Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

L’Ukraine et la politique de guerre permanente

Une guerre permanente exige une censure permanente

Personne, y compris les partisans les plus optimistes de l’Ukraine, ne s’attend à ce que la guerre de la nation avec la Russie se termine bientôt. Les combats ont été réduits à des duels d’artillerie sur des centaines de kilomètres de lignes de front et à des avancées et des retraites rampantes. L’Ukraine, comme l’Afghanistan, va saignerpendant très longtemps. C’est voulu.

31 août 2022 | tiré de Canadian Dimension | « Guerre Inc. » Illustration par M. Fish

Le 24 août, l’administration Biden a annoncé un autre programme d’aide militaire massive à l’Ukraine d’une valeur de près de 3 milliards de dollars. Il faudra des mois, et dans certains cas des années, pour que cet équipement militaire atteigne l’Ukraine. Dans un autre signe que Washington suppose que le conflit sera une longue guerre d’usure, il donnera un nom à la mission d’assistance militaire américaine en Ukraine et en fera un commandement séparé supervisé par un général deux ou trois étoiles. Depuis août 2021, Biden a approuvé plus de 8 milliards de dollars de transferts d’armes à partir de stocks existants, connus sous le nom de retraits, à expédier en Ukraine, qui ne nécessitent pas l’approbation du Congrès.

Y compris l’aide humanitaire, la reconstitution des stocks d’armes américains épuisés et l’expansion de la présence des troupes américaines en Europe, le Congrès a approuvé plus de 53,6 milliards de dollars (13,6 milliards de dollars en mars et 40,1 milliards de dollars supplémentaires en mai) depuis l’invasion russe du 24 février. La guerre prime sur les menaces existentielles les plus graves auxquelles nous sommes confrontés. Le budget proposé pour les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) pour l’exercice 2023 est de 10,675 milliards de dollars, tandis que le budget proposé pour l’Agence de protection de l’environnement (EPA) est de 11,881 milliards de dollars. Notre aide approuvée à l’Ukraine est plus du double de ces montants.

Les militaristes qui ont mené une guerre permanente coûtant des milliards de dollars au cours des deux dernières décennies ont investi massivement dans le contrôle du récit public. L’ennemi, qu’il s’agisse de Saddam Hussein ou de Vladimir Poutine, est toujours l’incarnation du mal, le nouvel Hitler. Ceux que nous soutenons sont toujours des défenseurs héroïques de la liberté et de la démocratie. Quiconque remet en question la justesse de la cause est accusé d’être un agent d’une puissance étrangère et un traître.

Les médias de masse diffusent avidement ces absurdités binaires dans des cycles d’information de 24 heures. Ses célébrités et ses experts, universellement issus de la communauté du renseignement et de l’armée, s’écartent rarement du scénario approuvé. Jour et nuit, les tambours de la guerre ne cessent de battre. Son objectif : maintenir des milliards de dollars entre les mains de l’industrie de guerre et empêcher le public de poser des questions gênantes.

Face à ce barrage, aucune dissidence n’est permise. CBS News a cédé à la pressionet a retiré son documentaire qui accusait que seulement 30% des armes expédiées en Ukraine arrivaient sur les lignes de front, le reste étant siphonné vers le marché noir, une conclusion quia été rapportée séparémentpar le journaliste américain Lindsey Snell. CNN a reconnu qu’il n’y avait aucune surveillance des armes une fois qu’elles arrivent en Ukraine, longtemps considérée comme le pays le plus corrompu d’Europe. Selon un sondage réalisé par Ernst & Young en 2018 auprès de cadres responsables de la lutte contre la fraude, l’Ukraine a été classée neuvième pays le plus corrompu sur 53 pays interrogés.

Il y a peu de raisons apparentes de censurer les critiques de la guerre en Ukraine. Les États-Unis ne sont pas en guerre avec la Russie. Aucune troupe américaine ne combat en Ukraine. La critique de la guerre en Ukraine ne met pas en péril notre sécurité nationale. Il n’y a pas de liens culturels et historiques de longue date avec l’Ukraine, comme il y en a avec la Grande-Bretagne. Mais si la guerre permanente, avec un soutien public potentiellement ténu, est l’objectif principal, la censure a un sens.

La guerre est l’activité principale de l’empire américain et le fondement de l’économie américaine. Les deux partis politiques au pouvoir perpétuent servilement la guerre permanente, comme ils le font pour les programmes d’austérité, les accords commerciaux, le boycott fiscal virtuel pour les entreprises et les riches, la surveillance gouvernementale généralisée, la militarisation de la police et le maintien du plus grand système carcéral du monde. Ils s’inclinent devant les diktats des militaristes, qui ont créé un État dans l’État. Ce militarisme, comme l’écrit Seymour Melman dans The Permanent War Economy : American Capitalism in Decline, « est fondamentalement contradictoire avec la formation d’une nouvelle économie politique basée sur la démocratie, au lieu de la hiérarchie, sur le lieu de travail et dans le reste de la société ».

« L’idée que l’économie de guerre apporte la prospérité est devenue plus qu’une illusion américaine », écrit Melman. Une fois convertie, comme elle l’a été, en idéologie qui justifie la militarisation de la société et l’avilissement moral, comme au Vietnam, alors une réévaluation critique de cette illusion est une question urgente. C’est une responsabilité primordiale des personnes réfléchies qui sont attachées à des valeurs humaines de faire face et de répondre à la perspective que la détérioration de l’économie et de la société américaines, en raison des ravages de l’économie de guerre, puisse devenir irréversible.

Si la guerre permanente doit être arrêtée, comme l’écrit Melman, le contrôle idéologique de l’industrie de guerre doit être brisé. Le financement par l’industrie de guerre des politiciens, des centres de recherche et des groupes de réflexion, ainsi que sa domination des monopoles médiatiques, doivent cesser. Le public doit être sensibilisé, écrit Melman, à la façon dont le gouvernement fédéral « se maintient en tant que direction du plus grand empire industriel du monde ; comment l’économie de guerre est organisée et fonctionne parallèlement au pouvoir politique centralisé – souvent en contradiction avec les lois du Congrès et la Constitution elle-même ; comment la direction de l’économie de guerre convertit le sentiment pro-paix de la population en majorités pro-militaristes au Congrès ; comment l’idéologie et les craintes de pertes d’emplois sont manipulées pour mobiliser le soutien du Congrès et du grand public en faveur de l’économie de guerre ; comment la Direction de l’économie de guerre utilise son pouvoir pour empêcher la planification d’une conversion ordonnée à une économie de paix ».

Le militarisme rampant et incontrôlé, comme le note l’historien Arnold Toynbee, « a été de loin la cause la plus fréquente de l’effondrement des civilisations ».

Cette rupture est accélérée par la standardisation rigide et l’uniformité du discours public. La manipulation de l’opinion publique, ce que Walter Lippman appelle « la fabrication du consentement », est impérative alors que les militaristes éviscèrent les programmes sociaux ; laisser l’infrastructure en ruine du pays se dégrader ; refuser d’augmenter le salaire minimum ; soutenir un système de soins de santé inepte et mercenaire à but lucratif qui a entraîné 25 % des décès dus à la COVID dans le monde – bien que nous soyons moins de cinq pour cent de la population mondiale – pour escroquer le public ; procède à la désindustrialisation ; ne rien faire pour freiner le comportement prédateur des banques et des entreprises ou investir dans des programmes substantiels pour lutter contre la crise climatique.

Les critiques, déjà exclues des grands médias, sont sans relâche attaquées, discréditées et réduites au silence pour avoir dit une vérité qui menace la quiétude du public alors que le Trésor américain est pillé par l’industrie de guerre et que la nation est éventrée.

Vous pouvez regarder ma discussion avec Matt Taibbi sur la pourriture qui infecte le journalisme ici et ici.

L’industrie de guerre, déifiée par les médias,y compris l’industrie du divertissement, n’est jamais tenue responsable des fiascos militaires, des dépassements de coûts, des systèmes d’armes ratés et du gaspillage prodigue. Peu importe le nombre de catastrophes – du Vietnam à l’Afghanistan – qu’il orchestre, il est inondé de montants de plus en plus importants de fonds fédéraux, près de la moitié de toutes les dépenses discrétionnaires du gouvernement. La monopolisation du capital par l’armée a pousséla dette américaine à plus de 30 000 milliards de dollars, soit 6 000 milliards de dollars de plus que le PIB américain de 24 000 milliards de dollars. Le service de cette dette coûte 300 milliards de dollars par an. Nous dépensons plus pour l’armée, 813 milliards de dollars pour l’exercice 2023, que les neuf pays suivants, dont la Chine et la Russie, réunis.

Une organisation comme NewsGuard, qui a évalué ce qu’elle dit être des sites dignes de confiance et non fiables en fonction de leurs reportages sur l’Ukraine, est l’un des nombreux outils d’endoctrinement de l’industrie de guerre. Les sites qui soulèvent ce qui est considéré comme de « fausses » affirmations sur l’Ukraine, y compris qu’il y a eu un coup d’État soutenu par les États-Unis en 2014 et que les forces néo-nazies font partie de la structure militaire et du pouvoir de l’Ukraine, sont étiquetés comme peu fiables. Consortium News, Daily Kos, Mint Press et Grayzone ont reçu une étiquette d’avertissement « rouge ». Les sites qui ne soulèvent pas ces questions, comme CNN, reçoivent la note « verte » pour la vérité et la crédibilité (NewsGuard, après avoir été fortement critiqués pour avoir donné à Fox News une note verte d’approbation en juillet, a révisé sa note pour Fox News et MSNBC, leur donnant des étiquettes rouges).

Les cotes sont arbitraires. Le Daily Caller, qui a publié de fausses photos nues d’Alexandria Ocasio-Cortez, a reçu une note verte, ainsi qu’un média détenu et exploité par la Heritage Foundation. NewsGuard donne à WikiLeaks une étiquette rouge pour avoir « omis de publier » des rétractations, bien qu’il admette que toutes les informations publiées par WikiLeaks jusqu’à présent sont exactes. Ce que WikiLeaks était censé retirer reste un mystère. Le New York Times et le Washington Post, qui ont partagé un Pulitzer en 2018 pour avoir rapporté que Donald Trump s’était entendu avec Vladimir Poutine pour aider à influencer les élections de 2016, une théorie du complot que l’enquête Mueller a implosée, se voient attribuer des scores parfaits. Ces évaluations ne visent pas à vérifier le journalisme. Il s’agit de faire respecter la conformité.

NewsGuard, créé en 2018, « s’associe » au département d’État et au Pentagone, ainsi qu’à des sociétés telles que Microsoft. Son conseil consultatif comprend l’ancien directeur de la CIA et de la NSA, le général Michael Hayden ; le premier directeur de la sécurité intérieure des États-Unis, Tom Ridge, et Anders Fogh Rasmussen, ancien secrétaire général de l’OTAN.

Les lecteurs qui se rendent régulièrement sur des sites ciblés pourraient probablement s’en moquer s’ils sont étiquetés avec une étiquette rouge. Mais là n’est pas la question. Le but est d’évaluer ces sites de sorte que toute personne ayant une extension NewsGuard installée sur leurs appareils sera avertie de ne pas les visiter. NewsGuard est installé dans les bibliothèques et les écoles et sur les ordinateurs des troupes en service actif. Un avertissement apparaît sur les sites ciblés qui se lit comme suit : « Procédez avec prudence : Ce site Web ne parvient généralement pas à maintenir les normes de base d’exactitude et de responsabilité. »

Les évaluations négatives feront fuir les annonceurs, ce qui est l’intention. Il y a aussi un pas très court entre la mise sur liste noire de ces sites et leur censure, comme cela s’est produit lorsque YouTube a effacé six ans de mon émission, On Contact, diffusée sur RT America et RT International. Pas une seule émission ne parlait de la Russie. Et aucun n’a violé les directives pour le contenu imposées par YouTube. Mais beaucoup ont examiné les maux du militarisme américain.

Dans une réfutation exhaustive de NewsGuard, qui vaut la peine d’être lue, Joe Lauria, le rédacteur en chef de Consortium News, termine par cette observation :

Les accusations de NewsGuard contre Consortium News qui pourraient potentiellement limiter son lectorat et son soutien financier doivent être considérées dans le contexte de la manie de guerre de l’Occident sur l’Ukraine, à propos de laquelle les voix dissidentes sont réprimées. Trois rédacteurs du CN ont été expulsés de Twitter.

L’annulation par PayPal du compte de Consortium News est une tentative évidente de le définancer pour ce qui est presque certainement l’opinion de la compagnie selon laquelle le CN a violé ses restrictions sur la « fourniture de renseignements faux ou trompeurs ». On ne peut pas le savoir avec 100 p. 100 parce que PayPal se cache derrière ses raisons, mais le CN échange de l’information et rien d’autre.

Le CN n’appuie aucun camp dans la guerre en Ukraine, mais cherche à examiner les causes du conflit dans son contexte historique récent, qui sont toutes blanchies par les médias occidentaux grand public.

Ces causes sont : l’expansion de l’OTAN vers l’Est malgré sa promesse de ne pas le faire ; le coup d’état et la guerre de huit ans contre le Donbass contre les résistants au coup d’état ; l’absence de mise en œuvre des Accords de Minsk pour mettre fin à ce conflit ; et le rejet catégorique des propositions de traité par Moscou visant à créer une nouvelle architecture de sécurité en Europe tenant compte des préoccupations de la Russie en matière de sécurité.

Les historiens qui soulignent les conditions onéreuses imposées par Versailles à l’Allemagne après la Première Guerre mondiale comme une cause du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale n’excusent pas l’Allemagne nazie et ne sont pas diffamés comme ses défenseurs.

L’effort frénétique pour rassembler les téléspectateurs et les lecteurs dans l’étreinte des médias de l’establishment – seulement 16% des Américains ont beaucoup / beaucoup de confiance dans les journaux et seulement 11% ont un certain degré de confiance dans les nouvelles télévisées – est un signe de désespoir.

Comme l’illustre la persécution de Julian Assange, l’étranglement de la liberté de la presse est bipartisan. Cet assaut contre la vérité laisse une population sans ancrage. Il alimente les théories du complot sauvages. Cela détruit la crédibilité de la classe dirigeante. Il responsabilise les démagogues. Cela crée un désert d’information, un désert où la vérité et le mensonge sont indiscernables. Il nous conduit vers la tyrannie. Cette censure ne sert que les intérêts des militaristes qui, comme Karl Liebknecht l’a rappelé à ses compatriotes allemands pendant la Première Guerre mondiale, sont l’ennemi intérieur.

Chris Hedges est un journaliste lauréat du prix Pulitzer, un auteur à succès du New York Times, un professeur dans le programme d’études collégiales offert aux prisonniers de l’État du New Jersey par l’Université Rutgers et un ministre presbytérien ordonné. Il a écrit 12 livres, dont le best-seller du New York Times « Days of Destruction, Days of Revolt » (2012), qu’il a co-écrit avec le dessinateur Joe Sacco. Ses autres livres incluent « Wages of Rebellion : The Moral Imperative of Revolt » (2015), « Death of the Liberal Class » (2010), « Empire of Illusion : The End of Literacy and the Triumph of Spectacle » (2009), « I Don’t Believe in Atheists » (2008) et le best-seller « American Fascists : The Christian Right and the War on America » (2008). Son dernier livre est « America : The Farewell Tour » (2018). Son livre « War Is a Force That Gives Us Meaning » (2003) a été finaliste pour le National Book Critics Circle Award for Nonfiction et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Il écrit une chronique hebdomadaire pour le site Web ScheerPost.
Cet article a été initialement publié surScheerPost.com.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...