Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Jour 4 de la grève- La FIPEQ-CSQ lance l'opération déclaration fiscale et invite le ministre à faire preuve de respect

TROIS-RIVIÈRES, QC, le 24 sept. 2020 - La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) lance l’opération déclaration fiscale auprès de ses 10 000 membres en grève en milieu familial régi et subventionné. Les responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) sont invitées à déposer leur avis de cotisation anonymisé sur un portail afin de prouver hors de tout doute la validité des calculs de la Fédération au ministre de la Famille.

Rappelons que le mardi 22 septembre, en une seule journée, le ministre de la Famille a affirmé quatre faussetés lors des débats à l’Assemblée nationale.

« Nos membres demandent le respect. Les milieux familiaux gagnent moins que le salaire minimum et voient le ministre affirmer qu’elles gagnent des fortunes et profitent de la fiscalité québécoise. C’est indigne de la fonction qu’il occupe », souligne la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon.

Malgré une main tendue dimanche dernierpour régler le dossier avec la nomination d’un arbitre, le ministre Lacombe a préféré prendre les parents en otage en forçant le déclenchement de la grève générale illimitée annoncée depuis juin 2020.

« Depuis les déclarations malheureuses de M. Lacombe, plusieurs de nos membres en colère nous ont envoyé leur avis de cotisation. Nous souhaitons maintenant inviter tous nos membres à nous les faire parvenir de façon anonymisée afin de démontrer au ministre que le portrait qu’il tente de dépeindre depuis une semaine est loin de la réalité », explique Mme Grenon.

Médiation ou arbitrage

En marge d’une manifestation devant les bureaux du ministre du Travail, Jean Boulet, la présidente de la FIPEQ-CSQ a demandé une intervention pour que les RSE reçoivent une nouvelle offre à la table de négociation. « C’est bien beau nommer une médiatrice, mais cette dernière n’a aucun pouvoir pour trancher et le processus de médiation ne met pas fin au conflit, contrairement à l’arbitrage. Si le ministre veut poursuivre dans son processus de médiation, il doit impérativement offrir de nouvelles offres monétaires. Nos membres ont dit non à 83 % au montant de 12,83 $ l’heure offert en juin dernier : la balle est dans son camp pour une proposition plus substantielle », termine Mme Grenon.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...