Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

Santé au Canada

L’assurance-médicaments universel permettrait d’économiser des milliards

Selon un nouveau rapport, des politiques bien conçues pourraient créer des économiesse situant entre dix et quarante pour cent des dépenses totales consacrées aux médicaments, grâce notamment aux économies d’échelle, aux achats en vrac, à la négociation des prix et à la révision des médicaments pour permettre plus de produits génériques, éliminer les dédoublements et réduire les coûts administratifs liés aux régimes tant public que privé.

La Coalition canadienne de la santé(CCS) a écrit une lettre ouverte au premier ministre Stephen Harper aujourd’hui pour l’inviter à cesser de tergiverser et à collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux à l’instauration d’un programme universel public d’assurance-médicaments.

Selon un nouveau rapport du professeur Marc-André Gagnon, intitulé Argumentaire économique pour un régime universel d’assurance-médicaments,des politiques bien conçues pourraient créer des économiesse situant entre dix et quarante pour cent des dépenses totales consacrées aux médicaments, grâce notamment aux économies d’échelle, aux achats en vrac, à la négociation des prix et à la révision des médicaments pour permettre plus de produits génériques, éliminer les dédoublements et réduire les coûts administratifs liés aux régimes tant public que privé.

En tout, on pourrait économiser entre 4,5 et 10,7 milliards de dollars.
« Malgré ce qu’affirment les politiques de droite et la communauté des affaires, des services gérés publiquement sont plus efficaces et économiques que ceux qui sont confiés au secteur privé », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP, en appui au régime universel.

« Dans le cas de l’assurance-médicaments, une interventionet une réglementation accrues du gouvernement, et non le contraire, permettraient d’économiser autour de 10 milliards de dollars, de l’argent qui pourrait être consacré à d’autres services de santé », a-t-il ajouté.

« Au SCFP, nous croyons non seulement qu’un nouveau programme universel d’assurance-médicaments est possible, nous pensons qu’il serait irresponsable de ne pas en avoir. Avec les coûts des médicamentsqui grimpent sans cesse, la situation actuelle est intenable. L’assurance-médicaments universelle protégerait tout le monde et coûterait moins cher. Qu’attendons-nous ? »

Entre-temps, Paul Moist invite les ministres fédéral et provinciaux de la Santé à faire face au problème. Les hommes politiques amorcent deux jours de réunion aujourd’hui à St. John’s.

Lisez le rapport à l’adresse suivante :
http://scfp.ca/updir/NEW_REPORT_%28French%29.pdf

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...