Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique du Nord

Biden : “L'Empire est de retour”…

Pas qu’il soit jamais parti, bien sûr : la vocation des États-Unis à gouverner le monde est un fait constant de la vie internationale et de ses multiples crises. Que signifie alors la proclamation du président Joe Biden selon laquelle « L’Amérique est de retour », chaleureusement saluée dans de nombreuses capitales et parmi les faiseurs d’opinion de l’élite ?

Publié sur le site de la Quatrième internationale
Le 13 juin 2021

Par Against the Current Editors

Le mantra de Biden signifie un retour du chaos transactionnel et de la corruption de Trump à ce qu’on appelle "l’ordre international fondé sur des règles". Quant à ce que cet ordre signifie dans la vie de la majorité mondiale, Nicole Aschoff a raison (« The Biden Doctrine », Jacobin, hiver 2021) :

« En promettant de reconstruire une approximation proche de l’ordre mondial de l’ère Obama, Biden promet de restaurer un système violent et rapace qui perdait de plus en plus de légitimité.

« Trump est un personnage tellement odieux et déshonorant qu’il est facile de perdre de vue les profondes continuités entre son administration, les administrations précédentes et les tendances probables de l’équipe Biden : ingérence continue dans les gouvernements latino-américains, indifférence à la dette paralysante du tiers-monde, mépris joyeux pour le vol massif de richesse collective par les entreprises à travers des paradis fiscaux offshore, et une réelle volonté d’aller jusqu’au bout du monde pour protéger Wall Street tout en écrasant des gens ordinaires.

Sur les questions intérieures, l’énorme crise économique et sanitaire des États-Unis, ainsi que l’obstruction républicaine, ont poussé l’administration démocrate dans certaines directions « progressistes ». Il n’en va pas de même de la politique étrangère de Washington. Ce qui ressort ici à première vue, c’est sa dépravation morale écœurante.

Héritées du gang de Trump, les sanctions brutales contre les peuples iranien et vénézuélien se poursuivent, alors qu’il n’y a encore aucun signe de levée du blocus économique criminel américain de Cuba. Comme Kevin Young l’écrit sur le Venezuela : « Le soutien des États-Unis aux forces d’extrême droite de (Juan) Guaidó et (Leopoldo) Lopez vise à empêcher un accord entre (le président) Maduro et les éléments les plus pragmatiques de l’opposition [qui] pourrait atténuer la crise économique du Venezuela, mais cela pourrait laisser Maduro au pouvoir et ainsi faire dérailler le programme de changement de régime des États-Unis. (« Smarter Empire. » 8 mars 2021)

Pendant ce temps, aucune sanction n’a été imposée au prince héritier meurtrier d’Arabie saoudite, Mohammad bin Salman, au prétexte que Washington « recalibrait la relation » avec l’Arabie Saoudite, tout en préservant l’essentiel – et maintenant les ventes d’armes aux Émirats Arabes Unis, alors que le Yémen meurt. Il y a trop d’autres sales exemples de « géopolitique » pour les énumérer ici.

Sans référence à des considérations éthiques, nous devons également examiner les vrais conflits et contradictions auxquels est confrontée la principale puissance impérialiste. Ceux-ci sont particulièrement importants compte tenu de la montée en puissance de la Chine ainsi que des défis économiques et de cybersécurité. Certains d’entre eux portent des menaces à long terme de guerre et de destruction mutuelle.

Cela nécessite de dépasser la rhétorique quotidienne et le bruit du cycle de l’actualité. Stratégiquement, les « continuités profondes » entre Trump et Biden l’emportent sur les différences. Par exemple, alors que le grand twittiste aimait jouer le dur à la télévision lorsqu’il menaçait "Little Rocket Man" ou bombardait un aérodrome vide en Syrie, Biden, au cours de ses 30 premiers jours, a déjà lancé une frappe aérienne en Irak qui aurait tué 22 combattants de la milice chiite irakienne.

L’intention de Biden était un signal d’avertissement à l’Iran, pas de déclencher une véritable guerre. Ni Biden ni Trump ne sont intentionnellement des faiseurs de guerre sérieux – même si de telles actions pourraient déclencher une apocalypse par accident ou par erreur de calcul. C’est aussi certainement vrai pour d’autres conflits qui couvent, par exemple, entre les forces navales américaines et chinoises dans la mer de Chine méridionale, ou le cyber-conflit israélien et iranien à moitié caché et le sabotage des navires de l’autre.

Il semble, si le projet est mené à bien, que Biden mettra fin à la guerre U.S. en Afghanistan d’ici l’anniversaire du 11 septembre – une défaite de 20 ans pour la puissance américaine, une guerre qui n’aurait jamais pu être « gagnée » – et plus elle a duré, plus elle a infligé des ravages à l’Afghanistan et à sa population.

Conflits et Contradictions

Il est notoire que Trump méprisait les partenaires stratégiques des États-Unis en Europe pour leur échec flagrant à appauvrir suffisamment leurs propres populations afin d’augmenter les dépenses militaires. Le dénigrement de l’OTAN par Trump et son retrait péremptoire de l’accord de Paris sur le climat ont horrifié les partenaires stratégiques des États-Unis, tout en faisant appel à sa base nationale xénophobe et climato-sceptique.

Le sabotage de l’accord nucléaire iranien (Accord de Vienne) a fait du monde, et en particulier du Moyen-Orient, un endroit plus dangereux. Cela a mis en colère les puissances européennes – tout en exposant leur incapacité à faire grand-chose – ainsi qu’à rapprocher la Chine et l’Iran alors que Téhéran se tourne vers les investissements et l’aide chinoise contre du pétrole iranien à prix réduit.

Le jeu stratégique de Trump a bien sûr validé l’axe anti-iranien de longue date d’Israël, de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis. Une administration d’Hillary Clinton aurait travaillé plus discrètement pour développer cette même alliance, sans toutefois la provocation ouverte et grandiloquente de « l’accord du siècle » de Trump qui jette publiquement la Palestine sous les chenilles des chars.

Au Moyen-Orient, théâtre de crise permanente et d’alliances changeantes, la politique américaine reste, comme toujours, cyniquement indifférente à la destruction de la Palestine par Israël. On peut s’attendre à ce que l’équipe de Biden revienne à des postures plus conventionnelles de diplomatie impériale (dont le peuple palestinien, par exemple, n’a rien à attendre). Mais en rétablissant l’accord avec l’Iran, Biden est pris dans le sac à malice créé par Trump.

Israël fait tout, à la fois secrètement et ouvertement, comme le sabotage de l’installation de Natanz, pour détruire les négociations. L’Iran, pour sa part, a maintenant accéléré son enrichissement nucléaire. Un nouvel accord nécessite la levée des sanctions supplémentaires paralysantes de Trump contre l’Iran, une rupture que Biden ne veut pas faire car cela ressemblerait à une "faiblesse" – et les souffrances de la population iranienne sont sans intéret. L’abandon définitif de l’Accord de Vienne se profile, avec des implications dangereuses.

Les graves conflits auxquels l’impérialisme américain est confronté aujourd’hui seraient difficiles même s’ils ne convergeaient pas, et même si Trump n’avait pas laissé les États-Unis dans une position affaiblie et déclinante sur un certain nombre de fronts.

L’axe central de la rivalité mondiale se situe aujourd’hui entre la puissance établie des États-Unis et la puissance montante de la Chine. Cette lutte diffère à bien des égards de l’ancien conflit américano-soviétique, qui était politique et militaire mais pas essentiellement économique, car les économies bureaucratiques du bloc soviétique étaient isolées et extrêmement faibles. La Chine d’aujourd’hui est une puissance économique et politico-militaire montante, même si les États-Unis restent clairement dominants.

En croissance rapide, la capacité technologique et le rayonnement commercial de la Chine créent une multitude de problèmes concurrentiels et stratégiques - certains généralement positifs comme dans la fourniture de vaccins COVID, d’autres moins lorsque la Chine achète des actifs agricoles dans le Sud ou intimide ses voisins dans les eaux de pêche, reprenant certaines techniques occidentales classiques d’extraction des matières premières et de colonialisme de peuplement. Non seulement en Asie, mais en Afrique et en Amérique latine, les projets d’investissement et de développement chinois rivalisent avec succès avec la concurrence américaine et européenne, tout en créant également leurs propres contradictions sociales et environnementales.

Dans le même temps, la dépendance occidentale à l’égard de la Chine pour ses chaînes d’approvisionnement cruciales (des terres rares aux masques N95 et aux EPI pour le personnel médical de première ligne !) oblige les États-Unis et l’Europe à envisager de reconstruire leurs capacités nationales.

La gauche américaine et internationale est confrontée à la tâche complexe et délicate de dénoncer sans compromis les politiques brutales du régime chinois au Xinjiang et au Tibet, ses promesses non tenues et sa répression à Hong Kong, sans entrer dans le jeu de Washington qui exploite ces questions pour ses propres fins hégémoniques. (Pour une excellente ressource, consultez le site Web militant de la solidarité de Hong Kong https://lausan.hk.)

Une scène secondaire mais importante est le conflit entre les États-Unis et la Russie. Contrairement au chinois Xi Jinping, le président russe à vie Poutine règne sur une société en profond déclin social, totalement incapable de s’engager dans une concurrence économique avec le capital américain. Ses capacités militaires sont importantes au niveau régional (dans l’holocauste syrien et à la frontière ukrainienne par exemple), mais globalement faibles comparées aux États-Unis. Dans une rivalité asymétrique, cependant, la Russie dispose de capacités sophistiquées en termes de cyberespionnage et d’actes malveillants, y compris la capacité de perturber les processus politiques d’autres pays - comme, bien sûr, l’impérialisme américain le fait depuis au moins 75 ans.

Les plus urgents parmi les défis mondiaux profonds sont la pandémie de COVID-19 et les crises climatiques inextricablement combinées, qui persisteront toutes deux : le COVID jusqu’à ce que, à tout le moins, le monde soit efficacement vacciné avec une préparation adéquate pour de nouvelles épidémies, et l’urgence climatique pour le reste de ce siècle, en supposant que nous y survivions.

La dégradation de l’environnement et le réchauffement incontrôlable (avec la fonte du pergélisol, la destruction des forêts et la migration vers le nord d’agents pathogènes, entre autres conséquences) garantissent efficacement de nouvelles pandémies, tout comme les monocultures industrielles. Et si le programme de Biden prévoit une première étape raisonnable, bien que tardive, vers le contrôle du COVID, il ne saisit que vaguement l’urgence environnementale. (« la neutralité carbone d’ici 2050 » ne suffira pas.)

Ici encore, une rupture avec la politique et la pratique enracinées dans « l’économie de guerre permanente » de l’après-Seconde Guerre mondiale, et les doctrines d’une expansion économique illimitée à n’importe quel coût environnemental et social mondial, sont essentielles, mais hors de portée de la gouvernance capitaliste.

L’impérialisme rentre à la maison

La réalité de l’impérialisme pour la vie des peuples du monde est littéralement ramenée chez elle à la frontière sud des États-Unis où des milliers de demandeurs d’asile et de réfugiés cherchent chaque jour à entrer. Alors que les pires obscénités de l’administration Trump ont maintenant disparu – son plaisir sadique à déchirer les familles et à emprisonner les enfants dans des cages, son racisme joyeux et non déguisé – les réalités essentielles deviennent plus claires.

Alarmés par le flux de migrants et le retour de bâton de la droite, Biden et la vice-présidente Harris s’engagent à s’attaquer aux « causes sous-jacentes » qui impulsent la migration en provenance du Honduras, du Guatemala et du Salvador en particulier. Mais les politiques américaines elles-mêmes sont les facteurs critiques qui ont enraciné les régimes des escadrons de la mort et des cartels de la drogue dans ces pays, et bloqué les possibles changements révolutionnaires qui auraient pu les libérer. En conséquence, le seul moyen décent est de LAISSER ENTRER LES RÉFUGIÉS.

Kevin Young le dit bien : « Admettre quelques réfugiés de plus et prendre des mesures pour le climat aura un impact positif sur la vie des gens. Des mouvements populaires turbulents peuvent forcer à de plus grands changements de politique. Pourtant, étant donné l’ampleur des destructions que les gouvernements américains ont infligées à l’Amérique latine et aux Caraïbes, ce qui ressort, c’est le vaste fossé entre ce que Biden est susceptible de faire et ce qui est dû aux habitants de la région, qui méritent bien plus qu’un empire plus intelligent.

Les enfants non accompagnés et des familles entières fuient le « bipartisme » américain en action : le régime hondurien de Juan Orlando Hernandez (JOH) est arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’État en 2009 qui a été chaleureusement accueilli par Hillary Clinton, alors secrétaire d’État sous Obama. En 2017, lorsque les Honduriens votaient pour un candidat à la réforme de l’opposition, l’administration Trump a approuvé de la tête quand le décompte a été arrêté et le président déclaré « réélu ».

Des militants écologistes et autochtones au Honduras ont été assassinés par centaines. JOH et son frère Tony Hernandez sont tous deux considérés comme trafiquants de drogue aux États-Unis, où un tribunal fédéral vient d’imposer une peine d’emprisonnement à perpétuité à Tony à la suite de sa condamnation.

On entend fréquemment que les États-Unis sont, ou doivent redevenir, cette mythique « ville étincelante sur la colline » célébrée par Ronald Reagan au cours des glorieuses années 1980. Cet âge d’or a eu lieu lorsque les États-Unis soutenaient à la fois Saddam Hussein et Oussama ben Laden, tout en parrainant les guerres génocidaires contre-révolutionnaires en Amérique centrale dont les résultats ont poussé ces migrants désespérés à fuir vers le nord.

C’est ça l’impérialisme : la métaphorique « ville étincelante » déversant ses ordures, ses eaux usées brutes et ses déchets toxiques, au sens propre comme au figuré, sur les habitants de la colline, y compris une grande partie de sa propre population. Ce système doit être combattu - quel que soit le parti capitaliste qui règne en ce moment - pour notre propre survie et celle de l’humanité.

Mai-juin 2021, ATC n° 212

Du même auteur
Biden : “L’Empire est de retour”…
Les États-Unis au bord du gouffre ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique du Nord

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...