Édition du 19 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

L’éducation est la clé du Québec de demain

Pourtant, le gouvernement Couillard économise sur le dos de l’avenir de nos enfants. Depuis 5 ans, les vieux partis ont volé près d’un milliard de dollars à l’école publique. Les compressions affectent les services aux élèves, fragilisent les conditions de travail du personnel et augmentent la facture refilée aux parents. Qui aura le courage politique d’appuyer sur le bouton « Arrêt » ?

Tiré du site http://ecolepublique.org/

« Le combat pour l’école publique est l’affaire de tous et de toutes. C’est ensemble que nous ferons entendre raison au gouvernement ! »

– Françoise David

Pour une école solidaire

Pour sortir de ce cercle vicieux, Québec solidaire avance quatre grandes propositions pour garantir une éducation de qualité à nos enfants.

Annuler les coupes

Depuis 2010, les compressions en éducation ont atteint presque un milliard de dollars. Québec solidaire souhaite annuler ces compressions imposées par les différents gouvernements du PLQ et du PQ.

Pour réinvestir dans l’école publique et annuler les compressions budgétaires en éducation, Québec solidaire propose de suspendre les versements au Fonds des générations. Depuis 2010, près de 2,5 milliards $ ont été versés à ce Fonds et le gouvernement prévoit y verser encore près de 4 milliards $ les deux prochaines années. L’avenir du Québec ne se conjugue pas seulement en regard de l’ampleur de la dette, qui diminue d’ailleurs progressivement en proportion du PIB. Si le gouvernement avait vraiment à cœur l’avenir de la société québécoise, il suspendrait les versements lors des années où l’économie ralentit afin de financer nos services publics et sortir du cercle vicieux de l’austérité. Cessons de délaisser nos écoles !

Réinvestir dans l’école publique

Québec solidaire considère qu’un réinvestissement massif dans l’école publique est absolument nécessaire pour la valoriser comme lieu d’intégration, de cohésion et de mixité sociale. Nous proposons d’investir 500 millions de dollars sur cinq ans pour donner des espaces sains aux élèves et au personnel. Il est inacceptable et indécent que des problèmes de moisissures mettent en péril la santé et la sécurité de tous et toutes dans plusieurs établissements partout au Québec.

Afin de permettre à l’école publique de remplir sa mission, Québec solidaire propose de transférer au réseau public les subventions données aux écoles privées et permettre à celles-ci de s’intégrer progressivement au réseau public, dans le respect du personnel en place et avec la collaboration des syndicats concernés. En supposant que la moitié des élèves provenant du privé intègre le réseau public, un gouvernement économiserait ainsi 70 millions de dollars par année.

Réduire la taille des classes

Ce n’est un secret pour personne : les classes sont bondées et le personnel enseignant ne sait plus où donner de la tête, tant au primaire qu’au secondaire. Et le gouvernement Couillard veut les remplir encore davantage cette année !

Comment repérer un enfant en difficulté alors qu’on doit s’occuper d’une trentaine d’élèves ? Comment adapter son enseignement à des besoins spécifiques devant des besoins si diversifiés ? 

Pour favoriser l’apprentissage, Québec solidaire propose plutôt une direction opposée. Réduire de 4 le nombre moyen d’élèves par classe au primaire et de 3 au secondaire.

Plus de services et d’accompagnement pour nos enfants

De nouvelles embauches s’imposent d’abord pour des raisons démographiques : le nombre d’élèves au primaire et au secondaire augmentera de 12 % d’ici 2020. Avec les rapports élèves-maître actuels, il faudra donc plus de 5500 enseignants et enseignantes supplémentaires. Québec solidaire prévoit 1,6 milliard de dollars – le même montant que le surplus du gouvernement Couillard – pour 15 000 nouveaux postes à temps plein au primaire et au secondaire d’ici 2020. 

Comme les ressources sont largement insuffisantes, Québec solidaire propose de procéder à 1000 nouvelles embauches pour augmenter les effectifs du personnel professionnel. Au sein d’équipes d’intervention multidisciplinaires, ces personnes-ressources pourront effectuer systématiquement le diagnostic des enfants en difficulté, et ce, dès l’éducation préscolaire.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...