Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Enquête d’opinion

Canada : le regard des Français sur le pays de l’érable

Qui dit Canada, dit indubitablement espaces naturels sauvages à perte de vue à couper le souffle (deuxième grand pays au Monde après la Russie), biodiversité incommensurable, hétérogénéité raciale symbiotique qui forme, sans éloge aucun, une population pétrie d’Humanisme !
Hormis l’inclémence de l’hiver - que pourtant nombre de Français affectionnent – le pays de l’Erable, du caribou, de sa majesté le bison des bois, demeure la terre d’accueil, de coexistence et d’évasion quiète et pacifique, par excellence. A visiter « sans modération » !
Pour conforter ce coup de projecteur mélioratif et bienveillant, je suis allé à la rencontre des Français (es). Ils ne tarissent pas d’éloges sur le « Kanata » comme disent les Iroquois.

De Paris, Omar HADDADOU

Jacques est Cardiologue à Paris. Il daigne m’accorder un moment pour donner jovialement son avis sur le Canada : «  Les Français aiment beaucoup le Canada, parce qu’ils ont des attaches historiques certaines, en particulier avec le Canada français. En plus, le pays incarne le modèle réussi de l’Immigration. Ce qui n’est pas tout à fait le cas chez nous (Je pars dans un rire qui déride Jacques). Et donc, on a beaucoup à apprendre de leurs façons d’intégrer sur leur territoire. Voilà ! Et c’est un pays que l’on connait et apprécie énormément par sa nature et beaucoup de choses ».

Jeune Guinéen, Dore est en Apprentissage à Paris. Il cultive l’espoir de regagner son Eldorado :
« Le Canada, c’est mon pays de rêve depuis que j’étais petit. Je suis venu ici pour aller au Canada. Mais ça n’a pas marché. Si le Canada était proche, je serais parti directement là-bas. J’aime ce pays. Les gens sont accueillants et humains ».

Gaëtan l’Informaticien est lui aussi tombé sous le charme du Canada : «  Je l’ai visité une fois. C’est un beau pays. J’aime l’expression de la nature ! Ce bourgeonnement de couleurs, la Poutine (Rassurez-vous, il ne s’agit pas de politique), que j’ai beaucoup aimée. C’est un plat à base de frites et du fromage en grains, subtilement nappés de sauce brune. Bien sûr, on ne peut pas omettre le sirop d’Erable. Et puis, la faune et la flore qui forment des paysages magnifiques  ».

Ludovic, étudiant, n’est pas du genre à porter aux nues le Canada sans évoquer les manquements :
« J’ai beaucoup d’amis là-bas. C’est un pays américain avec des idées européennes. L’image que l’on a ici, est celle d’un Canada axé sur l’inclusivité, mais - excusez-moi du terme - un peu hypocrite sur certains sujets, comme la déforestation, l’extraction des sables bitumineux de l’Alberta, tant convoités par les géants du pétrole au détriment des autochtones qui voient leurs territoires saccagés sauvagement. Ils disent que c’est un pays qui a du mal à choisir son cap. Le clash avec Xi Jinping, en dit long  ».

Claude, retraité parisien, s’apprête à enfourcher son Scooter Piaggio Vespa, quand je lui demande ce qu’il pense du Canada : « Ah, le Canada ? Ça doit être un pays où il fait bon vivre, parce qu’il y a beaucoup de Français qui y vont. Agréable ! Toutefois, la période hivernale est dure à supporter. C’est un ami à moi qui a vécu là-bas 9 mois, qui me l’a attesté. Sinon, accueillant ! Un pays très étendu, pas surpeuplé, où il n’y pas ces regards qui mitraillent l’Etranger  ».

Charlotte exerce dans le secteur immobilier. Le froid parisien et l’épaisseur d’une nuit précoce ne lui permettent pas de trop abonder dans le sens laudatif ou réprobateur :
«  Je trouve que c’est un pays qui porte des valeurs, avec un V majuscule, de Diversité et d’Egalité. Un pays avec des points plus positifs que négatifs ».
Justine endosse la casquette d’Experte en Communication. Elle a coché toutes les bonnes cases pour évaluer positivement le Canada, sauf une… « C’est un pays où j’aime vivre, mais j’ai peur d’y avoir froid. Un pays très ouvert au niveau de la culture. Les Canadiens sont accueillants et pacifiques ».

Johann le bouquiniste sur les Quais de Seine, pointe l’excellente notation, avec quelques réserves :
«  J’adore le Canada. Je ne vais pas énumérer tous les points positifs. Je peux citer par exemple les paysages, la Culture, la Générosité…Un petit déclin toutefois dans l’enseignement et les soins. Mes salutations aux Canadiens (es).

Tiffany, Aide-Soignante dans un Ehpad en proche banlieue parisienne. Elle glisse deux p’tits mots gentils et file rattraper son bus : « Peuple chaleureux et accueillant. Tout m’attire au Canada ! Même l’accent ! » s’écrie -t- elle- avant de s’éclipser

Fabienne, Vétérinaire souscrit à la même appréciation : « La première chose qui me vient à l’esprit en évoquant le mot Canada, c’est la Nature. Elle donne envie de le visiter. J’aime l’hiver canadien, le fleuve Saint Laurent, la diversité, la Laïcité. En France, la Laïcité est vécue comme un refus, une défiance ».

Rose, la fille de Fabienne donne aussi son avis : « Les animaux que l’on voit là-bas sont fascinants. Les caribous, les orques de l’Ile de Van Couver, les rennes et les ours. Contrairement aux USA, je n’ai pas l’impression que les Canadiens soient racistes  »
 
Armelle, expatriée africaine, est Animatrice dans un établissement scolaire : « Le Canada ? J’connais pas grand- chose. Mais c’est un pays que j’aimerais bien visiter. On n’entend pas parler d’eux en mal. Je crois que là-bas, ça doit être beau à voir. Ils ont un joli drapeau ! »
( Bien vu Armelle ! Il est reconnaissable parmi les milliers d’emblèmes par la puissance de sa beauté, savamment et harmonieusement élaborée dans la simplicité captivante ).
UNE LECON DE TOLERANCE POUR CLORE CETTE PRISE DE « TEMPERATURE ».

La dernière personne interrogée aux alentours de 23 heures, se prénomme Karim (Agent de Sécurité). Nous échangeons pendant un long moment et la chute de son narratif me cloue d’effarement :
« Au Canada, il m’est arrivé un truc de fou que je n’oublierai jamais. Vous savez que le pays est une terre d’accueil. Ça n’a rien à voir avec ici ! Les gens sont très attachés à l’Ecologie. Il ne faut pas faire le guignol ni se la ramener en prenant les citoyens de haut. Sinon, ils vous virent. Pour revenir à ce que je vous disais par rapport à la tolérance des Canadiens, un jour, en marchant sur le trottoir, j’avais heurté par inadvertance une dame fêle et âgée. Elle est tombée. Sa chute m’a mis dans un tel affolement, une telle peur que je ne sentais plus mes jambes. J’étais catastrophé car elle s’est très mal réceptionnée. Adieu le Canada ! pensai-je, direction le Bled, vol charter, dans la soute à bagages. Et peut-être un séjour à l’ergastule… Si vous saviez ce qu’elle m’a sorti la pauvre dame quand je m’employais à l’aider à se relever ? ( silence ). Elle s’est excusée, alors que c’est moi qui ai provoqué sa chute. Puis m’a demandé si j’allais bien. Oui mon frère ! C’est l’Canada, allez, A la r’voyure… ! ».
O.H

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...