Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Belgique. Grève du 8 décembre en vue de la grève générale du 15 décembre 2014

Selon l’édition du quotidien Le Soir du 6 décembre 2014, des piquets de grève seront tenus devant plus de 300 entreprises, lundi en Région bruxelloise, a annoncé jeudi Nic Görtz de la CSC. « La mobilisation s’annonce assez forte », ajoute Audrey Lhoest de la FGTB Bruxelles. Voici une énumération des initiatives prises le 8 décembre dans la région de Bruxelles et des deux Brabant (wallon et flamand) qui « entourent » Bruxelles. Cette grève fait partie des grèves provinciales tournantes – se développant contre la politique d’austérité du gouvernement – qui disposent d’une audience importante aussi bien dans la population de Bruxelles, de Wallonie que de la Flandre. Elles préparent la grève générale du lundi 15 décembre 2014, une grève qui englobera toute la Belgique.

La simple énumération du Soir, avec ces « mises en garde », donne une idée de l’ampleur de la mobilisation sociale, dont le bilan pourra être fait le 9 décembre.

Bruxelles

• Stib [Société de transports intercommunaux de Bruxelles] A l’arrêt. Les dépôts seront bloqués dès lundi matin, aucun véhicule n’en sortira, nous ont confirmé la FGTB (Fédération Générale du Travail de Belgique) et la CSC (Confédération des Syndicats Chrétiens) qui agissent en front commun.

• SNCB. Aucun train n’arrivera jusqu’à la capitale. Des piquets de grève bloqueront l’accès des gares du Nord et du Midi, explique Michel Abdissi, secrétaire général de la CGSP Cheminots (Centrale Générale des Services Publics). Des piquets de grève bloqueront également l’atelier de Schaerbeek et l’atelier TGV de Forest.

• Routes. « Evitez de prendre la voiture à Bruxelles », conseille Inge Paemen, porte-parole de Bruxelles Mobilité. Si l’on peut s’attendre à ce que moins de voitures rallient Bruxelles, les actions syndicales sur certains axes routiers devraient rendre la circulation très difficile, estime-t-elle.

• Brussels Airport. Par mesure de précaution, 30 % des vols prévus ce lundi à Brussels Airport sont annulés. Différentes compagnies aériennes ayant prévu des vols vers ou à partir de Brussels Airport ont décidé d’annuler des voyages par précaution. « 175 vols sur les 576 prévus lundi ont été annulés », indique samedi Nathalie Van Impe, porte-parole de Brussels Airport.

Les annulations concernent aussi bien des vols européens que des long-courriers.

• Enseignement. Fondamental et secondaire. La mobilisation s’annonce fort importante à Bruxelles, selon la FGTB. Les syndicats organiseront des « piquets dissuasifs » devant de nombreuses écoles. Un service de garderie sera organisé en vertu de l’obligation d’accueil. Certains pouvoirs organisateurs ont décidé de fermer des écoles et de regrouper les garderies sur un nombre limité de sites.

De manière générale, vu la paralysie dans les transports en commun, le nombre d’étudiants et de profs qui rallient leur école sera réduit.

• Supérieur. Pas d’action prévue globalement par les syndicats. À l’ULB (Université libre de Bruxelles), les cours ne sont pas suspendus. Mais les actions spontanées en interne ne sont pas à exclure.

• Hôpitaux. Un service du dimanche sera organisé. Les urgences seront ouvertes. Mais il n’y aura pas ou peu de consultations.

• Services de secours. Les urgences seront assurées.

• Magasins. Delhaize, Carrefour, Cora, Médiamarkt, Inno, Brico… : la plupart des grands magasins de la capitale seront inaccessibles, soit parce que le personnel est en grève, soit par des piquets.

•Les agences bancaires seront également affectées.

• Téléphonie. Des piquets de grève sont annoncés devant Belgacom.

• Le secteur industriel sera touché, notamment le secteur automobile avec des actions chez Audi-Forest, mais aussi chez plusieurs concessionnaires. Au Port de Bruxelles, l’entreprise AEG, située au quai de Bistebroeck sera fermée. Dalkia aussi.

• RTBF/VRT (Radio-télévision). Le personnel de la VRT a voté en faveur de la grève générale. Du côté de la RTBF, des émissions seront remplacées par d’autres programmes.

Brabant Wallon

« Nous demandons aux gens de rester chez eux ou de rejoindre des piquets de grève. Les voitures, elles, ne passeront pas ! Nous jouons franc-jeu pour ne prendre personne en otage. La mobilisation contre les mesures du gouvernement nous concerne tous », nous confie Blanche Garcia, porte-parole de la CSC Brabant wallon.
Les villes de Wavre – celle du Premier ministre Charles Michel – et de Nivelles seront particulièrement visées.

Transports

•TEC. Fortement perturbés.

• SNCB. Les gares d’Ottignies et de Nivelles, déjà impactée par les grèves précédentes, ne seront pas bloquées, annonce la CGSP Cheminots. Mais aucun train ne sera en mesure de rallier Bruxelles. Cela veut dire, par exemple, qu’un train partant de Namur ralliera Ottignies mais fera ensuite demi-tour. Aucun train n’ira jusqu’à Bruxelles. Mais les trains au départ de Nivelles et Ottignies qui ne doivent pas passer par Bruxelles devraient circuler normalement, selon la CGSP.

• Routes. Le rond-point de la nationale 25, lieu stratégique sur le plan de la circulation en Brabant wallon sera filtrée le 8 décembre et totalement bloquée le 15 décembre.

• Enseignement. Fondamental et secondaire. Des actions sont aussi prévues au collège technique Saint-Jean, à l’Institut Saint-Jean-Baptiste, à Notre Dame de Basse-Wavre, et dans les Institut Saint-Michel et Sainte-Thérèse.

• Supérieur. À l’UCL, les cours ne seront pas suspendus, mais certains cours devraient être annulés. Les professeurs qui font grève ne seront pas rémunérés. Les autres doivent faire en sorte d’arriver sur leur lieu de travail ou télétravailler.
Les Hautes Ecoles à Louvain-la-Neuve seront touchées.

• Zonings (zones industrielles aménagées). Les zonings de GlaxoSmithKline à Wavre, et ceux de Saintes, Waterloo, Braine-l’Alleud (principalement UCB), seront touchés.

• Administrations. Des piquets seront installés devant les Hôtels de ville.
Dans ce contexte, le site A l’Encontre, publie ci-dessous, un texte de Daniel Tanuro intitulé : « Les problèmes fondamentaux de la grève générale ». Le caractère concentré de ces réflexions conduit à des raccourcis historiques qui peuvent gommer diverses questions politico-stratégiques. Mais son utilité de rappel, aujourd’hui, est évidente. (Rédaction A l’Encontre)

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...