Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écosocialisme

Transition écosociale et crise énergétique

Conscience de classe et transition écologique

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la plupart des pays industrialisés sont devenus des États-providence dans lesquels, sur le papier, l’ensemble de la population se voit garantir des conditions de vie matérielles acceptables. Cette consolidation sans précédent du bien-être social est le résultat d’un « pacte » plus ou moins explicite entre le capital et le travail permis par la reconstruction et la croissance économique du système de Bretton Woods, qui perpétue l’impérialisme après l’indépendance formelle des colonies (Galtung, 1971), ainsi que par les conquêtes historiques du mouvement ouvrier et la crainte d’une révolution inspirée d’un modèle alternatif, celle du bloc communiste (Hobsbawm, 1990).

18 novembre 2022 | tiré de Vientosur.info

Par conséquent, la concaténation de ces conditions sociales n’a été possible qu’à un moment et dans une région très spécifiques de la planète, l’Europe occidentale, dans la seconde moitié du XXe siècle. Cette ère d’égalitarisme commence à éclater après la crise pétrolière de 1973 et l’offensive néolibérale subséquente de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, une déréglementation financière qui dissocie la reproduction du capital de l’amélioration du bien-être social et une délocalisation industrielle parallèle qui affaiblit l’organisation de la classe ouvrière (Lazzarato, 2009). Le point culminant de l’hégémonie néolibérale se produit avec la chute de l’Union soviétique et l’extension du capitalisme à pratiquement tous les coins de la planète, ce qui conduit des auteurs tels que Francis Fukuyama (1992) à se précipiter et à proclamer la « fin de l’histoire ». Depuis lors, les sociétés occidentales ont connu une tendance lente mais constante à la perte des droits du travail, à la réduction des services publics et, en général, à la limitation de l’intermédiation étatique en faveur des plus faibles.

L’inclinaison de la balance du côté du capital qui a eu lieu au cours des dernières décennies coïncide avec l’abandon académique et intellectuel des analyses de classe, celles qui prennent en compte d’une certaine manière ce qu’était pour Karl Marx la division sociale fondamentale, celle qui distingue ceux qui contrôlent les moyens de production et ceux qui sont forcés de vendre leur force de travail pour survivre (Huber, 2022). On pourrait dire que, dans un sens, le prolétariat est mort de succès, puisque l’extension des « classes moyennes » a établi la conviction que le niveau de vie atteint était basé sur des droits acquis pour lesquels il n’était pas nécessaire de continuer à se battre. Cependant, la classe possédante n’avait pas oublié la centralité du conflit capital-travail et a saisi l’occasion d’imposer son système et de garder une plus grande part du gâteau. Comme l’a reconnu le magnat américain Warren Buffet dans un exercice inhabituel de sincérité : « Il y a une lutte des classes, d’accord, mais c’est ma classe, la classe riche, qui se bat, et nous gagnons »(Stein, 2006).

Récupération de l’analyse de classe

La capitulation de la gauche n’a en aucun cas été définitive. Ces dernières années, dans un contexte de succession de crises économiques et d’inégalités croissantes, les théories et les visions les plus critiques à l’égard du capitalisme en tant que système économique injuste se rétablissent. La perpétuation des mêmes classes sociales que Marx décrivait il y a plus d’un siècle n’est pas seulement défendue par des auteurs minoritaires, puisque le marxisme a cessé d’être marginal et que les analyses de classe ne doivent pas nécessairement être marxistes, comme on le voit dans de nombreux exemples mentionnés tout au long de cet article.

Le long vide dans l’analyse de classe semble avoir pris fin avec la publication d’ouvrages académiques qui récupèrent les concepts et les paradigmes qui ont cimenté l’égalitarisme. Les titres mêmes de certains de ces livres sont révélateurs d’un changement de tendance : Comment les riches détruisent la planète (Kempf, 2011), Chavs : la demonización de la clase obrera (Jones, 2012), La secesión de los ricos (Ariño y Romero, 2016) y Contra la igualdad de oportunidades : un panfleto igualitarista (Rendueles, 2020) ne sont qu’un petit échantillon. Pendant l’euphorie néolibérale, ces œuvres auraient été ignorées et leurs auteurs discrédités, mais après la crise économique de 2008, leurs visions sont entendues et de plus en plus acceptées.

L’analyse de classe redevient à la mode, ce qui est à la fois une bonne nouvelle pour la classe ouvrière et un symptôme de sa faiblesse, car elle a dû revenir aux niveaux d’inégalité d’avant l’extension de l’État-providence pour que la mention de la lutte des classes cesse d’être taboue. L’hégémonie néolibérale s’est traduite par une augmentation impressionnante des inégalités sociales qui a permis à une petite bande des classes les plus aisées de monopoliser la totalité de la création de richesse de cette période, générant progressivement les conditions matérielles d’une révolution à la fois théorique et politique qui, au-delà des louables tentatives locales ou nationales – contre-sommets comme celui de Seattle en 1999, le socialisme du XXIe siècle dans certains pays d’Amérique latine, le 15-M à Madrid...–, a vraiment commencé après la crise du covid-19.

La plupart des gouvernements des pays centraux ont pris un virage à 180 degrés dans leur politique économique, récupérant les manuels d’économie keynésienne principalement pour faire face à la crise dérivée de la pandémie, mais ce n’est pas du tout une coïncidence si ce changement de paradigme se produit parallèlement à la reprise de l’analyse de classe. Même les institutions financières internationales, telles que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI), appellent désormais à des politiques anticycliques pour augmenter les dépenses publiques et à une fiscalité plus élevée et plus progressive afin de financer la protection sociale (Gaspar, 2022). Les actions des gouvernements européens et de l’Union européenne elle-même sont diamétralement opposées à celles de 2008, une révolution dans l’hégémonie de la politique économique qui a permis à l’intervention des autorités publiques de se redresser avec un sens transformateur renouvelé qui tente de s’adapter à la réalité actuelle. C’est là que la crise climatique entre en jeu.

Les premiers symptômes graves de la crise climatique et les perspectives d’avenir de celle-ci révèlent qu’en plus d’être injuste, le capitalisme est aussi un modèle insoutenable. L’inégalité et la non-durabilité, qui ont été principalement interprétées comme deux menaces indépendantes, sont en réalité intimement liées, mais elles ne peuvent être abordées ensemble que si la population prend conscience de ce lien. C’est-à-dire qu’il n’est possible d’aspirer à un monde respectueux de l’environnement et plus juste que si la transition écologique prend en compte la lutte des classes.

Environnementalisme et conscience de classe

L’environnementalisme n’est pas intrinsèquement aligné sur la gauche ou la droite du spectre politique, mais dépend de son articulation dans le débat politique. En fait, il est courant de voir le préfixe « eco- » suivi de presque tous les courants idéologiques – écosocialisme, écoféminisme, écocapitalisme...-. Jusqu’à récemment, le point de vue de Ronald Inglehart (1971) selon lequel l’environnementalisme était une idéologie d’une classe moyenne aisée qui peut se permettre d’autres préoccupations au-delà de l’économie, un point de départ qui défendait la contradiction entre la classe et la conscience écologique, était encore supposé. Cependant, des cadres d’interprétation plus nombreux et de meilleure qualité sont en cours d’élaboration pour remettre en question cette opposition.

Le sociologue John Bellamy Foster est l’un des plus éminents dans cette tâche. S’appuyant sur une revue des travaux qui retracent les fondements de la sociologie de l’environnement chez des auteurs classiques tels qu’Émile Durkheim et Max Weber, l’un de ses axes de recherche porte sur une interprétation de l’œuvre de Marx à cet égard. Foster souligne que Marx est un pionnier dans l’application de la notion biologique de métabolisme à l’analyse sociale pour dénoncer qu’il existe une contradiction entre la reproduction indéfinie du capital et les rythmes de reproduction de la nature de manière durable pour les générations futures. Cette idée du Capital sert à Foster pour inventer son concept de « faille métabolique » et lui permet de défendre que Marx développe un matérialisme-historique-environnemental dans lequel d’autres auteurs et lui-même ont trouvé les bases d’un marxisme écologique (Foster, 1999).

Marx est peut-être l’auteur le plus discuté et le plus contesté de l’histoire, et a longtemps fait l’objet de lourdes attaques de la part de l’environnementalisme pour sa prétendue omission dans l’analyse des relations entre la société et l’environnement. Cependant, ces dernières années, les interprétations écologiques de ses textes se répandent (Moore, 2016 ; Dyer-Whiteford, 2018 ; Schultz, 2020 ; Huber, 2022), chacune avec ses approches et ses nuances mais avec la caractéristique commune d’essayer de récupérer le marxisme pour interpréter la crise climatique. De ce point de vue, le problème n’est pas que Marx ne se préoccupait pas de l’environnement, mais qu’il y a un environnementalisme implicite dans ses textes qui n’a pas été suffisamment développé par les auteurs ultérieurs, dont beaucoup ont parlé à tort en son nom, alors que Marx lui-même a été associé à la destruction environnementale du « socialisme réel » de l’Union soviétique et du reste du bloc communiste et n’a pas eu droit de réponse ou possibilité d’étudier le réchauffement climatique (Foster, 1999 ; Lowy, 2002). Que ce soit ou non l’interprétation la plus appropriée de Marx, c’est sans aucun doute la plus utile pour les défis du XXIe siècle.

Une fois assumé, le changement climatique a été caractérisé au niveau social principalement comme une menace pour la lutte des classes, car la transformation durable du modèle économique entraînerait une grande destruction d’emplois, en particulier dans les industries minières et polluantes. De cette façon, l’effet d’une transition écologique serait particulièrement dur pour le mouvement ouvrier, puisque les premiers sont précisément les secteurs ayant la plus grande tradition d’affiliation syndicale et de revendication sociale. Ce dilemme entre travail et environnement – « le dilemme emploi contre environnement » selon Nora Räthzel et David Uzzell (2011) – est l’idée communément acceptée qui a longtemps conduit à la division et à la confrontation entre socialisme et environnementalisme. Cependant, face à cela, certains auteurs commencent à soutenir que la crise climatique devrait plutôt être considérée comme une opportunité de transformation sociale ou peut-être même comme le déclencheur d’une révolution future. Certains auteurs soulignent que la transition écologique peut être une opportunité de lutte des classes à travers la fiscalité verte, la redistribution et le protagonisme économique de l’État (González Reyes et al., 2019), mais la raison de cet optimisme de la volonté ne serait pas tant le nombre d’emplois liés à la transition écologique, qu’il n’est pas clair qu’ils puissent couvrir les disparus, mais le passage de la « classe elle-même » à la « classe pour elle-même » lorsque les restrictions climatiques compriment la majorité sociale (Huber, 2022). La crise climatique n’est pas la seule responsable de la récupération de la conscience de classe, dans laquelle interviennent également la discrimination fondée sur le genre, l’ethnie, le centre-périphérie et l’intensification des inégalités socio-économiques, mais c’est un facteur d’une dimension et d’une possibilité et de risques sans précédent et très importants.

La confluence des préoccupations sociales et écologiques est très importante car il est possible qu’ils essaient de se faire passer pour des comportements durables tels que le greenwashing, un « green washing » qui n’est rien de plus que le marketing des entreprises qui le réalisent. Une fois le négationnisme vaincu par la gravité incontestable de la crise climatique, l’étape suivante des grandes puissances économiques est d’essayer de rendre l’environnementalisme fonctionnel au capitalisme par des transitions écologiques qui n’altèrent ni ne remettent en question la nature insoutenable du système capitaliste et même renforcent sa dynamique expansive (Ramiro et González, 2021). Au contraire, la conscience de classe et la conscience écologique sont appelées à converger, et commencent à le faire à grande échelle par le biais d’un activisme socio-environnemental de plus en plus influent.

Au niveau théorique, il ne s’agit pas seulement de travaux académiques consacrés à l’interaction entre la structure sociale et la crise climatique, mais presque toutes les analyses sociologiques ou environnementales sont actuellement obligées d’inclure des références à l’autre question. En ce sens, le traitement médiatique de l’agenda politique est très révélateur de la convergence entre la conscience écologique et la conscience de classe. Par exemple, lors de la COP26 à Glasgow 2021, des médias de différents pays et orientations idéologiques ont critiqué l’hypocrisie des centaines de dirigeants mondiaux qui se sont rendus en Écosse à bord d’avions gouvernementaux ou privés pour discuter de la lutte contre la pollution. Selon Greg Archer, directeur de la campagne Transport and Environment au Royaume-Uni : « L’un de ces jets, lors d’un vol aller-retour de trois heures, provoque autant d’émissions que le Britannique moyen en un an » (Fresneda, 2021). Cette même critique s’étend à une multitude d’exemples célèbres, comme les vols courts de certains magnats et célébrités en Amérique du Nord (Sweeney, 2022), et même au débat politique national dans des pays comme l’Espagne concernant l’utilisation de l’avion présidentiel (Cortijo, 2022).

Le transport privé de luxe a jusqu’à présent reçu le plus d’attention médiatique et d’indignation sociale, mais l’impact environnemental de la consommation de luxe s’étend à de nombreux autres secteurs. Ces plaintes reposent sur une interprétation de l’empreinte écologique en termes de classe sociale indispensable pour comprendre les causes et les solutions possibles de la crise climatique (Gore et al., 2020). Cependant, se concentrer sur la consommation n’explique pas la complexité de la question, puisqu’il est possible d’ajouter une responsabilité supplémentaire aux entreprises et à leurs dirigeants, qui ont beaucoup plus de pouvoir de décision sur les formes de production que les consommateurs, qui parfois ne connaissent pas ou n’ont pas à leur disposition des alternatives non polluantes (Dyer-Witheford, 2018 ; Huber, 2022). Cette discussion fait référence à un débat sur la question de savoir si la responsabilité de la crise climatique incombe à tous les êtres humains, même si elle est proportionnelle à l’impact écologique de leur mode de vie, tel que déduit de l’Anthropocène ; ou si, au contraire, le problème est le système économique qui ne peut se reproduire qu’au détriment de la durabilité de la planète Terre, que défend le Capitalocène (Moore, 2016). Le premier point de vue est toujours majoritaire, mais il y a une conscience écologique croissante qui comprend que l’environnementalisme sans une critique marxiste du capitalisme est une auto-illusion (Lowy, 2002) ou, selon les mots de l’activiste brésilien Chico Mendes, assassiné en 1988 pour sa défense de l’environnement, que « l’écologie sans lutte sociale n’est que jardinage » (Frère Affanni, 2022).

Il n’y a pas d’alternative

Comme cela a été souligné, la crise climatique passe de la menace à l’opportunité d’analyse et de lutte des classes, mais non sans difficultés. Il y a un risque de transformer la crise climatique en un jeu de poulet entre les classes, dans lequel les privilégiés font tout leur possible pour ne pas renoncer à leurs privilèges tandis que les majorités sociales défendent leur droit à mener une vie digne, en espérant que les autres cèdent, au prix de perpétuer la dégradation de l’environnement. Le problème pour l’environnementalisme est que toutes les autres options sont soit improbables, soit beaucoup plus indésirables. D’une part, les paris pour continuer comme si de rien n’était ou vers une transition écologique basée sur la croissance reposent sur un techno-optimisme qui viole le principe de précaution qui doit être suivi en matière environnementale, puisqu’il n’est nullement garanti que la science trouvera des solutions « coperniciennes » – abondance de matériaux renouvelables et de sources d’énergie. des procédés de production beaucoup plus efficaces, des techniques de capture du carbone... – (Taibo, 2016 ; Hickel et Kallis, 2019). Même si certaines de ces solutions possibles sont découvertes, il n’y a pas non plus de garantie que leur utilisation et leur extension à l’ensemble de l’humanité seront rentables selon les critères du marché, ce qui encourage les comportements inutiles tels que l’obsolescence programmée. D’autre part, il est essentiel d’être attentif aux alternatives politiques qui sont configurées, car là où la droite la plus réactionnaire commence à comprendre la dimension du problème climatique, un écofascisme s’articule qui pose un scénario futur à l’apogée des dystopies hollywoodiennes, dans lequel pour sauver la planète, il sera pressé par le bas : priver les classes populaires et les exclus du minimum de subsistance pour vivre dignement au nom de la durabilité (Taibo, 2016).

Reprenant le vieux slogan du néolibéralisme – « Il n’y a pas d’alternative » – au XXIe siècle, il n’y a pas d’autre voie que la lutte de classe climatique pour garantir un bien-être matériel durable (Huber, 2022). Au milieu de la crise climatique, il n’y a plus de possibilité d’atteindre l’un des deux objectifs sans l’autre, car les tentatives d’approfondir la croissance économique seront bloquées par les limites environnementales de la planète, tandis que celles visant à réduire l’impact de l’activité humaine sur le reste de la planète seront rejetées par les pressions sociales. Le mouvement des gilets jaunes en France est l’exemple le plus clair qu’une politique écologique qui ne prend pas en compte son impact social est destinée à recevoir un rejet majoritaire (Schultz, 2020), il est donc très probable que l’application des politiques de transition écologique remplira les rues de nombreuses capitales mondiales de gilets jaunes.

La reprise académique de l’analyse de classe alimente les débats politiques et sociaux, il est donc absolument essentiel de développer les bases théoriques pour aborder la crise climatique de manière équitable. L’enjeu est de savoir qui va payer la facture climatique pour les générations futures, il est donc urgent d’exiger que les représentants politiques et les élites économiques assument le consensus scientifique et les revendications sociales pour faire face à la crise climatique dans des conditions acceptables. Par conséquent, face à la mobilisation sociale, il vaut la peine d’adapter la phrase mythique d’Antonio Machado pour la cause et de proclamer : faites de l’environnementalisme, car si vous ne le faites pas, quelqu’un le fera pour vous, et probablement contre vous.

Álvaro Ramón Sánchez est doctorant en sciences politiques à l’Université Complutense de Madrid
18/11/2022

Bibliographie

Ariño, A. y Romero, J. (2016) La secesión de los ricos. Barcelona : Galaxia Gutenberg.
Cortijo, M. (2022) “Sánchez gasta en una hora en Falcon más combustible que un español en todo el año”. Vozpópuli, 12/09/2022, https://www.vozpopuli.com/espana/sanchez-gasta-una-hora-falcon-mas-combustible-que-espanol-todo-ano.html
Dyer-Witheford, N. (2018) : “Struggles in the Planet Factory : Class Composition and Global Warming”. En J. Jagodzinski (ed.) Interrogating the Anthropocene : Ecology, Aesthetics, Pedagogy, and the Future in Question. Cham (Suiza) : Springer.
Fresneda, C. “La "hipocresía verde" : a la Cumbre del Clima en jet privado”. El Mundo, 3/11/2021, https://www.elmundo.es/ciencia-y-salud/medio-ambiente/2021/11/03/618120eefdddffb3118b45e4.html
Foster, J. B. (1999) “Marx’s Theory of Metabolic Rift : Classical Foundations for Environmental Sociology”. American Journal of Sociology, 105 (2), pp. 366-405.
Frère Affanni, J. P. “La ecología sin lucha social es solo jardinería”. Tierra Viva, 5/04/2022, https://agenciatierraviva.com.ar/la-ecologia-sin-lucha-social-es-solo-jardineria/
Fukuyama, F. (1992) El fin de la historia y el último hombre. Barcelona : Planeta.
Galtung, J. (1971) “A Structural Theory of Imperialism”. Journal of Peace Research, 8 (2), pp. 81-117.
Gaspar, V. (2022) “A Fine Balancing Act”. Finance & Development, 59 (1), pp. 4-7.
González Reyes, L. ; Almazán, A. ; Lareo, Á ; Actis, W. ; Bueno, L. M. ; Madorrán, C. ; Santiago Muíño, E. y De Benito, C. (2019) Escenarios de trabajo en la transición ecosocial 2020-2030. Madrid : Ecologistas en Acción.
Gore, Tim ; Alestig, M. y Ratcliff, A. (2020) Combatir la desigualdad de las emisiones de carbono. Oxfam.
Hickel, J. y Kallis, G. (2019) “Is Green Growth Possible ?”. New Political Economy, 25 (4), pp. 469-486. https://doi.org/10.1080/13563467.2019.1598964
Hobsbawm, E. (1990) “Goodbye To All That”. Marxism Today, 19, pp. 18-23.
Huber, M. T. (2022) Climate Change as Class War : Building Socialism on a Warming Planet. Londres – Nueva York : Verso.
Inglehart, R. (1971) “The silent revolution in Europe : Intergenerational change in post-industrial societies”. The American Political Science Review, 65 (4), pp. 991-1017. https://doi.org/10.2307/1953494
Jones, O. (2012) Chavs : la demonización de la clase obrera. Madrid : Capitán Swing.
Kempf, H. (2011) Cómo los ricos destruyen el planeta. Madrid : Clave Intelectual.
Lazzarato, M. (2009) “Neoliberalism in Action : Inequality, Insecurity and the Reconstruction of the Social”. Theory, Culture & Society, 26 (6), pp. 109-133. https://doi.org/10.1177/0263276409350283
Lowy, M. (2002) “From Marx to Ecosocialism”. Capitalism, Nature, Socialism, 13 (1), pp. 121-133.
Moore, J. W. (2016) “El fin de la naturaleza barata : o cómo aprendí a dejar de preocuparme por ‘el’ medioambiente y amar la crisis del capitalismo”. Relaciones Internacionales, 33, pp. 143-174.
Ramiro, P. y González, E. (2021) “La insostenible reconstrucción del business as usual : Recuperación vs confrontación”. Viento Sur, 176, pp. 51-60.
Räthzel, N. y Uzzell, D. (2011) “Trade unions and climate change : The jobs versus environment dilemma”. Global Environmental Change, 21, pp. 1215-1223.
Rendueles, C. (2020) Contra la igualdad de oportunidades : un panfleto igualitarista. Barcelona : Seix Barral.
Schultz, N. (2020) “New Climate, New Class Struggles”. En B. Latour y P. Weibel (eds.) Critical zones : The science and politics of landing on earth. Cambridge (Massachusetts) : MIT Press.
Stein, B. “In Class Warfare, Guess Which Class Is Winning”. The New York Times, 26/11/2006, https://www.nytimes.com/2006/11/26/business/yourmoney/26every.html
Sweeney, J. “Celebrity Jets”. Twitter, 5/11/2022, https://twitter.com/CelebJets?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Eauthor
Taibo, C. (2016) Colapso. Capitalismo terminal, transición ecosocial, ecofascismo. Madrid : Los Libros de la Catarata.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Écosocialisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...