Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Négociation des conventions collectives du secteur public - Exaspérée par la lenteur des pourparlers, l'APTS occupe le ministère de la Santé et des Services sociaux

QUÉBEC, le 5 nov. 2021 - Près de 200 militant·e·s de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont investi l’édifice du ministère de la Santé et des Services sociaux à Québec afin de dénoncer la lenteur des pourparlers avec le gouvernement du Québec et de soutenir leur équipe de négociation, qui rencontrera en après-midi les représentant·e·s du Conseil du trésor.

« Il y a des limites à attendre un retour de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel. Elle nous avait clairement indiqué qu’elle souhaitait parvenir à une entente rapidement. Ça fait un mois que nous avons proposé de nouvelles mesures pour aider le gouvernement à reconnaître à sa juste valeur le rôle indispensable des professionnel·le·s et des technicien·ne·s du réseau. Depuis, c’est à peine si on l’entend. Si le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, veut que l’on quitte, qu’il fasse pression sur sa collègue pour qu’on reçoive une offre digne de l’expertise large et diversifiée de nos 60 000 membres », a exigé la 4e vice-présidente de l’APTS, Émilie Charbonneau, dans l’entrée de l’édifice.

Sans contrat de travail depuis plus de 19 mois, l’APTS demande depuis le début des négociations que le gouvernement Legault mette en place des mesures structurantes afin de favoriser l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre pour éliminer la surcharge de travail et réduire les listes d’attente, qui explosent un peu partout dans le réseau. Mais son obsession des infirmières et des préposé·e·s aux bénéficiaires l’empêche de mesurer l’étendue des problèmes qui affectent tout le réseau de la santé et des services sociaux, notamment ceux qui touchent directement le personnel professionnel et technique.

« Il y a du temps supplémentaire, et souvent obligatoire, dans les laboratoires médicaux, en santé mentale, dans les salles d’imagerie et de médecine nucléaire, dans les centres jeunesse et de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme, pour ne nommer que quelques secteurs. Qu’est-ce que le ministre Dubé attend pour s’attaquer à ce problème ? Qu’il soit aussi grave que celui des infirmières ? Nous avons des solutions sur la table pour éviter d’en arriver là. Il n’a qu’à les utiliser », a conclu Émilie Charbonneau.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...