Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Nouveau dépôt patronal en santé et services sociaux - Le gouvernement est déconnecté de l'urgence d'agir, déplore la FSSS-CSN

MONTRÉAL, le 22 oct. 2020 - La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) est extrêmement déçue du plus récent dépôt patronal sectoriel dans les négociations visant le renouvellement des conventions collectives de ses 100 000 membres du réseau public. Ce nouveau dépôt ne peut toujours pas constituer une base de règlement. En effet, dans cette mise à jour de leurs demandes, les représentants patronaux maintiennent le cap vers une détérioration des conditions de travail des salarié-es. Le gouvernement n’offre aucune réponse sur les demandes d’améliorations des conditions de travail et de pratique des salarié-es.

Contrairement aux déclarations publiques récentes du gouvernement, il ne propose pas d’ajouter quelque somme que ce soit permettant d’éliminer les surcharges de travail qui affectent l’ensemble des titres d’emploi du réseau, bien au contraire, il veut sabrer dans les conditions de travail. Il ne répond pas non plus aux principales revendications du personnel en ce qui a trait, notamment, à la santé et la sécurité du travail, à l’attraction et la rétention du personnel ni à la conciliation famille-travail-études, et ce, malgré des dizaines de rencontres d’échanges depuis le début des négociations, en octobre 2019. Entre autres exemples de demandes patronales particulièrement troublantes, notons une révision des dispositions entourant les heures supplémentaires, non pas pour en réduire les recours, mais pour pouvoir en diminuer le coût pour les employeurs.

Déception

« Nos services à la population étaient déjà en crise, avant même la pandémie, rappelle la vice-présidente de la FSSS-CSN, Josée Marcotte. Les derniers mois nous ont montré à quel point ils ont été malmenés. En ce sens, ces propositions sont extrêmement décevantes. Lorsque vient le temps d’aider des entreprises privées, la CAQ trouve toujours les fonds nécessaires. Mais le même gouvernement n’a plus aucune marge de manœuvre quand c’est le temps de corriger les lacunes de notre réseau et de redonner un peu d’oxygène aux centaines de milliers de personnes qui sont au front, chaque jour, pour le mieux-être de la population. C’est vraiment irrespectueux ».

Mobilisation

« Malheureusement, le gouvernement ne reconnaît pas l’urgence d’agir, poursuit Josée Marcotte. Alors nous allons nous assurer qu’il en prendra conscience au cours des prochaines semaines et qu’il sentira, enfin, l’urgence de convenir de solutions négociées. Les travailleuses et les travailleurs méritent le plein respect et une véritable négociation. Nous refusons de reporter, encore une fois, la mise en place de solutions durables pour le personnel.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...