Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Première convention collective pour les membres d'Unifor de Rio Tinto Alcan à l'usine de Grande-Baie

SAGUENAY, QC, le 30 juill. 2020 - C’est lors d’une assemblée générale tenue le 29 juillet que les membres du département de l’entretien de l’usine de Rio Tinto Alcan à Grande-Baie, ont voté en faveur de l’entente de principe conclue entre Unifor et Rio Tinto Alcan. Il s’agit d’une première convention collective qui s’est finalement conclue près de 2 ans suivant la syndicalisation de ce département.

Rappelons que depuis la syndicalisation, l’employeur a tenté de faire échoué le processus en contestant l’accréditation, mais aussi en usant d’autres stratagèmes tels que de retenir l’augmentation salariale annuelle des membres. Le processus de négociation avait également échoué et l’employeur avait demandé l’arbitrage de la première convention collective.

Les parties ont finalement conclu une entente de principe qui a été présenté aux membres le 29 juillet lors d’une assemblée générale.

« Lors du processus d’arbitrage, une fenêtre s’est ouverte, et les parties ont favorisé un processus réel de négociation. Après un blitz de 8 jours, nous en sommes venus à une entente de principe qui protège non seulement nos acquis, mais qui rapatrie également 17 emplois de sous-traitant dans notre unité dans négociation. Ce n’est pas rien ! » déclare Dany Holmes, président de la section locale 1980Q Unifor.

Le nouveau contrat de travail est venu protéger les conditions de travail existantes des employés en plus d’améliorer le régime de retraite.

« Nous sommes soulagés que cette saga soit finalement dernière nous et que nos membres aient pu se prononcer sur une entente négociée plutôt que de vivre avec la décision d’un arbitre. Ceci permet à nos membres de s’approprier leur convention collective. Nous espérons aussi que les employés de la production, qui ne sont toujours pas syndiqués, constaterons que la syndicalisation permet d’améliorer leurs conditions de travail et que la négociation est un exercice qui se fait d’égal à égal. Nous les invitons à se joindre eux aussi à la grande famille d’Unifor » déclare Renaud gagné, directeur québécois d’Unifor.

Unifor représente environ 102 membres du département de l’entretien de l’usine de Rio Tinto à Grande-Baie.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...