Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

En Grèce, la course contre la montre a commencé

Prise de parole de Roxanne Mitralias, membre du CADTM, membre de l’initiative grecque de Paris, le samedi 23 juin à Paris à l’occasion des assises du collectif français d’audit citoyen de la dette publique.

(tiré du site du CADTM)

En Grèce, on a beaucoup manifesté, on a énormément fait grève - et même ceux qui n’avaient pas l’habitude -, on s’est retrouvé dans les places entre jeunes, retraités, chômeurs, petits commerçants - mais on s’est fait gazé à l’aide de milliers de lacrymos et virer à coup de matraques -, on a même tenté de s’auto-organiser pour se nourrir, se soigner ou se déplacer, en échangeant directement avec les paysans, en faisant du troc, en inventant des nouvelles monnaies. Et enfin, on a voté. En tout cas, on a essayé de voter. A deux reprises.

Mais en Grèce on a eu aussi très peur, on a été désespéré et en colère, souvent dans l’incompréhension. Pourquoi sommes-nous le laboratoire de l’Europe néolibérale ?

La Troïka, l’église, les armateurs, les politiciens corrompus et leurs amis les escrocs de grande envergure ont utilisé tous les moyens pour nous faire peur. Ils ont construit des bouc émissaires en transformant les étrangers en ennemis et ils ont voulu stigmatiser les prostituées en faisant croire qu’elles étaient responsables de l’augmentation des cas de sida. Ils ont utilisé l’intimidation - comme cette banque qui a conseillé ses employés de ne pas voter contre les politiques d’austérité car ils allaient se faire licencier -, ils ont menti, en inversant par exemple les sondages pour mettre la droite en première place, ils nous ont fait du chantage à l’intérieur et à l’extérieur du pays en martelant la menace « soit tu acceptes de crever soit tu sors de l’euro ». Et ils ont réussi, pour l’instant, en remportant les élections du 17 juin. 2,5 points séparent la « nouvelle démocratie », la droite, de Syriza, la coalition de la gauche radicale.

Aujourd’hui, c’est la course contre la montre entre les pro-mémorandum et les anti-mémorandum. La population est au bord du gouffre : une crise sanitaire, alimentaire, économique et sociale mais aussi écologique a lieu : plus de médicaments, des soins publics payants de plus en plus chers, 900 euros pour accoucher, 4000 pour une opération chirurgicale. Des files d’attente interminables pour quelques légumes, des invasions de supermarché, plus de salaires pour des centaines de milliers de grecs, des impôts et des prix toujours plus élevés. Le chômage ou l’immigration pour les jeunes. Mais aussi les immigrés ou les militants de gauche qui subissent des attaques violentes incessantes par les milices néonazies de l’Aube Dorée, fille terrifiante des mémorandum et de cette société au bord du gouffre.

Aujourd’hui, c’est la course contre la montre. Car ils vont essayer d’aller vite pour brader notre patrimoine, nos ressources minières, nos îles, nos forêts, l’énergie solaire qu’ils distribuent gratuitement à leurs amis, après avoir détruit la réglementation qui les protégeait. Et parce qu’ils sont en train de préparer des attaques anti-sociales sans précédent.

C’est pourquoi en Grèce il faut mettre toutes les chances de notre côté : c’est le moment de coupler l’opposition de la gauche radicale dans le parlement à un mouvement social fort. Il nous faut un rempart contre ce qui s’annonce, car nous devons nous opposer à la mise aux enchères de notre pays, nous devons arrêter de payer cette dette illégitime qui aspire près de 80% du budget, arrêter de payer les dépenses extravagantes et inutiles des gouvernants corrompus, arrêter de porter le poids de ces mémorandum mortifères. Pour construire en Grèce et en Europe de nouvelles solidarités, pour entamer les changements écologiques et sociaux nécessaires et urgents, il n’y a qu’un seul moyen : se coordonner au niveau Européen, lutter ensemble contre toutes ces injustices, et en premier celle de la dette.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...