Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Gel d'embauche dans la fonction publique - Le gouvernement tient un double discours, déplore le SFPQ

QUÉBEC, le 28 janv. 2013 - Le SFPQ dénonce l’attitude du gouvernement, qui a décrété en catimini un gel de l’embauche le 15 janvier dernier. Cette décision drastique touche les emplois réguliers et occasionnels à pourvoir dans les ministères et les organismes. Pourtant, le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, avait indiqué publiquement à la même période qu’il souhaitait se démarquer de ses prédécesseurs en ayant recours à un nouveau modèle de gestion des effectifs plus affiné que celui du gouvernent précédent.

« Le gouvernement parle des deux côtés de la bouche. Une journée il affirme vouloir se démarquer du gouvernement précédent en innovant en termes de renouvellement des effectifs et d’attraction, et le lendemain, il choisit la facilité en gelant les embauches. Une méthode dont a largement abusé le parti libéral », déplore la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Déjà, la politique de non-remplacement d’une personne sur deux quittant son emploi pour prendre sa retraite a grandement hypothéqué le renouvellement des effectifs dans la fonction publique ces dernières années. En 2010, le gouvernement dirigé par les libéraux affirmait que le plan de réduction des effectifs avait atteint ses limites. Afin de pallier le manque de personnel, les ministères et organismes ont recours à la sous-traitance, ce qui entraîne une augmentation des coûts de main-d’œuvre et crée une dépendance de l’État envers les ressources provenant du secteur privé, déplore le SFPQ.

En décrétant le gel des embauches, le gouvernement continuera de perdre l’expertise nécessaire au bon fonctionnement de ses institutions et à la livraison de services publics de haute qualité auxquels la population a droit. « Chaque fois qu’une organisation perd une agente de bureau, un préposé aux renseignements ou une agente d’indemnisation, c’est le service aux citoyens qui s’en ressent. Quand le gouvernement limite ses effectifs, il limite également son pouvoir d’action et ce sont les citoyens qui en font les frais », constate madame Martineau.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...