Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Retraites

Des travailleurs du syndicat du transport de la STM au métro Berri-Uqam (FEESP-CSN)

MONTRÉAL, le 23 oct. 2014
- Dans le cadre d’un plan d’actions mené par la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) qui se déroule à travers le Québec, des travailleuses et travailleurs du Syndicat de transport de Montréal se réuniront dès 15 h au Métro Berri-UQAM pour une opération d’information afin de sensibiliser le public aux assauts du gouvernement envers les régimes de retraite du secteur municipal. Le matin même, plus de 500 travailleurs se sont rassemblés pour une action de visibilité devant le garage de la STM.

Du grand n’importe quoi 


« Le 18 juin 2012, nous nous sommes entendus avec les élu-es de la Ville sur une convention collective dont l’échéance est en 2018. Et maintenant, ils sont d’accord avec des mesures comme le paiement du service courant et des déficits futurs à 50-50 ? C’est incompréhensible », a d’abord souligné le président du syndicat Luc St-Hilaire.

« Le ministre tente un coup de force avec son projet de loi qu’il veut appliquer à tous les régimes sans discernement, alors que bon nombre sont en très bonne santé, a-t-il d’abord expliqué. Prenez le nôtre par exemple, qui était capitalisé à plus de 115 % au 31 août ! Il est en excellente santé. Lorsque Pierre Moreau dit qu’il veut assurer la pérennité des régimes, c’est complètement faux. S’il disait la vérité, il ne s’en prendrait pas aux régimes qui se portent bien. En réalité, il veut augmenter les revenus des villes en réduisant la rémunération des employé-es municipaux et des sociétés de transport. Il répond ainsi à des commandes spéciales de Montréal et de Québec », ajoute Luc St-Hilaire. 

Une lutte de tous les instants à venir


Pour la vice-présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Nathalie Arguin, il est clair que le projet de loi 3 vient concrétiser le début de la politique d’austérité du gouvernement. « On voit bien quelles étaient les réelles intentions des libéraux, qui se servent des travailleuses et des travailleurs municipaux pour donner le ton de l’automne. Ça augure très mal pour les travaux sur les autres régimes de retraite et pour l’ensemble des programmes et des services des Québécois, qui vont passer dans le tordeur », a-t-elle enchaîné.

« Il faut dire non au virulent projet de loi 3 contre les travailleuses et les travailleurs, non à des compressions purement idéologiques qui vont venir complètement saccager le modèle social que les Québécois se sont donné », a-t-elle finalement conclu.

Fédération des employés et employées des services publics (FEESP-CSN)

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) compte plus de 425 syndicats affiliés représentant environ 65 000 membres qui œuvrent dans le domaine des services publics et parapublics. Le secteur scolaire de la FEESP-CSN regroupe 37 syndicats affiliés et représente plus de 35 000 employés-es de soutien présents dans 31 centres de services scolaires francophones ainsi que dans deux commissions scolaires anglophones. Il représente notamment les classes d’emploi suivantes : les techniciennes en service de garde, les éducatrices en service de garde, le personnel administratif, les préposé-es aux élèves handicapés, les techniciennes en éducation spécialisée, les concierges et les ouvriers.

Sur le même thème : Retraites

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...