Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Débats sur la guerre en Ukraine : politique anti-impérialiste indépendante et « révolution démocratique »

La position des révolutionnaire vis-à-vis de la guerre en Ukraine soulève de nombreux débats dans la gauche révolutionnaire. Dans cet article Matias Maiello, revient sur le débat autour de la nature de la guerre et de la nécessité d’une politique indépendante, en débat avec la position de différentes organisations argentines se réclamant du morénisme et sa logique de "révolution démocratique".

Cela fera bientôt un mois que l’invasion de l’Ukraine par Poutine a commencé. Les troupes russes poursuivent leurs attaques dans différentes parties du pays avec une intensité variable. Des attaques partielles autour de la capitale, Kiev, dans l’est à Kharkov, mais surtout dans le sud du pays dans la ville de Mariupol, clé pour établir un corridor entre la péninsule de Crimée sous contrôle russe et la région du Donbass permettant d’accéder à la mer d’Azov. Tandis que l’OTAN continue d’envoyer des armes à l’Ukraine, des sanctions sont toujours imposées à la Russie, frappée cette semaine par son incapacité à obtenir des dollars pour payer les intérêts de sa dette. Pendant ce temps, les négociations entre les gouvernements ukrainien et russe semblent progresser, bien que leur issue soit encore incertaine.

Dans ce contexte complexe, divers débats ont lieu au sein de la gauche sur les positions relatives à la guerre. Dans un article précédent, nous avons abordé certaines d’entre elles, autour de la possibilité d’une lutte efficace contre la guerre, pour le retrait des troupes russes d’Ukraine, ainsi que de celles de l’OTAN d’Europe de l’Est, et contre le réarmement impérialiste. Nous avons dit que le point de départ d’une politique indépendante était d’intégrer la question nationale posée en Ukraine avec l’invasion russe et la lutte contre l’OTAN et l’impérialisme, en faisant appel à la mobilisation internationale. L’indépendance politique nécessaire d’un mouvement anti-guerre dépend de cette articulation.

Dans un article ultérieur, Mercedes Petit, d’Izquierda Socialista et de l’UIT, a critiqué cette position du PTS et de l’organisation internationale à laquelle il appartient, la FT-QI. Elle fait valoir que, bien qu’elle parte d’un « slogan initial correct (« troupes russes hors d’Ukraine ») », elle ne soutient pas ouvertement « le camp militaire du peuple ukrainien » et ne demande pas davantage d’armes pour l’Ukraine. Il ne s’agit pas d’une déclaration isolée. Diverses organisations de gauche au niveau international, comme le groupement international de la LIT-CI dont la principale organisation est le PSTU du Brésil, ou, avec des accents et des formulations différents, le MST argentin, ont adopté une position similaire. Dans ces approches, le rôle de l’OTAN dans le conflit - bien qu’il soit dénoncé - est relégué au second plan, et cette question n’entraîne pas d’implications majeures pour la définition d’une politique indépendante. A l’extrémité de cet arc politique, le dit « Secrétariat unifié de la Quatrième Internationale » - bien qu’il y ait différentes positions en son sein – soutient dans sa déclaration avec enthousiasme à la fois l’envoi d’armes et le soutien aux sanctions contre la Russie, à la seule condition de rejeter les sanctions qui « frappent davantage le peuple russe que le gouvernement et ses oligarques ».

Quelles sont les implications de ces débats du point de vue d’une politique vis-à-vis de la guerre en Ukraine ? Quels problèmes soulèvent-ils dans le conflit concret ? En quoi consiste une politique indépendante des socialistes révolutionnaires internationalistes ? Nous souhaiterions ici partir de la critique de Izquierda Socialista pour développer certains éléments qui nous semblent indispensables pour aborder ces questions.

La poursuite de la politique par d’autres moyens

La définition du type de guerre auquel nous sommes confrontés est sans aucun doute un point de départ fondamental. Dans une guerre entre deux camps impérialistes, c’est-à-dire une guerre qui dispute le partage du monde ou d’une partie de celui-ci en opprimant d’autres nations, une politique indépendante implique le défaitisme des deux camps. Dans une « guerre juste » de libération nationale, où un pays opprimé lutte pour son indépendance, les socialistes révolutionnaires doivent se trouver dans le camp militaire du pays opprimé.

Mercedes Petit, dans l’article précité, critique le PTS et la FT-QI parce qu’« ils proposent de "s’opposer à l’occupation russe et à la domination impérialiste" ». Selon elle, cela conduit à « mal définir les camps militaires en lutte » et à tomber dans une « contradiction insoluble ». A savoir :

« Leur premier slogan (correct) est : "Troupes russes hors d’Ukraine", mais ils rejettent le fait que le camp militaire en lutte pour cette cause juste existe dans la réalité, qu’il combat les armes à la main pour y parvenir et doit être soutenu pour qu’il expulse les troupes de Poutine et triomphe. Dans ce camp, on ne retrouve que des ukrainiennes et ukrainiens, le gouvernement bourgeois et réactionnaire de Zelensky, l’armée bourgeoise et le peuple ukrainien. Le FT-QI le reconnaît lorsqu’elle affirme qu’il n’y a pas de troupes des pays de l’OTAN « en confrontation militaire directe avec les forces russes ». Mais elle nie que les hommes et les femmes ukrainiens, l’armée ukrainienne, les miliciens et les civils sont engagés dans une lutte nationale et militaire pour chasser les troupes russes de leur pays. Or, nous, les révolutionnaires, avons l’obligation, à partir d’une position d’indépendance politique totale, de soutenir ce camp militaire sans condition. »

Dans ce cadre, les alternatives que voit Mercedes Petit sont : soit d’appeler à ce que les forces ukrainiennes « tirent sur les Russes et aussi sur le gouvernement réactionnaire de Zelensky et l’OTAN », une approche dans laquelle le FT-QI pourrait soi-disant tomber ; soit ce que l’UIT-CI propose, à savoir : « combattre ensemble pour chasser les Russes, sans faire confiance à Zelensky ou à l’OTAN ». Deux considérations émergent de ce schéma, dont les implications nous intéressent. La première est que la politique du socialisme révolutionnaire semble se limiter à une sorte d’épreuve de tir où la question est : « sur qui devons-nous tirer ? »

Deuxièmement, dans les deux formulations - la « bonne » et la « mauvaise » - les parties sont « les Russes » ainsi que le gouvernement de Zelensky et l’OTAN, ce qui semble contredire l’affirmation initiale selon laquelle l’OTAN n’intervient pas. Le « combattre ensemble » de l’UIT-IC - uniquement sur le plan militaire et sans aucune confiance – laisse ainsi indéterminée la question de la place de l’OTAN dans le « champ militaire ».

Ces deux questions ont un dénominateur commun, un réductionnisme militariste du phénomène de la guerre en général et de la guerre en Ukraine en particulier. Il peut sembler banal de dire que l’appropriation par Lénine de l’idée clausewitzienne de la guerre comme continuation de la politique par d’autres moyens est fondamentale pour le marxisme. Pourtant, souvent, le sens commun est moins évident qu’il n’y paraît. Qu’implique cette célèbre formule ? Pour analyser une guerre (et plus encore si l’on veut en tirer une politique indépendante), il est nécessaire de passer au crible toutes les politiques antérieures des différents acteurs qui y sont « poursuivies » « par d’autres moyens ». Voyons cela.

Très brièvement : la politique que Poutine « poursuit » avec l’invasion de l’Ukraine consiste à recréer un statut de puissance militaire pour la Russie - par la reformation de son armée et le développement de son armement – en s’appuyant sur l’oppression nationale des peuples voisins, sur le modèle de ce qu’ont fait le tsarisme ou le stalinisme. Ce nationalisme russe réactionnaire a connu des étapes importantes, comme la guerre avec la Géorgie pour le contrôle de l’Ossétie du Sud, l’écrasement du peuple tchétchène, ou plus récemment les interventions pour soutenir les gouvernements réactionnaires du Belarus ou du Kazakhstan.

La politique constante de l’OTAN, remise en question par des théoriciens « réalistes » tels que John Mearsheimer, consistait à s’étendre en Europe de l’Est pour « encercler » la Russie après la chute de l’URSS. En 1999, ce sera la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, dans la première décennie des années 2000 l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Albanie et la Croatie, en 2017 le Monténégro et en 2020 la Macédoine du Nord. Parallèlement, sa politique a été une ingérence dans les « révolutions colorées », cherchant à tirer parti des révoltes contre les régimes autoritaires afin d’étendre l’influence impérialiste. Cela a été le cas lors de la « révolution orange » en Ukraine en 2004 et de son prolongement dans Maidan en 2014.

Les politiques du gouvernement de Zelensky, ainsi que le processus politique que l’Ukraine traverse depuis des décennies, sont inintelligibles en dehors de ce contexte. L’Ukraine a décrit une trajectoire pendulaire marquée par la confrontation entre les oligarchies capitalistes locales « pro-russes » et « pro-occidentales ». Le contexte de la configuration actuelle remonte à 2004 et au conflit électoral entre Viktor Iouchtchenko (pro-occidental) et Viktor Ianoukovitch (pro-russe), qui a donné lieu à des accusations de fraude et conduit à la « révolution orange » susmentionnée et a finalement porté Iouchtchenko au pouvoir. Puis, en 2010, Ianoukovitch a remporté les élections et en 2013-14, il y a eu la révolte contre son gouvernement qui a été connue sous le nom d’Euromaïdan (en raison de son centre sur la place de l’Indépendance - Maïdan signie « place » - et en raison de son slogan principal d’adhésion à l’Union européenne). Brutalement réprimée, la révolte sera de plus en plus dominée par les forces réactionnaires et pro-occidentales d’extrême droite. Après la chute de M. Ianoukovitch, des groupes armés pro-russes prendront le contrôle des gouvernements de Donetsk et de Lougansk, ainsi que du parlement de Crimée, une région que la Russie finira par annexer.

Autour de ces affrontements, la fracture de la société ukrainienne s’est creusée, division alimentée par les intérêts divergents des différentes factions de l’oligarchie locale et leurs relations d’affaires avec la Russie ou l’Occident. Cette situation est exacerbée par le fait que le pays compte une importante minorité russophone, qui représente environ 30% de la population dans l’est et le sud. La progression des groupes nationalistes d’extrême droite fait partie de ce processus, tout comme l’exaltation de figures historiques telles que le leader ultra-nationaliste et collaborateur des nazis Stepan Bandera. Une guerre civile de faible intensité est en cours depuis 2014. La minorité russophone était la cible de mesures d’oppression, notamment de restrictions de l’utilisation de sa langue et d’attaques de groupes d’extrême-droite soutenus par l’État. Le gouvernement de Zelensky est un véritable produit de cette configuration. Ses politiques de droite visent à subordonner l’Ukraine aux puissances occidentales. Il s’appuie sur des groupes d’extrême-droite. C’est toute cette politique qui se poursuit pendant la guerre.

En bref, nous avons une politique de Poutine caractérisée par un nationalisme réactionnaire qui opprime les autres peuples, nous avons une politique de l’OTAN d’expansion vers l’Est et de « révolutions colorées », nous avons une guerre civile de faible intensité, qui est également marquée par l’existence d’une minorité russophone d’un tiers de la population et la montée des groupes d’extrême droite, et Zelensky un gouvernement pro-impérialiste jusqu’au bout des ongles. Dans ce cadre, il semble vain de réduire le problème d’une politique indépendante à la question de savoir de quel côté tirer. Il s’agit d’être dans le « camp militaire du peuple ukrainien », mais de quel côté de ce « camp », déjà divisé par une guerre civile ? Demander des « armes pour le peuple » mais pour quelles milices : pour les milices séparatistes du Donbas, pour les milices d’extrême droite comme le bataillon Azov ? Poutine a déjà fait le premier, l’OTAN le second, tous deux dans le cadre de la « poursuite » de leurs politiques respectives « par d’autres moyens ». La réalité est un peu plus complexe que ce qui semble correspondre aux propositions de l’IS-ITU et d’autres organisations de gauche qui ont une politique similaire.

La politique face à la guerre

Dans ce cadre, nous avons non pas un mais deux problèmes centraux auxquels une politique indépendante doit répondre : le problème posé par l’invasion russe en termes d’autodétermination et d’indépendance d’un pays semi-colonial comme l’Ukraine, et le problème posé par l’ingérence de l’OTAN en tant que continuation de sa politique impérialiste dans ce pays et dans l’ensemble de l’Europe de l’Est, qui s’est exprimée jusqu’à présent par des sanctions économiques contre la Russie et l’envoi d’armes, mais pas par l’implication directe de ses forces militaires dans la guerre. La combinaison de ces deux problèmes rend la guerre en Ukraine complexe.

Depuis plusieurs décennies, notamment depuis la première guerre du Golfe (1990-91), nous avons vu les guerres d’agression impérialistes sous l’hégémonie américaine dominer. A tel point que certains - l’un des plus populaires est Tony Negri - ont confondu cela avec la fin de l’impérialisme et son remplacement par un empire dont les actions militaires répondaient à un pouvoir de police mondial. Lors de la première guerre contre l’Irak, sous l’argument de « protéger » le Koweït d’une invasion, les États-Unis ont rallié les pays impérialistes et bien d’autres derrière leur action militaire, avec y compris le soutien de la Russie. Il en a été de même avec la coalition pour envahir l’Afghanistan en 2001, qui était soutenue par la Russie et qui a été l’occasion d’un rapprochement de la Russie avec l’OTAN. La deuxième guerre du Golfe en 2003 a déjà commencé à montrer les premières fissures dans le bloc de guerre dirigé par les États-Unis, la France et l’Allemagne prenant leurs distances avec les États-Unis. La Russie s’est rangée aux côtés de ces derniers, mais a veillé à ne pas entraver l’offensive américaine.

Dans ces trois exemples clairs, la lutte contre l’attaque impérialiste et pour le triomphe du pays opprimé était la devise de toute position indépendante et anti-impérialiste. Il en découle un positionnement dans le camp militaire des peuples afghan et irakien, tout en refusant tout soutien politique à leurs gouvernements réactionnaires. On peut dire la même chose de la guerre des Malouines que la dictature génocidaire a menée de façon aventurière pour tenter de contrer sa crise, mais qui opposait un pays semi-colonial comme l’Argentine à une puissance impérialiste comme la Grande-Bretagne, soutenue - au-delà des illusions entretenues par Galtieri and Co - par les États-Unis et d’autres grandes puissances. La défaite de l’Argentine a signifié le renforcement des chaînes impérialistes, a scellé le caractère « négocié » de la transition jusqu’aux élections de 1983, et a été un événement clé dans le renforcement de Margaret Thatcher pour vaincre la classe ouvrière britannique et lancer l’offensive néolibérale au niveau mondial.

Trotsky a expliqué ce type de positionnement dans une interview avec Mateo Fossa avec l’exemple suivant :

« Il règne aujourd’hui au Brésil un régime semi-fasciste qu’aucun révolutionnaire ne peut considérer sans haine. Supposons cependant que, demain, l’Angleterre entre dans un conflit militaire avec le Brésil. Je vous le demande : de quel côté sera la classe ouvrière ? Je répondrai pour ma part que, dans ce cas, je serai du côté du Brésil « fasciste » contre l’Angleterre « démocratique ». Pourquoi ? Parce que, dans le conflit qui les opposerait, ce n’est pas de démocratie ou de fascisme qu’il s’agirait. Si l’Angleterre gagnait, elle installerait à Rio de Janeiro un autre fasciste, et enchaînerait doublement le Brésil. Si au contraire le Brésil l’emportait, cela pourrait donner un élan considérable à la conscience démocratique et nationale de ce pays et conduire au renversement de la dictature de Vargas. La défaite de l’Angleterre porterait en même temps un coup à l’impérialisme britannique et donnerait un élan au mouvement révolutionnaire du prolétariat anglais. » [1]

Depuis lors, l’impérialisme a sophistiqué sa politique, n’échangeant plus nécessairement un fasciste contre un autre, mais soutenant des « transitions démocratiques » façonnées pour garantir les intérêts impérialistes en approfondissant les chaînes de l’oppression nationale ; nous y reviendrons plus tard.

Un cas très différent de celui que nous avons vu avec Trotsky en termes de relation entre une nation opprimée et une attaque impérialiste est analysé par Lénine pendant la Première Guerre mondiale à propos de l’indépendance de la Pologne. Il s’agissait d’une position opportuniste du tsarisme après que la Pologne lui ait été enlevée par l’Allemagne. Lénine se demandait : « Comment pouvons-nous aider la Pologne à se libérer de l’Allemagne, et n’est-ce pas notre devoir de le faire ? ». Il répondait :

« Bien sûr que oui ; mais pas en soutenant la guerre impérialiste menée par la Russie, qu’elle soit tsariste ou bourgeoise, pas même bourgeoise républicaine, mais en soutenant le prolétariat révolutionnaire d’Allemagne [...] Tous ceux qui veulent reconnaître la liberté des peuples, le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, mais le reconnaître sans hypocrisie [. ...] doivent s’opposer à la guerre pour l’oppression de la Pologne [...] Tous ceux qui ne veulent pas être social-chauvins doivent soutenir uniquement les éléments des partis socialistes de tous les pays qui travaillent ouvertement, directement, en ce moment, pour la révolution prolétarienne dans leur propre pays" [2]. »

Lénine rejetait ainsi la démagogie du tsarisme, qui opprimait des peuples comme les Ukrainiens, les Finlandais, etc. pour l’indépendance de la Pologne. Lui, qui était un fervent défenseur, s’il en est, de l’autodétermination de la Pologne, s’est opposé à ce slogan aux mains du tsarisme. Et, face à la question de savoir comment aider la Pologne à se libérer, il appelle à soutenir les révolutionnaires allemands, tandis qu’en Russie, il appelle à l’indépendance de toutes les nations opprimées par le tsarisme. Il s’agissait certainement d’une question plus complexe que de savoir sur qui tirer.

De fait, la guerre actuelle en Ukraine ne correspond à aucun de ces deux cas « typiques » et l’y réduire serait, à notre avis, une erreur. Il ne s’agit pas d’une guerre où tout l’impérialisme est d’un côté et la nation opprimée de l’autre (comme dans les exemples que nous avons vus de la première et - avec leurs différences - de la deuxième guerre du Golfe, de l’Afghanistan ou des Malouines). D’une part, il y a l’invasion réactionnaire de Poutine, la Russie agissant comme une sorte d’ « impérialisme militaire » (bien qu’elle ne soit pas un pays impérialiste au sens précis du terme : elle n’a pas de projection internationale significative de ses monopoles et de ses exportations de capitaux ; elle exporte essentiellement du gaz, du pétrole et des matières premières ; etc.) D’autre part, une nation semi-coloniale comme l’Ukraine, sur laquelle les principales puissances impérialistes de l’Occident s’appuient contre la Russie. Mais il ne s’agit pas non plus d’une guerre inter-impérialiste ouverte comme ce fut le cas pour la Pologne sous Lénine. Jusqu’à présent, les puissances occidentales interviennent essentiellement par le biais de sanctions économiques et de la fourniture d’armes, en essayant d’éviter une implication totale. A tout cela, il faut ajouter que cette confrontation se traduit [busca ser traducido] par une division interne du peuple ukrainien lui-même, dont un tiers de la population est linguistiquement et culturellement lié à la Russie.

C’est pourquoi une politique indépendante devrait, à notre avis, chercher une combinaison cohérente des éléments que nous avons vus dans les exemples respectifs de Trotsky et de Lénine. Pour faire face à l’invasion russe avec une telle politique, il ne s’agit pas seulement de « dénoncer » l’OTAN, mais de l’inclure comme un facteur agissant dans le conflit lui-même, et ce contre l’autodétermination même du peuple ukrainien. En ce sens, comme Lénine, appeler à la mobilisation internationale comme une « aide » essentielle dans la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine, tant à l’« Ouest » qu’en Russie. Le développement d’un mouvement anti-guerre qui ne succombe pas au militarisme de l’OTAN est essentiel. Une politique cohérente à l’égard du problème national en Ukraine implique également de soulever le droit à l’autodétermination pour Donetsk et Lougansk et la population russophone. En même temps, il faut lutter contre l’occupation des régions pro-russes dont la population a un role central à jouer contre les fondements de la démagogie de Poutine. Peu importe le nombre d’armes qui circulent, seule l’unité du peuple travailleur ukrainien, en surmontant les divisions encouragées par les oligarchies des deux côtés du fossé, peut être en mesure de vaincre l’invasion de Poutine sans échanger une chaîne contre une autre et en persistant dans le balancier (entre la Russie et l’OTAN) qui a caractérisé la politique du pays au cours des dernières décennies.

Les objectifs d’une politique indépendante

Bien entendu, la nécessité plus ou moins grande d’une politique indépendante dépend des objectifs de celui qui la formule. Par exemple, le Secrétariat unifié conclut sa déclaration en notant que « seule la classe ouvrière internationale, luttant ensemble avec tous les opprimé·es et exploité·es, pour la paix et contre l’impérialisme, contre le capitalisme et contre la guerre, peut créer un monde meilleur. » De ce point de vue, leur défense des sanctions contre la Russie et des livraisons d’armes en général pourrait être plus ou moins contradictoire selon ce que l’on entend par « un monde meilleur ». D’un point de vue socialiste et révolutionnaire internationaliste, c’est évidemment différent. Et cela est également important lorsqu’il s’agit du débat sur le problème de l’autodétermination nationale et de la lutte anti-impérialiste avec ceux qui, comme l’UIT, la LIT ou la LIS, visent un type particulier de révolution, appelée « révolution démocratique ».

C’est ce que dit Mercedes Petit par rapport à une perspective comme celle que nous avons présentée dans ces lignes :

« Cette approche [celle du PTS et de la FT] est directement défaitiste et, si elle était appliquée, elle favoriserait simplement et immédiatement l’invasion de Poutine. Ce n’est pas une coïncidence si la déclaration du FT-CI fait référence à la lutte en Syrie contre Al Assad en 2011 - 2016. Là aussi, leur position était malheureuse : ils ont déclaré, comme ils le rappellent eux-mêmes aujourd’hui, qu’il y avait en Syrie « une guerre réactionnaire sans camps progressistes » et ont rejeté le soutien militaire à la mobilisation de masse et à la lutte militaire contre Al Assad. Ils ont ainsi rejoint la complicité de la majorité de la gauche mondiale avec le dictateur Al Assad et le meurtrier de masse Poutine, qui ont écrasé la mobilisation dans le feu et le sang. »

Bien qu’il ne puisse être assimilé à la guerre actuelle en Ukraine, le cas syrien présente des points de contact si l’on prend l’ensemble du processus depuis la « révolution orange » de 2004, en passant par Maidan en 2014 et les affrontements qui ont suivi. Les origines de la guerre en Syrie remontent au soulèvement de 2011 qui était l’expression de l’explosion de la colère populaire contre le régime bonapartiste de Bachar el-Assad et faisait partie du Printemps arabe. Le gouvernement a eu recours à une répression féroce et a encouragé la confrontation interreligieuse. L’armée était initialement divisée horizontalement - entre les secteurs de la troupe et les officiers - mais elle s’est rapidement transformée en une division verticale qui a relégué au second plan les éléments d’autodéfense « citoyens » ou « populaires » (non-classistes) et les a subordonnés à la structure de l’Armée syrienne libre, parrainée dès le début par la Turquie et soutenue ensuite par l’impérialisme américain, britannique et français, bien qu’avec une certaine méfiance en raison de ses liens avec les Frères musulmans et les groupes salafistes. Ainsi, le conflit est passé par différents moments, menant à une guerre civile réactionnaire, avec comme phénomène progressiste le développement de la lutte du peuple kurde, dont l’indépendance, cependant, a été graduellement diluée dans le cadre des alliances militaires avec les Etats-Unis et ensuite avec Assad contre les attaques turques.

Une grande partie de la gauche, inspirée par la théorie de la révolution démocratique, a considéré la guerre civile syrienne comme une guerre révolutionnaire, ignorant plus ou moins toute la complexité du processus, l’ingérence impérialiste et les divisions interreligieuses. Il l’a fait en suivant, à sa manière, les conceptions de Nahuel Moreno qui soutenait que face au « fascisme et aux régimes contre-révolutionnaires » il fallait se fixer comme objectif « une révolution dans le régime politique : détruire le fascisme pour conquérir les libertés de la démocratie bourgeoise, même si c’est sur le terrain des régimes politiques de la bourgeoisie, de l’État bourgeois » [3]. Dans le même sens, ils ont également vu dans la révolte de Maidan de 2013-14 une « révolution démocratique triomphante ». Selon les mots de Izquierda Socialista à l’époque : « Une révolution triomphe qui s’apparente aux soulèvements révolutionnaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient qui ont mené d’immenses révolutions pour renverser leurs gouvernements oppressifs. En Ukraine aussi, une révolution démocratique est en train de triompher, entraînant la chute du réactionnaire pro-russe Yanukovich. »

Bien que la révolte ait eu pour toile de fond les difficultés de la population et la colère contre le gouvernement répressif et corrompu de M. Ianoukovitch, cette caractérisation fait abstraction du développement réel du processus lui-même. Elle a été réalisée sans prendre en compte le programme du mouvement (qui avait pour slogan central l’adhésion à l’Union européenne impérialiste) et sa direction, composée d’un front allant des partis d’opposition libéraux pro-occidentaux à l’ultra-droite, en passant par les groupes néo-nazis, dont, logiquement, une de ses premières mesures a été l’abolition de la loi protégeant les langues minoritaires non-ukrainiennes. Izquierda Socialista a ainsi poussé à l’extrême la théorie de la « révolution démocratique » selon laquelle « il n’est pas obligatoire que ce soit la classe ouvrière et un parti marxiste révolutionnaire qui conduisent le processus de la révolution démocratique vers la révolution socialiste » étant donné que, selon Moreno, toute révolution (produit de l’état catastrophique du capitalisme) était, en-soi, « inconsciemment socialiste » selon Moreno. [4]

Il est difficile d’élaborer une politique indépendante à partir d’une telle théorie. La vérité est que, depuis sa formulation initiale, inspirée par les processus qui se sont développés en réponse aux soulèvements de masse des années 1970, connus sous le nom de « transitions vers la démocratie » (Portugal, Espagne et Grèce, qui se sont ensuite étendus au monde semi-colonial), aucun des processus issus de ces prétendues « révolutions de régime » n’a suivi un cours semblable à celui prédit par Moreno. Au contraire, ils ont produit une reconfiguration à partir de laquelle la bourgeoisie a réussi à regagner l’hégémonie. Ainsi, sous les bannières d’une démocratie bourgeoise idyllique, de la prétendue défense des droits de l’homme et de la « liberté », l’offensive néolibérale s’est répandue à travers le monde. Aujourd’hui, il ne reste que les vestiges de cette politique, produit du déclin même de l’hégémonie américaine. La « révolution orange » en Ukraine et le Maïdan en 2014 qui ont conduit à la présidence de l’oligarque pro-occidental Pyotr Porochenko en ont été un exemple. La dérive de la Syrie vers une guerre civile réactionnaire également.

Ce qui devient de plus en plus évident dans ces processus, c’est l’imbrication profonde entre la réalisation des revendications démocratiques et la lutte anti-impérialiste qui en découle. Dès ses premières formulations de la théorie de la révolution permanente, Trotsky a soutenu que même dans un pays où le prolétariat constituait une minorité comme la Russie, son hégémonie était une condition pour « la résolution complète et effective » des fins démocratiques, nécessairement liée à des transformations structurelles (dans de nombreux cas directement anticapitalistes). Les dernières décennies n’ont fait que renforcer et élargir la portée de cette thèse. L’oppression impérialiste a fait un bond spectaculaire lors de l’offensive néolibérale, ce qui rend impensable toute conquête démocratique fondamentale et durable dans les semi-colonies sans émancipation de l’impérialisme.

En Ukraine, avec toute la complexité de la guerre, cette question est également fondamentale. Les intérêts des travailleurs et des secteurs populaires ukrainiens sont opposés à ceux des factions oligarchiques locales liées à Poutine et aux impérialismes occidentaux. Dans la lutte contre l’invasion russe, aucune indépendance réelle ne peut être gagnée sous l’emprise de l’OTAN, c’est pourquoi elle est inséparable de la lutte anti-impérialiste la plus déterminée. Comme Trotsky l’a souligné à l’époque, la perspective de l’indépendance de l’Ukraine est inextricablement liée à la lutte pour le pouvoir des travailleurs. Une conclusion qui s’actualise dans les conditions difficiles posées par l’occupation russe, et qui est entrelacée avec la lutte pour une Ukraine ouvrière et socialiste. Lorsque, dans notre cas, nous parlons d’élever une politique indépendante, nous le faisons sur la base de ces objectifs.

Notes :

[1] Léon Trotsky, « La lutte anti-impérialiste. Un entretien avec Mateo Fossa », 23 septembre 1938.

[2] Lénine, « Paix sans annexions et indépendance de la Pologne », 29 février 1916.

[3] Moreno, Nahuel, Las revoluciones del siglo XX, Bs. As., E. Antídoto, 1986.

[4] Moreno, Nahuel, “Escuela de cuadros” - Argentina, 1984. Crítica a las Tesis de la Revolución Permanente.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...