Édition du 7 février 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Chute du pouvoir d’achat au cours de la dernière décennie : Le cas des chargées et des chargés de cours de l’UQO

Une invitation à écrire.

Pendant qu’il est question, dans la presse écrite et électronique, de l’argent que s’accaparent les riches et les puissants identifiés au célébrissime Club Sélect du 1% ; pendant que le gouvernement Legault envisage toujours de baisser les impôts des particuliers ; pendant que les coffres du gouvernement du Québec débordent de milliards de dollars que le même gouvernement Legault distribue ces milliards à la va-comme-je-te-pousse ; pendant que la précarité est toujours trop élevée entre autres choses dans les réseaux de l’enseignement collégial et universitaire ; pendant que cette précarité concerne des personnes fortement diplômées et souvent très lourdement endettées en raison de ces longues années d’études sur les bancs d’école ; pendant que les personnes qui ont un statut d’emploi non permanent dans l’enseignement ne sont même pas couvertes par certaines dispositions de la Loi sur les normes du travail ; pendant qu’il y a des pénuries de main-d’œuvre et qu’il nous est rappelé chaque année par l’Institut de la statistique du Québec que les salariéEs syndiquéEs de l’État, de la santé et de l’éducation sont sous-rémunéréEs par rapport aux autres secteurs publics ; pendant qu’il y aura cette année une vingtième ronde de négociation dans les secteurs public et parapublic ; pendant qu’il y a aussi en ce moment diverses négociations dans certaines agences gouvernementales et certaines universités ; pendant que l’inflation est toujours élevée et qu’elle profite surtout aux grandes fortunes, aux grandes entreprises et à l’État ; l’auteur des présentes lignes vous invite à rédiger un article dans lequel il sera question de l’augmentation de votre rémunération au cours de la dernière décennie.

En clair : de combien votre salaire a-t-il augmenté ? Vous êtes-vous enrichis ou appauvris ? Qu’en est-il de vos augmentations salariales par rapport à l’inflation et à l’augmentation du salaire moyen ? À quel montant devrait, le cas échéant, s’établir votre rattrapage salarial ?

Il me semble qu’il est plus que temps que la presse écrite et les médias électroniques s’intéressent d’un peu plus près à la rémunération des seules et uniques personnes qui contribuent réellement à la création de la richesse. Pensez-y deux minutes que seraient les membres de l’élite économique mondiale et les dirigeantEs politiques qui se réunissent annuellement à Davos sans les cerveaux et les bras de celles et ceux qui produisent pour eux et qui de fait s’avèrent être les seuls créatrices et créateurs de la richesse ? Ces oligarques et ploutocrates se retrouveraient dans la position d’un Robinson échoué sur une île déserte à la recherche de Vendredi. Vous savez celui qui effectuait la sale besogne…. Vous sentez-vous parfois dans un rôle et une position similaire à celle de Vendredi ?

Voici un exemple qui pourrait vous inspirer lors de la rédaction de votre article :

Chute de notre pouvoir d’achat : Les chiffres

18 Janvier 2023

Dans le texte qui suit, il sera question de l’évolution de notre salaire entre les années 2012 et 2021. Nous chercherons à vérifier si les résultats négociés, à la suite du renouvellement de notre convention collective, nous ont permis d’obtenir, durant cette décennie, une augmentation salariale à la même hauteur que l’inflation. Nous nous permettons également, avant de conclure quoi que ce soit sur le sujet, de jeter un coup d’œil du côté de la progression du salaire hebdomadaire moyen versé au Québec depuis 2018. Notre salaire est-il au même niveau, en deçà ou au-dessus de ce pourcentage ?

De 2019 à 2021 : Des années d’appauvrissement

Entre 2019 à 2021, le salaire des personnes chargées de cours a augmenté de 4 % tandis que l’indice des prix à la consommation a augmenté de 6,7 %. Ainsi, nous nous sommes appauvris de 2,68%. C’est le montant forfaitaire de 100,00$, versé en décembre 2021, qui a eu pour effet de réduire temporairement notre appauvrissement à 1,71%. Il faut rappeler ici que ce montant forfaitaire n’a pas été inclus, sur une base permanente (c’est-à-dire ad vitam aeternam), dans notre salariale.

Une négociation dans un contexte de forte poussée inflationniste

La présente négociation se déroule dans un contexte de forte poussée inflationniste. L’Indice des prix à la consommation a augmenté au Canada de 6,9% en 2022. Les rentes de retraite émises par la Régie des rentes du Québec ont été indexées, pour l’année 2023, à la hauteur de 6,5%. Les grandes institutions bancaires prévoient, pour la présente année 2023, un taux d’inflation susceptible de se situer entre 2,7 et 4,9%. Il s’agit là de pourcentages qui dépassent toujours la cible établie par la Banque du Canada (c’est-à-dire une inflation à la hauteur de 2% par année).

Augmentation du salaire moyen québécois en comparaison avec l’augmentation salariale des chargées et chargés de cours

Quiconque se donne la peine d’examiner les données chiffrées des sources officielles en regard de nos augmentations salariales négociées entre 2012-2021 sera en mesure de constater que nous avons obtenu une augmentation salariale à la hauteur de 19,5%, alors que durant la même période, le salaire hebdomadaire moyen québécois a progressé de 30,1%. Ce décalage n’est pas anodin. C’est l’attractivité de notre profession qui peut en pâtir, notamment dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Un nécessaire rattrapage

Pour rétablir, en 2023, notre pouvoir d’achat à la hauteur du montant qui nous était versé en 2018 (10 084$), c’est un salaire de 11 884$ qui devrait nous être offert, soit une augmentation de 13,28% par rapport à 2021. Une telle augmentation n’aurait pour effet que de maintenir notre pouvoir d’achat. Or, notre objectif est plutôt de rattraper le salaire du corps professoral limité à leurs tâches d’enseignement. À travail égal, salaire égal !

En guise de conclusion…

Les chargées et chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais se retrouvent dans une situation où les salaires qui apparaissent à leur contrat de travail en 2023 sont moins concurrentiels et s’avèrent toujours inférieurs à l’inflation.

La négociation actuelle doit servir à mettre un terme à cette situation. Derrière ces chiffres, n’oublions pas que nous avons des collègues qui souffrent de cette situation !

Yvan Perrier

Chargé de cours en relations industrielles

Source :

https://www.sccc-uqo.ca/2023/01/18/chute-de-notre-pouvoir-dachat-les-chiffres/?fbclid=IwAR0dQcCIFuvh7wJM0st7dSgZtfd1gbJxyHFVTFkoOoQUL1mwVzOWVzuQTfc. Consulté le 18 janvier 2023

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...