Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

AG d'Énergir : Des groupes environnementaux et citoyens demandent à Énergir de corriger son modèle d’affaires

À LA VEILLE DE L’ASSEMBLÉE ANNUELLE D’ÉNERGIR
Des groupes environnementaux et citoyens demandent à Énergir de corriger son modèle d’affaires et ses pratiques communicationnelles

VOIR ICI LA LETTRE COMPLÈTE À ÉNERGIR, Y COMPRIS DES IMAGES ILLUSTRANT LES PRATIQUES DÉNONCÉES

À la veille de l’assemblée annuelle des actionnaires de Valener Inc., véhicule d’investissement pour le public dans Énergir, s.e.c., qui aura lieu le 21 mars 2019 à 10 heures, le Mouvement écocitoyen UNEplanète, Greenpeace Canada, Nature Québec et la Fondation Coule pas chez nous demandent au distributeur gazier de corriger son modèle d’affaires et ses pratiques communicationnelles pour tenir compte de l’urgence climatique et de la judiciarisation de l’irresponsabilité climatique.

Dans une lettre adressée au conseil d’administration d’Énergir, les groupes citoyens et environnementaux dissèquent, images à l’appui, la stratégie d’affaires de la compagnie visant à développer le réseau gazier et à mousser la consommation de gaz naturel au Québec, au mépris de l’urgence climatique, et allant même jusqu’à subventionner le remplacement de l’hydroélectricité par le gaz naturel pour le chauffage des bâtiments. Ils dénoncent l’image de marque « verte » qu’Énergir cherche à se donner, la stratégie communicationnelle d’Énergir relative au gaz naturel renouvelable et les ponctions systématiques de fonds publics auxquelles Énergir a recours.

Les signataires rappellent que dans son rapport spécial SR15, publié en octobre 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a établi qu’il ne sera possible de contenir le réchauffement à 1,5 °C, par rapport à l’ère préindustrielle, que si les émissions de CO2 chutent de 50 % d’ici 2030 et si le monde atteint la neutralité carbone en 2050. Les groupes poursuivent en décrivant les multiples tactiques qu’Énergir utilise pour stimuler la demande de gaz, même si ce combustible fossile est incompatible avec l’urgence climatique. Ils s’en offusquent d’autant plus que le gaz issu de la fracturation, qui contribue encore plus que le gaz conventionnel au réchauffement planétaire, domine déjà le marché nord-américain et le dominera toujours davantage.

136 lobbyistes

Dans leur lettre commune, les signataires signalent que selon le Registre des lobbyistes, 136 lobbyistes d’Énergir sont à pied d’œuvre au Québec et que plusieurs de leurs mandats ont pour but de convaincre les élu.e.s et les fonctionnaires de soutenir le développement du gaz naturel pour le camionnage, le transport maritime, le transport des personnes, ou encore la construction de stations-service offrant du gaz naturel. L’un des mandats, portant le numéro 772, a pour but de « sensibiliser » les interlocuteurs municipaux et gouvernementaux « afin de favoriser la plus grande couverture possible du réseau gazier sur le territoire de la province de Québec ». Ce mandat vise tous les députés, 8 ministres, 345 municipalités, 39 MRC, les associations municipales du Québec, 23 centres hospitaliers, CISSS et CIUSSS ainsi que la Fédération des commissions scolaires du Québec.

Dépendance des fonds publics

Les signataires rapportent aussi qu’entre 2015 et 2018, Énergir (Gaz Métro) a demandé à la Régie de l’énergie d’approuver six projets d’extension de son réseau totalisant près de 200 kilomètres de conduite ; tous ces projets, sauf un, dépendaient d’un financement public pour environ 75 à 85 % des coûts totaux.

« Il est indécent qu’Énergir mousse la consommation d’un combustible fossile qui mène l’humanité et les écosystèmes de la planète à leur perte, s’insurgent les signataires. Il est doublement indécent qu’elle fasse financer ce développement amoral par les citoyens et citoyennes du Québec. »

Image de marque « verte »

Par ailleurs, les groupes critiquent les campagnes publicitaires d’Énergir au Québec, où les énergies renouvelables occupent presque toute la place « sans qu’il soit précisé que la compagnie exploite ces filières presque exclusivement aux États-Unis ». « Certains pourraient y voir une manipulation communicationnelle visant à donner une image verte à Énergir et donc au seul produit qu’elle est réellement en mesure d’offrir de manière significative aux clientèles québécoises : un hydrocarbure fossile que l’humanité doit de toute urgence mettre au rancart dans l’espoir d’éviter des dérèglements climatiques catastrophiques irréversibles », déplorent-ils.

Gaz naturel renouvelable : des projections « extravagantes »

Les signataires dénoncent aussi vertement les déclarations récentes d’Énergir à l’effet que « 2/3 du gaz naturel pourraient être de source renouvelable au Québec dès 2030 » (1). Tirée d’une étude réalisée par WSP Canada et Deloitte et reprise comme base d’une étude d’Aviseo Conseil (2), cette projection se fonde sur l’hypothèse que tous les résidus organiques identifiés comme gisements potentiels pour la production de gaz naturel renouvelable (GNR) au Québec serviraient effectivement à fabriquer du GNR ; en d’autres termes, elle fait abstraction des autres usages possibles de ces résidus comme le chauffage à la biomasse forestière et la fabrication de compost, sous le prétexte que l’exhaustivité et la pertinence à long terme de ces usages concurrents sont « difficiles à établir et à documenter ».

« Ainsi donc, Deloitte et WSP Canada ont pu quantifier les potentiels du GNR en spéculant sur l’évolution du "contexte politique, réglementaire, environnemental, social, économique et régional", en intégrant d’hypothétiques avancées technologiques et en utilisant "une modélisation comportant plus de 15 variables clés", mais se disent incapables de faire des projections sur 12 ans concernant la progression d’usages concurrents aussi établis que le chauffage à la biomasse forestière ou le compost. (...) En pesant bien nos mots, nous dirons que cela étonne », commentent les auteurs de la lettre.

« Nous craignons que les projections extravagantes mises de l’avant par Énergir, en ce qui concerne le potentiel du GNR, servent à faire miroiter l’illusion d’un avenir où le gaz naturel serait réellement propre et à cautionner ainsi les subventions visant le gaz naturel, surtout l’extension du réseau gazier. Cet argument est d’ailleurs déjà repris par des élus municipaux pour justifier leur appui au prolongement du réseau d’Énergir sur leur territoire. »

Un plan de redéploiement des actifs demandé

Les signataires concluent leur lettre en demandant au conseil d’administration d’Énergir de corriger son modèle d’affaires et ses pratiques communicationnelles pour tenir compte de l’urgence climatique et de la judiciarisation de l’irresponsabilité climatique. Ils lui demandent notamment de cesser d’affirmer que le gaz naturel procure une diminution des émissions de gaz à effet de serre de 25 % à 32 % par rapport au mazout ou au diésel, et d’adopter au plus tard dans un an un plan de redéploiement de ses actifs et de réorientation de ses activités commerciales qui lui permettra de diminuer de 50 % d’ici 2030 et de 100 % d’ici 2050 les gaz à effet de serre dont elle est responsable, tout en assurant une transition juste pour les travailleuses et travailleurs ainsi que pour les clientèles touchés.

Note

(1) Communiqué d’Énergir, Transition énergétique : 2/3 du gaz naturel pourraient être de source renouvelable au Québec dès 2030
(2) Production québécoise de gaz naturel renouvelable (GNR) - Évaluation du potentiel technico-économique au Québec (2018-2030), Deloitte et WSF Canada, novembre 2018 et La filière de production de gaz naturel renouvelable au Québec – Impacts économiques à l’horizon 2030 et contribution à l’économie circulaire, Aviseo Conseil, janvier 2019

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...