Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Google Books : que fait-on des auteurs ? (UNEQ)

MONTRÉAL, le 22 avril 2016 - L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) déplore la décision de la Cour suprême des États-Unis de ne pas entendre la cause qui opposait le syndicat américain des auteurs (la Authors’ Guild) à Google. Il faut noter cependant que la Cour suprême n’accepte que quelques cas par année et que les chances que cette cause soit entendue étaient donc assez faibles.

Malheureusement, la décision de la Cour suprême a pour effet de maintenir le jugement de la Cour d’appel qui avait estimé que la numérisation de 20 millions d’œuvres par Google relevait du « fair use », tel qu’il est défini aux États-Unis. Elle avait en effet jugé que la création par Google d’une copie numérique des œuvres avait essentiellement pour but d’assurer une fonction de recherche et qu’il s’agissait là d’un usage transformatif de l’œuvre qui profitait aux utilisateurs et, pour cette raison, ne violait pas le droit d’auteur.

De son côté, la Authors’ Guild arguait que bien que Google offre gratuitement l’accès aux œuvres et ne permet que la lecture d’extraits dans le cas des livres qui ne sont pas dans le domaine public, la compilation et l’utilisation des textes des livres et des informations sur les utilisateurs que fait la société transforment son activité en une opération commerciale qui contrevient aux principes de l’utilisation équitable. Si Google avait été reconnue coupable, elle aurait pu avoir à payer des milliards de dollars en dommages-intérêts qui auraient été versés aux ayants droit.

Force est de constater que la question de la rémunération des auteurs n’est absolument pas entrée en ligne de compte et qu’à la suite de ce jugement, seule Google pourra tirer profit de la numérisation des œuvres des créateurs. L’UNEQ estime que c’est une logique à courte vue, car comment les écrivains et les artistes pourront-ils continuer d’innover et de renouveler la pensée, la culture et l’identité de leur société si on réduit les moyens de subsistance qui leur permettent de poursuivre leur œuvre dans des conditions favorables ? Ce point de vue ne semble guère préoccuper les tribunaux même si, paradoxalement, ils reconnaissent dans leurs jugements que le travail des créateurs sert le bien public.

« En 2017, la Loi sur le droit d’auteur du Canada devra être revue, rappelle la présidente de l’UNEQ, Danièle Simpson. Il faudra donc, entre autres, évaluer l’impact sur l’industrie du livre des exceptions pédagogiques qui lui ont été ajoutées en 2012, et vérifier si les objectifs de la Loi, qui a été conçue pour assurer la reconnaissance des créateurs, sont véritablement respectés. »

Créée en 1977, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois regroupe plus de 1 600 poètes, romanciers, auteurs dramatiques, essayistes, auteurs pour jeunes publics et auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques. L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socioéconomiques des écrivains.

Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ)

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois est un syndicat professionnel fondé le 21 mars 1977 par une cinquantaine d’écrivains réunis autour de Jacques Godbout.

L’UNEQ regroupe près de 1 500 écrivains : des poètes, des romanciers, des auteurs dramatiques, des essayistes, des auteurs pour jeunes publics, des auteurs d’ouvrages scientifiques et pratiques.

L’UNEQ travaille à la promotion et à la diffusion de la littérature québécoise, au Québec, au Canada et à l’étranger, de même qu’à la défense des droits socio-économiques des écrivains.

L’UNEQ a été reconnue, en 1990, comme l’association la plus représentative des artistes du domaine de la littérature, en vertu de la Loi sur le statut professionnel des artistes en arts
visuels, des métiers d’art et de la littérature et sur leurs contrats avec les diffuseurs (L.R.Q., chapitre S-32.01).

L’UNEQ a aussi été accréditée, en 1996, par le Tribunal canadien des relations professionnelles artistes-producteurs pour négocier, de façon exclusive, avec les producteurs relevant de la compétence fédérale, afin de conclure des accords-cadres qui définissent les conditions d’embauche des travailleurs professionnels autonomes du secteur littéraire.

https://www.uneq.qc.ca/

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...