Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

La gauche en Europe face à la résurgence de l'OTAN après l’invasion de l’Ukraine par la Russie

L’invasion complique les efforts de la gauche depuis des décennies pour démêler l’Europe de l’alliance militaire dirigée par les États-Unis. En seulement jour à l’automne 1983, quelque 400 000 personnes sont descendues dans les rues de toute la Belgique pour protester contre la prolifération nucléaire et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord.

5 mai 2022 | The Intercept

La manifestation était l’une des dizaines de manifestations de masse en Europe occidentale au milieu d’une guerre froide qui s’intensifiait, alors que les citoyens des pays membres de l’OTAN appelaient à la fin de l’alliance militaire et de la domination américaine dans celle-ci. Vingt ans plus tard, lorsque les États-Unis ont envahi l’Irak malgré les objections de plusieurs États alliés de l’OTAN, les manifestant.e.s en Europe et dans le monde se comptaient par millions - l’une des plus grandes manifestations anti-guerre de tous les temps.

Mais lorsque des militant.e.s pacifistes en Belgique ont appelé à une mobilisation le mois dernier à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine et de l’aide militaire que les États-Unis et les pays européens ont envoyée à Kiev, les chiffres étaient bien inférieurs. C’était la même chose ailleurs en Europe. Alors que les manifestations anti-guerre dans certains pays étaient plus importantes, elles étaient à peine comparables aux mobilisations de masse contre l’invasion de l’Irak.

« Nous avions peut-être trois, 4,000 personnes, ce qui n’est pas beaucoup, », a déclaré Ludo De Brabander, membre du groupe pacifiste belge « Vrede vzw », à The Intercept. « C’était difficile de se mobiliser. » « L’Irak a été très clair : une guerre d’agression basée sur de faux arguments, » a-t-il ajouté. En Ukraine, en revanche, c’est la Russie qui avait organisé une invasion illégale, et le soutien dirigé par les États-Unis à l’Ukraine était considéré par beaucoup comme crucial pour éviter des atrocités encore pires que celles déjà attribuées par l’Ukraine à l’armée russe. Cela a laissé les militant.e.s pour la paix se démener, a déclaré De Brabander, « parce que nous ne voulons pas soutenir l’OTAN. Et bien sûr, nous nous opposons également à ce que fait la Russie. Et une position intermédiaire, avec des alternatives à la guerre, est très difficile à vendre. »

En conséquence, les messages lors des manifestations européennes de mars étaient parfois confus et incohérents : certains étaient remplies de drapeaux ukrainiens et soutenaient explicitement le peuple ukrainien et sa résistance. D’autres arboraient le drapeau arc-en-ciel de la « paix » omniprésent en Europe pendant la guerre en Irak et présentaient des appels contre l’augmentation des dépenses militaires et la perspective de l’élargissement de l’OTAN.

La réponse incertaine des militant.e.s pacifistes européens est à la fois le reflet d’une invasion brutale et non provoquée qui a stupéfié le monde et d’un mouvement anti-guerre qui s’est réduit et s’est marginalisé au fil des ans. La gauche en Europe et aux États-Unis a eu du mal à répondre à une vague de soutien à l’Ukraine qui va à l’encontre d’un effort de plusieurs décennies pour démêler l’Europe d’une alliance militaire dirigée par les États-Unis. Ils et elles craignent également que l’opportunisme à court terme - soutenir l’Ukraine par l’augmentation des dépenses de défense européennes et un renforcement de l’OTAN - ne prolonge le conflit et ne l’élargisse potentiellement. Mais ils et elles ont du mal à identifier des alternatives concrètes, car les faibles efforts diplomatiques ont jusqu’à présent échoué.

L’idée est que la solidarité et même le soutien militaire à l’Ukraine devraient viser à mettre fin à la guerre, et non à l’étendre indéfiniment. Yanis Varoufakis, économiste grec , ancien ministre des Finances et personnalité éminente de la gauche européenne, a mis en garde dans une récente interview contre le fait de placer « le droit théorique des Ukrainien.ne.s à être membres de l’OTAN au-dessus de la vie des Ukrainien.ne.s. »

« Il est important que nous nous unissions pour ramener un minimum de rationalité dans le débat et nous concentrer sur la seule chose qui compte pour le moment, » a-t-il déclaré. Ce n’est pas l’argent. Ce n’est pas le commerce. Ce n’est pas le gaz naturel. Ce sont des vies humaines en Ukraine. Comment pouvons-nous empêcher la mort des gens ? » Il a ajouté : « Le but de la résistance est d’en arriver au point où nous demandons la paix. »

L’opposition à l’OTAN à l’intérieur des pays membres — au niveau de la base et au niveau politique — a accompagné l’alliance tout au long de son existence. À différents moments, les critiques ont déploré le rôle démesuré des intérêts américains dans l’élaboration de la politique de l’OTAN ; la poussée expansionniste de l’après-guerre froide pour étendre l’adhésion à un nombre croissant d’anciens pays du bloc de l’Est ; l’intervention de l’OTAN dans les guerres des Balkans à la Libye ; et sa sape du multilatéralisme des Nations Unies. De nombreux critiques en Europe ont remis en question la nécessité de l’existence de l’alliance après l’effondrement de l’Union soviétique et la dissolution de son alliance militaire, le Pacte de Varsovie.

Mais avec la Finlande et la Suède susceptibles de rejoindre l’alliance en réponse directe à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et alors que les responsables américain.e.s appellent leurs alliés à intensifier leur réponse à l’agression du président russe Vladimir Poutine, les voix critiques à l’égard de l’OTAN ont été prudentes et parfois hésitantes. Alors que la guerre entre dans un troisième mois et que la perspective d’une fin négociée s’éloigne, ceux et celles qui espéraient une désescalade se sont retrouvés dans l’embarras.

« Je ne suis pas convaincu qu’il y ait un consensus autour d’une série de choix, comme déléguer à Washington et à l’OTAN les décisions sur la façon de répondre à cette guerre, et il n’y a pas de consensus autour de l’armement de l’Ukraine » a déclaré Antonio Mazzeo, un journaliste italien et militant pour la paix. « Par contre il est vrai qu’une majorité de voix politiques et d’experts sont devenues uniformes. » Il a ajouté : « Il y a toute une frange de la population qui rejette la logique de la guerre, d’envoyer des armes. Mais elle n’a pas compris comment prendre position, comment intervenir directement dans le discours autour de cette guerre. »

C’est en partie parce que ceux et celles qui critiquent l’escalade et une réponse militarisée ont été rapidement rejeté.e.s, accusé.e.s de transporter l’eau de Poutine ou d’être des apologistes de l’impérialisme russe. (Cela n’a pas aidé, bien sûr, que certain.e.s aient justement fait cela.) Cette peur a conduit beaucoup à choisir le silence à la place.

« Les gens ont peur de s’exprimer parce qu’ils n’ont pas les réponses ; ils et elles veulent arrêter la guerre sans armes, et il n’y a pas de mouvement organisé pour leur dire qu’ils et elles ont raison, » a déclaré un responsable du Parlement européen, qui a requis l’anonymat précisément parce que la position est devenue si controversée. « Il y a une intuition que nous pouvons mettre fin à cette guerre sans escalade, mais les gens ne savent pas comment l’exprimer et donc, ils se taisent. »

Pas de place pour la nuance

Le contraste entre la réponse relativement timide à la guerre en Ukraine et les mouvements anti-guerre du passé est complexe. D’une part, l’horreur des actions attribuées à la Russie, les informations faisant état de crimes de guerre ont choqué de nombreuses personnes en Europe, y compris dans le mouvement pacifiste. Ceux et celles qui ont contesté l’intervention de l’OTAN dans le passé l’ont généralement fait en réponse à des actions agressives de l’alliance ; le fait que les pays membres dans ce cas soient venus en aide à une nation envahie les a placés devant une énigme qu’ils et elles n’ont pas tout à fait résolue.

« Bien des gens sont désespérés, » a déclaré De Brabander. « Ils ne croient plus aux solutions diplomatiques, car Poutine est allé trop loin. Et ils ne croient pas non plus à l’armement du conflit.

Même avant l’invasion de l’Ukraine, le paysage en Europe occidentale avait profondément changé, plusieurs pays évoluant politiquement vers la droite et des causes traditionnellement de gauche, comme l’opposition à l’OTAN, devenant de plus en plus marginalisées. Les partis longtemps associés au mouvement anti-guerre, comme les Verts et les Sociaux-démocrates allemands, ont changé de cap, et les jeunes générations qui ont grandi sans craindre un conflit nucléaire régional - un catalyseur majeur des mobilisations de masse des années 1980 - ont réorienté leurs priorités vers des questions comme la justice climatique. En Europe de l’Est, pendant ce temps, l’action militaire de la Russie en Ukraine et en Géorgie ces dernières années a attisé des craintes légitimes qui ont largement éclipsé le scepticisme à l’égard de l’OTAN.

Dans un tel contexte, selon les critiques à la fois de l’invasion de la Russie et des actions de l’OTAN qui l’ont précédée, la place à la nuance a pratiquement disparu. « Faire preuve d’activisme anti-guerre dans ces circonstances peut malheureusement être considéré comme un signe de soutien à Poutine, » a déclaré à The Intercept un conseiller du Parlement européen qui a requis l’anonymat pour discuter d’une question sensible. « Vous devez être à 100% d’un côté ou de l’autre. Toute variation devient suspecte et soulève des questions sur votre fidélité et vos motivations. C’est un autre résultat terrible de cette guerre parce qu’à mon avis, ce genre de vulgarisation, de primitivisation du discours est très préjudiciable à la qualité non seulement de la politique étrangère, mais aussi de notre démocratie. »

De Brabander a noté que cela n’aidait pas que certain.e.s membres de la gauche radicale du mouvement pacifiste « ne voient que les responsabilités américaines ou les responsabilités européennes. » Cela a exposé des voix plus modérées à l’accusation d’être les apologistes de Poutine. « Il y a cette vision très noir sur blanc que si vous n’êtes pas avec nous, alors vous êtes contre nous, » a-t-il ajouté, notant que ceux et celles qui appelaient à la dissolution de l’Otan étaient régulièrement accusé.e.s de défendre les intérêts russes.

Pourtant, même en tant que fragment de ce qu’elle était autrefois, l’opposition populaire à une militarisation accrue et à l’OTAN n’a pas complètement disparu. « Nous avons appelé à la délégitimation de l’OTAN, et il n’y a vraiment aucune raison de changer cela, » a déclaré Reiner Braun, un militant allemand et directeur exécutif du Bureau international de la paix. Braun a noté qu’une coalition de dizaines de groupes appelant à la dissolution de l’OTAN prévoit un sommet de paix à Madrid en juin, pour contrer le rassemblement officiel de l’alliance dans la même ville. « Les principales raisons pour lesquelles nous sommes contre l’OTAN, la militarisation, les dépenses militaires, l’attitude agressive, l’expansion de l’OTAN - ce sont toutes des critiques qui sont toujours valables. »

« Nous sommes définitivement opposés à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais sans excuser Poutine, nous expliquons également que l’une des raisons de la situation actuelle est l’expansion de l’OTAN au cours des 25 dernières années, » a-t-il ajouté. « Ce n’est pas une excuse pour l’invasion, mais cela aide à comprendre comment une telle situation a pu se produire. »

Une prophétie auto-réalisatrice

Alors que l’OTAN a élargi le nombre de ses membres à quelques reprises pendant la guerre froide, la véritable poussée pour amener davantage de pays dans le giron a commencé au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique et de la dissolution de l’alliance du bloc de l’Est, atteignant un sommet dans les années 1990 sous le gouvernement de Clinton. C’est alors que la Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont rejoint l’alliance.

« C’est un moment où les États-Unis semblent être le n°1 pour toujours, et donc conclure de nouvelles alliances était en fait une chose très bon marché pour les États-Unis, » a déclaré Joshua Shifrinson, professeur agrégé de relations internationales à Université de Boston. « Il y a le récit de cette alliance qui prend des décisions collectivement. Mais les États-Unis ont en quelque sorte forcé l’expansion à travers l’alliance dans son ensemble. »

Beaucoup à l’époque critiquaient que l’OTAN accueille davantage de membres. Mais l’expansion est restée la politique de l’OTAN depuis lors. En 2008, l’ancien président George W. Bush a promis que l’Ukraine et la Géorgie rejoindraient un jour l’alliance - une erreur de calcul qui, selon de nombreux analystes, a précipité l’agression de la Russie contre les deux pays dans les années suivantes. Dans le climat actuel, les responsables américain.e.s semblent peu disposé.e.s à revoir cette histoire ou à poser des questions sur la manière dont la perspective de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN aurait pu jouer un rôle dans cet acte d’agression de la part de la Russie.

« Essayons d’être un peu plus objectifs et objectives et posons la question à savoir pourquoi la Russie pourrait avoir peur de l’OTAN, » dit Shifrinson. « Cela ne signifie pas que la réponse est une guerre. Vous pouvez blâmer Poutine pour la guerre. Mais je ne pense pas qu’il soit déraisonnable qu’un dirigeant russe s’inquiète de la perspective que l’Ukraine fasse partie de l’OTAN. La plupart des grandes puissances n’aiment pas que leurs voisins fassent partie d’alliances étrangères hostiles. »

En tout état de cause, l’invasion a revigoré la propre justification de l’OTAN quant à son rôle continu dans l’endiguement de la Russie. Si l’effondrement du Pacte de Varsovie semblait rendre l’OTAN inutile dans les années 1990, l’invasion de l’Ukraine par la Russie semble lui donner une nouvelle raison d’exister. C’est ce que De Brandeber décrit comme une « politique de prophétie auto-réalisatrice » : l’OTAN entreprend une action provocatrice (s’étendant jusqu’à la frontière russe) qui contribue à une crise qui, à son tour, justifie l’existence de l’OTAN. « Poutine est devenu le meilleur défenseur de la politique de l’OTAN, » a-t-il ajouté. « Il a rendu l’OTAN très forte avec cette guerre. »

Cependant, la hâte d’élargir l’OTAN et d’augmenter les dépenses militaires dans toute l’Europe se fera probablement au détriment des programmes sociaux et environnementaux, des soins de santé, de la sécurité sociale et d’une politique énergétique plus rationnelle - qui ont tous été des priorités pour de nombreux pays du monde. Une fois que ce sacrifice deviendra clair, disent les militant.e.s, le mouvement anti-guerre pourrait se développer à nouveau.

« Les conséquences sociales et environnementales sont extrêmement incertaines, » a déclaré Braun, l’activiste allemand. « Cela créera de la souffrance pour des millions de personnes supplémentaires. Mais cela créera également une nouvelle dimension de protestation. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...