Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Tremblant : l'hôtel Hilton ne semble pas pressé de s'entendre avec ses employé-es

MONT-TREMBLANT, QC, le 19 août 2022 - Alors que la région de Tremblant est prise d’assaut par de nombreux athlètes à l’occasion du Ironman ce week-end, la direction de l’hôtel Hilton, au pied de la montagne, ne semble pas pressée de s’entendre avec ses employé-es. Ceux-ci ont entamé ce matin leur quatrième journée de grève afin de dénouer l’impasse qui perdure à la table de négociation.

Alors que leur convention collective est échue depuis le 30 juin, les syndiqué-es déplorent le manque de volonté de la direction de l’hôtel d’en arriver à une entente. « Nos corps d’emploi accusent déjà un retard allant jusqu’à 5 $ l’heure par rapport aux emplois comparables dans les autres hôtels de la montagne. L’employeur peine tellement à embaucher du personnel qu’il doit avoir recours à une agence de placement de façon régulière. Et pourtant, il nous offre une piastre l’heure à la signature, 25 cents en janvier… et des cartes-cadeaux », affirme Benoit Filion, président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Station Mont-Tremblant, affilié à la CSN.

La centrale syndicale s’inquiète par ailleurs du recours à des briseurs de grève au cours des trois premières journées de grève, exercées de façon interrompue depuis la semaine dernière. « Il est absurde de penser que seuls les cadres peuvent entretenir la centaine de chambres de l’hôtel », ironise le président de la Fédération du commerce-CSN, Alexandre Laviolette. « Nous sommes très au fait du recours régulier de la direction à des scabs pour assurer le service à la clientèle, ce qui contrevient de plein fouet au Code du travail », souligne le dirigeant syndical, qui confirme son intention d’interpeler dès aujourd’hui le ministère du Travail afin qu’un enquêteur soit mandaté pour faire la lumière sur la situation.

Réunis en assemblée générale hier, les employé-es de l’hôtel ont renouvelé leur appui à leur comité de négociation en rejetant, de façon unanime, les dernières offres patronales et en votant une nouvelle banque de dix jours de grève. « Les travailleuses et les travailleurs du Hilton de Tremblant ont fait preuve d’une solidarité exemplaire depuis le début des négociations, souligne Alexandre Laviolette. Il va sans dire qu’ils auront tout l’appui de la CSN jusqu’à l’obtention d’un règlement satisfaisant ».

La section Hilton du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Station Mont-Tremblant regroupe 24 salarié-es, alors que le syndicat général représente les 900 employé-es des différentes installations de la montagne. Fondée en 1921, la CSN regroupe 325 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...