Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

États-Unis - La fumée se dissipe... ou pas ?

Alors que la fumée se dissipe – ou plus précisément, s’épaissit – sur les résultats des élections de mi-mandat, un résultat émerge clairement : la polarisation et la crise de la politique américaine se poursuivent. Et dans les deux prochaines années au moins, l’impasse politique signifie que toute mesure positive concernant les problèmes fondamentaux auxquels la société est confrontée est extrêmement improbable - que ce soit pour l’accès aux soins de santé, les inégalités et la pauvreté des enfants, l’injustice raciale à tous les niveaux, sur une imminente récession avec stagflation, et surtout sur la catastrophe climatique qui ne cesse de s’aggraver.

Tiré de Quatrième internationale
18 janvier 2023

Par David Finkel

Copyright
Ted Eytan

Autre chose sûre : les dix-sept milliards de dollars dépensés pour cette élection constituent un record historique, qui durera jusqu’à la prochaine. Les records de dépenses de campagne dans la politique américaine tombent plus rapidement que les marques de home-run à l’ère du baseball sous stéroïdes. C’est à la fois un symptôme et une cause de dysfonctionnement.

Ce qui suit ne sont que les premières réponses à ce qui émerge après le vote. La perspective immédiate d’une explosion de violence post-électorale s’est apparemment éloignée - et même si les républicains prennent le contrôle du Congrès, il est maintenant très peu probable qu’ils soient assez stupides pour essayer de faire passer une interdiction nationale de l’avortement ou de forcer une crise au-dessus du plafond de la dette. Mais les institutions de « stabilité » de ce pays s’effilochent encore.

Il est impossible ici de saisir toute l’étendue des courses déjà réglées et encore en suspens, mais la réponse des électeurs à l’annulation désordonnée par la Cour suprême de Roe v. Wade se démarque évidemment. Dans chaque État, avec des référendums sur le droit à l’avortement, le droit des femmes de choisir l’a emporté. La réponse outragée des femmes, et des braves gens en général, a dynamisé une participation électorale qui a émoussé ce qui devait être une vague de victoires républicaines.

Ici, dans le Michigan, un vaste amendement constitutionnel de l’État sur les droits reproductifs (Proposition 3) l’a emporté haut la main, tout comme les trois femmes occupant les plus hautes fonctions de l’État - gouverneur, procureur général et secrétaire d’État - aidées par le fait que les challengers républicains étaient des anti-choix enragés, fanatiques du déni électoral MAGA. Les trois titulaires (Gretchen Whitmer, Dana Nessel et Jocelyn Benson) se sont présentés sur des plates-formes pro-choix, y compris la contestation judiciaire de l’interdiction de l’avortement par le gouverneur (maintenant morte) de 1931 et le vœu du procureur général Nessel de ne pas l’appliquer.

Les électeurs du Michigan ont également adopté des propositions visant à assurer l’extension de l’accessibilité pour les électeurs et des informations sur la situation financière des candidats. Pour la première fois depuis des décennies, grâce au redécoupage non partisan, les républicains ont perdu le contrôle des deux chambres de la législature de l’État, contrôle qui avait permis toutes sortes d’actes malveillants de droite, y compris les lois nocives sur les gestionnaires d’urgence qui ont imposé la faillite à la majorité noire de Détroit et d’autres villes et empoisonné l’eau de Flint.
Le tableau national, comme toujours, est contrasté comme la lutte des deux partis américains du capital pour la domination. Comme ces lignes sont écrites le matin du 9 novembre, les lecteurs savent déjà qu’une prise de contrôle républicaine plus étroite que prévue de la Chambre des représentants est probable mais pas assurée, tandis que le Sénat est en jeu et pourrait reposer sur un second tour en Géorgie en décembre.

Contrairement à de nombreuses attentes, le peu inspirant Joe Biden n’a pas fait chuter le vote démocrate, pas plus que le magnétisme malin de Donald Trump n’a rehaussé les républicains dans des luttes critiques sur le terrain. Et il est rafraîchissant de noter que l’argent ne gouverne pas tout : par exemple, l’assaut ciblé contre Summer Lee (dans le district 12 de Pennsylvanie) par l’AIPAC (American Israel Political Affairs Committee) a échoué de manière spectaculaire.
Dans l’ensemble, l’aile vaguement définie du parti démocrate "progressiste" semble avoir tenu bon, même si (contrairement à certaines illusions de gauche) elle ne constitue aucun défi au contrôle ferme de l’establishment pro-entreprises du parti. Les détails des résultats étatiques et locaux, et une enquête sur les endroits où le Parti vert a conservé l’accès au scrutin, doivent attendre une analyse plus approfondie. Malheureusement, la gauche indépendante n’a pas eu de rôle dans cette élection, à l’exception d’une certaine présence sur le terrain - comme dans le cas exemplaire du Michigan dans la sollicitation d’activistes pour les signatures d’accès au scrutin, puis la participation des électeurs pour la proposition 3.

Perspectives d’avenir

Les observations précédentes sont évidemment fragmentaires. Les plus grandes questions tournent autour de où tout cela mènera dans les deux prochaines années et au-delà.

Grâce à la participation électorale et à la sous-performance républicaine, une vague redoutée d’attaques législatives réactionnaires semble moins probable. C’est le résultat le plus positif et le plus prometteur de ce cycle électoral désagréable, brutal et long.

Nous devrons voir si les législatures anti-avortement des États chercheront à criminaliser le voyage des femmes vers des États où l’avortement peut être obtenu légalement, si les procureurs poursuivront les médecins fournissant des médicaments pour l’avortement, et d’autres atrocités qui enflammeront davantage la crise nationale de l’accès des femmes à l’avortement.

Des spéculations sur la question de savoir si Biden et Trump se présenteront à la présidence en 2024, à quel point le Parti républicain pourrait se battre en interne pour l’avenir de Trump – et si Trump lui-même sera poursuivi pour complot en vue d’escroquer les États-Unis, tentative d’annuler les élections de 2020 et divers crimes financiers – offrira des opportunités de plein emploi aux commentateurs.

Des problèmes plus profonds subsistent, et en voici quelques-uns :

1. Des facteurs qui ont longtemps été considérés comme des piliers de la « stabilité » garantie - tels que la domination de deux partis capitalistes alternant de manière fiable et pacifique au pouvoir, la décentralisation d’une grande partie de l’autorité vers les États et la Cour suprême comme un frein à « l’extrémisme législatif » » — sont devenus en fait des agents de déstabilisation. Un ancien parti conservateur traditionnel est maintenant un pourvoyeur d’extrême droite essentiel de ploutocratie effrénée, de nationalisme chrétien et de suprématie blanche avec une emprise sur des législatures d’État hautement manipulées.

Quant à la Cour suprême, même si son jugement atroce sur l’avortement a été giflé par les électeurs, sa majorité reste fermement une Cour de suprématie blanche d’extrême droite des États-Unis (WSCOTUS) qui a déjà détruit la loi sur le droit de vote et est sur le point d’éliminer l’affirmative action et d’envisager sérieusement de permettre aux législatures des États d’annuler les résultats des élections.

2. La récession de stagflation (ralentissement économique couplé à une inflation persistante, vue pour la dernière fois au milieu des années 1970) qui est fort probable en 2023 ne fera qu’exacerber les profonds dysfonctionnements en cours aux États-Unis, des soins de santé aux droits du travail et au logement, le filet de sécurité de la protection sociale et la violence armée. Aucun des deux partis n’a de réponse sérieuse à la situation économique, puisque la politique républicaine consiste en des réductions d’impôts pour les riches et des coupes budgétaires vicieuses pour tous les autres - tandis que les démocrates ne peuvent pas faire face aux prix abusifs des entreprises ou prendre d’autres mesures contre la volonté de leurs propre base de méga-donateurs.

3. La tendance autoritaire et raciste de la politique américaine fait partie intégrante d’une tendance internationale. Nous pouvons citer non seulement Viktor Orban en Hongrie, le chouchou des nationalistes blancs américains, et Jair Bolsonaro, maintenant miséricordieusement vaincu au Brésil, mais aussi le prochain gouvernement de coalition israélien qui comprendra des partis qui prônent explicitement le nettoyage ethnique des Palestiniens et la privation de leurs droits de citoyenneté.

À cet égard, nous devons malheureusement noter que dans ce cas, comme dans chaque élection américaine et dans chaque bouleversement international - en ce moment, la guerre résultant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et ses conséquences pour l’économie mondiale et l’approvisionnement alimentaire - la Palestine et son peuple sont dommage collatéral. Alors même que l’AIPAC s’efforce d’écraser toute voix du Congrès pour les droits des Palestiniens, les raids et les meurtres quotidiens d’Israël en Palestine occupée sont à peine mentionnés dans les médias américains. Cela ne peut changer qu’avec une recrudescence critique de l’activisme populaire pro-palestinien.

4. En parlant d’épaississement de la fumée et de la montée des eaux, l’effondrement environnemental pèse sur l’avenir non seulement de la politique américaine mais de l’humanité. Nous ne savons pas qui se présentera à la présidence en 2024, ou à quoi ressemblera l’économie, ou si la guerre en Ukraine sera terminée, ou bien d’autres choses - mais nous savons que les incendies de forêt, les inondations et les sécheresses, les extinctions d’espèces et les effondrements d’habitats seront encore pires qu’ils ne le sont déjà.

La défaite partielle de la politique misogyne et raciste d’extrême droite lors des élections de 2022 est une raison pour un certain soulagement, mais pas pour rassurer sur la profondeur de nos crises politiques, sociales et raciales. Ce qui manque le plus est une gauche indépendante capable de les aborder à la racine.

10 Novembre 2022

Source : https://solida…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...