La Presse, à la veille du 1er juillet, grand jour de déménagement pour plusieurs Québécois, il est difficile pour le GASP de rester indifférent face à la question du « dépôt de garantie ».
On comprend les propriétaires de logements de vouloir se protéger contre les mauvais payeurs et les locataires négligents.

Mais cette mesure de « dépôt de garantie » risque de nuire grandement à l’accès au logement pour plusieurs. Il faut savoir que les gens vivant sous le seuil de pauvreté sont souvent contraints de dépenser plus de 50%(2) de leur revenu pour se loger, ce qui ne laisse pas une grosse marge de manœuvre pour les autres dépenses.
Ces gens sont littéralement en situation de survie et peinent à combler leurs besoins de base. Si le « dépôt de garantie » devient légal, ces personnes n’auront pas les moyens de fournir l’avance monétaire réclamée et ne pourront donc pas avoir accès à un logement. Qu’en adviendra-t-il ? Vont-ils aller rejoindre les rangs des sans-abri ? Ce qui irait à l’encontre de la stratégie canadienne de lutte contre l’itinérance : Vers un chez-soi ; qui a pour but de diminuer le taux d’itinérance.

La construction de logements sociaux faciliterait grandement l’accès à un appartement abordable et salubre pour les personnes en situation de vulnérabilité. C’est une solution qui est souhaitée en réponse aux besoins de logements. Sans la construction de nouveaux logements sociaux, il est difficilement envisageable que le « dépôt de garantie » puisse être appliqué sans conséquence pour les plus vulnérables.
Madame la Ministre Andrée Laforest étudie la requête des propriétaires qui réclament une meilleure protection. Elle souhaite s’entretenir avec les associations de propriétaires et de locataires pour connaître l’opinion de tous avant de rendre une décision, ce qui est tout à son honneur. Il est à souhaiter que durant ces consultations, les plus vulnérables ne soient pas oubliés et qu’une solution soit mise en place pour alléger leur fardeau.
Le Groupe Actions Solutions Pauvreté (GASP) est une table de concertation intersectorielle dont le mandat est de mettre en commun les forces de tous les partenaires dans la recherche d’actions et de solutions concrètes aux problèmes de pauvreté et d’exclusion sociale vécus par plusieurs membres de notre communauté. Il représente plus d’une quarantaine d’organismes communautaires et des citoyens de la Haute-Yamaska et compte les trois paliers politiques ainsi que des organismes institutionnels et religieux à titre de membres associés. Le GASP soutient le développement d’outils et de stratégies en fonction notamment des quatre grands axes suivants : le logement/l’habitation, l’itinérance, la sécurité alimentaire et l’éducation/sensibilisation.

Source : Groupe Actions Solutions Pauvreté

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Lutte contre la pauvreté

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...