Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Tous et toutes dans la rue avec les étudiant-e-s

Le mouvement de grève étudiant débuté le 13 février dernier en est maintenant à sa quatrième semaine. Loin de s’essouffler il touche maintenant près de 170 000 étudiants et étudiantes représentant 126 associations de tout le Québec. Il ne se passe presque pas une journée sans que la lutte des étudiants ne fasse la une des médias. En entrevue à la radio de Radio-Canada, la ministre Beauchamps a été incapable de répondre au fait que l’opinion publique en faveur de l’augmentation des frais de scolarité avait diminué de 25% en seulement trois semaines. La stratégie étudiante fonctionne. Le débat public a déjà dépassé le simple fait de la capacité ou non de payer l’augmentation. La question est devenue un enjeu de société.

Un mouvement de soutien est en train de se développer parmi les enseignants, la FNEEQ-CSN appelle à se joindre aux étudiants sur les lignes de piquetage. Un manifeste contre la hausse endossé par des professeurs de différents cégeps et universités circule actuellement en ligne : manifestecontrelahausse@hotmail.com .Le Syndicat des professeurs de l’Université du Québec à Montréal (SPUQ) vient de voter un appui à la grève et appelle à une participation massive des professeures et professeurs lors des manifestations nationales des étudiants et étudiantes.

Une bonne quantité d’artistes arboraient le carré rouge de solidarité à la grève étudiante lors de la cérémonie de la remise des Jutras hier. C’est aussi la meilleure réponse à donner à la violence policière, il faut élargir la solidarité. Le Syndicat des professeurs de l’Université du Québec en Abitibi Témiscamingue demande au gouvernement Charest de sursoir à l’augmentation des frais de scolarité et déplore l’attitude du gouvernement Charest envers les étudiants : « Ceux-ci ont entrepris une démarche démocratique et légitime. La société québécoise ne tolèrera pas l’usage de la violence policière et la sourde oreille du gouvernement comme seules réponses à cette démarche. »

La riposte étudiante est un premier écueil dans les plans du gouvernement, lequel présentera d’ailleurs son budget le 20 mars prochain. Deux manifestations importantes sont prévues dans cette période. Une le 18 mars et une autre le 22. Il est maintenant important que les centrales syndicales appellent à mobiliser pour ces manifestations et soient aux côtés des étudiants dans la lutte. Parce que le droit à l’éducation concerne tout le monde, mais aussi parce qu’une victoire des étudiant-e-s et le niveau de solidarité exprimé sera un indicateur de la résistance à venir et représentera un espoir de victoire contre les plans d’austérité.

André Frappier

Militant impliqué dans la solidarité avec le peuple Chilien contre le coup d’état de 1973, son parcours syndical au STTP et à la FTQ durant 35 ans a été marqué par la nécessaire solidarité internationale. Il est impliqué dans la gauche québécoise et canadienne et milite au sein de Québec solidaire depuis sa création. Co-auteur du Printemps des carrés rouges pubié en 2013, il fait partie du comité de rédaction de Presse-toi à gauche et signe une chronique dans la revue Canadian Dimension.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...