Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Catalogne

Le nationalisme espagnol s'accroche docilement au PSC mais l'indépendance l'emporte mieux que jamais

La victoire en sièges et en votes place l’indépendance dans une grande position de force, qu’ERC a le droit de décider comment il veut diriger

Faites attention aux données, car avec cela, il y a déjà trois élections consécutives au Parlement de Catalogne qui a gagné son indépendance. Ce n’est donc pas un fait sporadique, mais une tendance parfaitement consolidée.

L’indépendance a gagné en 2015, avec 72 sièges ; a remporté en 2017, avec 70 ; et a gagné encore plus clairement en 2021, en fait avec le meilleur résultat : 74 sièges. Et avec un fait encore plus important : pour la première fois, l’indépendance dépasse 50% des voix, clairement : 51,3%, selon les résultats provisoires.

Contre ce pouvoir électoral, contre cette réalité sociologique et politique si massive et si retentissante que ni la violence politique ni la répression ne peuvent s’arrêter, le nationalisme espagnol a opté lors des deux dernières élections pour une tactique pyrrhique qui consiste à remporter systématiquement le prix de la consolation : la concentration le nombre maximum de voix dans un seul parti pour prétendre à une victoire qu’ils n’ont pas en sièges et cette fois plus en votes non plus. Ils ne jouent que le marketing, le gros titre immédiat, ce qui leur permettra d’essayer de montrer que le pays n’est pas ce qu’il est vraiment.

L’Opération Island a donc fonctionné. Et la vérité est qu’il est très impressionnant de voir à quel point le vote espagnol devient obéissant. Il y a trois ans, on leur a dit qu’ils devaient concentrer le vote sur Inés Arrimadas et Citizens a obtenu 36 députés. Maintenant, on leur a dit qu’ils devraient concentrer leur vote sur Salvador Illa et ils l’ont fait. Les 36 députés de Citoyens de 2017 sont passés à 6, le PP a encore perdu un siège des rares qu’il avait, de 4 à 3, et seuls les ultras de Vox, avec 11 sièges, ont résisté à l’ordre impératif de tenir. aux socialistes d’essayer de prétendre quelques mois de plus que la Catalogne ne quitte pas. Mais contrairement à ce qui est arrivé à Arrimadas, ils ont maintenant pu gagner des voix mais n’ont pas pu éviter une égalité de sièges avec l’ERC. Une victoire donc encore plus pyrrhique que celle d’il y a trois ans.

Avec ce résultat, il y a la possibilité que l’indépendance réédite l’accord gouvernemental entre ERC et Junts. Ce ne sera pas facile, étant donné tout ce que nous avons vécu ces derniers mois et ces dernières années. Mais cela semble l’option la plus sensée, surtout au vu de la dérive qui a pris et prendra encore plus le PSC en tant que leader et refuge du nationalisme espagnol en Catalogne. Et considérant qu’il suffirait de l’abstention de la CUP pour que cela soit possible. Avec le Père Aragonès, incontestablement, comme président de la Generalitat, étant donné que ce sont les républicains qui ont pris les devants dans la compétition interne des groupes indépendantistes.

En tout cas, ce doit être la gauche qui dit d’abord ce qu’elle veut faire. Ils y ont droit. Dans la campagne, l’ERC a parlé de proposer un gouvernement qui incluait les communs, le CUP et Junts, une coalition que personne ne voit comme très possible, et a également parlé à un moment donné de gouverner seul, avec le soutien parlementaire d’autres partisans de l’indépendance groupes. Dans tous les cas, les républicains peuvent être satisfaits, car le résultat d’hier soir culmine leurs aspirations à la présidence de la Generalitat.

Quant aux autres formations parlementaires indépendantistes, le CUP peut être particulièrement satisfait du résultat obtenu, qui le rapproche du meilleur qu’il ait jamais réalisé et qui le conduit à surpasser les communs. Après le coup d’État de 2017, la CUP jouera à nouveau un rôle clé dans le nouveau parlement et qui sait si également dans le nouveau gouvernement.

Quant à Junts, malgré la déception évidente qui a dû les amener à ne pas avoir gagné comme prévu, ils ont encore suffisamment de raisons d’être satisfaits. Ils ont gagné dans la démarcation de Gérone et Lleida, ils sont la première force municipale en longueur, car ils ont gagné dans 559 municipalités (gauche en 262 et le PSC en 106) ont laissé de côté le PDECat, qui a concouru directement et très agressivement contre eux en profitant des droits électoraux qui à la fin du décompte sont devenus très clairs qu’ils ne correspondaient pas politiquement, bien que légalement.
Les 70 000 longs votes du PDECat ont finalement été vains en termes parlementaires, comme l’ont annoncé tous les sondages sérieux. Sauf, justement, pour blesser Junts, car le nouveau parti du président Puigdemont et de Laura Borràs compte 34 000 voix en dessous de la gauche, soit environ la moitié seulement de celles obtenues par le PDECat. Que le parti de Jordi Pujol et Artur Mas termine ainsi son parcours politique est un autre exemple du changement de cap que ce pays a opéré en très peu de temps.

Et une dernière note, dans ce cas de la politique espagnole. Pedro Sanchez a des raisons de s’inquiéter. Le résultat et les manières brusques et presque insultantes de Salvador Illa entraveront sûrement l’entente à Madrid entre le Parti socialiste et la gauche républicaine. De plus, compte tenu de cette indépendance rupturiste, les groupes qui ont marqué l’unilatéralisme et une position ferme face au gouvernement en tant que ligne politique, totalisent 41 sièges sur un total de 74 obtenus par le mouvement.

Vicent Partal Vilaweb

https://www.vilaweb.cat/noticies/lespanyolisme-saferra-obedient-al-psc-pero-lindependentisme-guanya-millor-que-mai/

Annexe, résultats des votes (1)

68 sièges pour majorité absolue
135 sièges au total
• 33 PSC 652,858
• 33 ERC 603,607
• 32 JxCat 568,002
• 11 Vox2 17,883
• 9 CUP 189,087
• 8 En Comú P. 194,626
• 6 Cs 157,903
• 3 PP 109,067
Participation 53,54%
Votes 2,874,610
En Blanc 24,021
Nuls 40.966
(1) https://eleccions.ara.cat/parlament-14f

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Catalogne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...