Édition du 13 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Improvisation multiple et cacophonie au ministère de l'Éducation - La FPEP-CSQ se demande sur quelle planète vit Jean-François Roberge

MONTRÉAL, le 3 juin 2020 - La Fédération du personnel de l’enseignement privé (FPEP-CSQ) n’en peut tout simplement plus de la multiplication des annonces improvisées du ministère de l’Éducation depuis le 16 mars dernier, à un tel point que son président, Stéphane Lapointe, se demande si le ministre Jean-François Roberge vit sur la même planète que tout le monde.

Le président de la FPEP-CSQ soutient que l’annonce à la dernière minute de la formation en juin de « camps pédagogiques » pour les élèves ayant des difficultés d’apprentissage est la goutte de trop qui fait déborder le vase.

« Il faut bien comprendre qu’en dépit de l’éclosion de la pandémie, le personnel de l’enseignement privé a continué à travailler et a dû s’adapter du jour au lendemain à faire de l’enseignement à distance et du soutien pédagogique. Tout le monde a dû apprendre sur le tas, comme on dit. Mais ce n’est pas cela le pire. Le pire a été le ministère de l’Éducation qui nous envoie constamment de nouvelles directives qui modifient les précédentes et qui obligent, d’une fois à l’autre, le personnel à devoir revoir ses façons de faire et à s’adapter », dénonce Stéphane Lapointe.

Une gestion chaotique

Ce dernier va jusqu’à qualifier de chaotique la gestion du ministère de l’Éducation depuis la mi-mars, qui semble dirigé par un ministre littéralement perdu, qui ne sait plus où il va et qui change constamment de direction sans trop savoir pourquoi.

« Les directives changent chaque semaine. C’est complètement fou. On dirait que le ministre de l’Éducation s’est donné comme mission d’épuiser le personnel et de le démotiver pour le pousser à quitter la profession. La tâche des enseignantes et des enseignants augmente et explose à chaque nouvelle directive. C’est complètement fou et ça donne la nette impression que le ministre et son ministère n’ont plus aucune vision et que l’improvisation est devenue la nouvelle approche éducative à Québec », analyse le président de la FPEP-CSQ.

Un ministre qui doit redescendre sur terre

Stéphane Lapointe prévient le ministre Jean-François Roberge que ça ne peut plus continuer ainsi, qu’il doit se ressaisir et mettre fin à la cacophonie qui règne dans son ministère.

« Il faut arrêter les annonces improvisées pour plaire à tout le monde et recommencer à penser l’éducation au Québec en tenant compte des intérêts des élèves et de la réalité vécue par le personnel. La mise sur pied de "camps pédagogiques" à compter de juin, alors que les enseignantes et les enseignants doivent en même temps continuer leur enseignement à distance, préparer les bulletins de fin d’année, prévoir les signatures pour les albums de finissants et bien d’autres choses, ne tient pas la route. Il est plus que temps que Jean-François Roberge redescende sur terre », conclut le président de la FPEP-CSQ.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...