Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

La rhétorique féministe de Justin Trudeau n'aidera pas à obtenir un avortement

Un entretien avec Darrah Teitel, organisatrice de justice reproductive, à propos de la lutte inachevée pour l’accessibilité à l’avortement.

6 mai 2022 | Tiré du site de The Breach | Photo : La Clinique 554, la seule clinique d’avortement du Nouveau-Brunswick, a fermé récemment. Carina Trasmundi, NB Media Co-op

Lorsque Darrah Teitel est arrivée pour sa première année à l’Université de Toronto, elle a été choquée de voir des militants anti-choix afficher des photos macabres comparant les avortements à l’Holocauste et au génocide rwandais. Constatant la montée des groupes anti-choix sur les campus universitaires, elle a commencé à organiser de jeunes féministes pour rédiger des articles d’opinion et mener des actions créatives pour défendre le droit à l’avortement.

Avec l’arrivée des années Harper, le gouvernement conservateur réduisait le financement des programmes de défense des droits sexuels à l’échelle internationale et permettait à un député de faire voter un projet de loi d’initiative parlementaire qui aurait interdit "l’avortement sous contrainte".

"L’avortement est resté légal ici, se souvient-elle, mais en tant que pays, nous empêchions les femmes de toute la planète de bénéficier de la contraception, de l’avortement et d’accéder à toute forme de droits sexuels."

Dans la foulée de son activisme sur le campus, elle a fait campagne sur les droits reproductifs en tant que membre du personnel du parti sur la colline parlementaire. Par la suite, elle a passé cinq ans à organiser Action Canada pour la santé et les droits sexuels, issue de la fusion de plusieurs grandes organisations féministes.

Le gouvernement Harper ayant privé les ONG féministes de tout financement fédéral, Action Canada a joui d’une indépendance inhabituelle pendant son mandat. "Le financement provenait principalement de l’Allemagne et du Danemark, qui considéraient le Canada comme un objet de pitié", dit-elle.

Pendant son mandat à Action Canada, de 2016 à 2021, elle a mené une campagne réussie pour pousser les provinces à couvrir le coût des pilules du lendemain.

Teitel travaille maintenant comme organisatrice au sein de l’Amalgamated Transit Union, mais elle a pris congé jeudi matin pour parler à The Breach, au lendemain de la fuite de la décision de la Cour suprême des États-Unis d’annuler l’arrêt historique Roe v Wade de 1973 qui assurait la protection constitutionnelle fédérale du droit à l’avortement.

Justin Trudeau a récemment déclaré que "chaque femme au Canada a le droit à un avortement sûr et légal". Quelle est votre évaluation de notre situation à cet égard ?

Il a raison, nous avons ce droit. Nous avons un droit humain inhérent à un avortement sûr et légal. La question est de savoir si nous pouvons avoir accès à l’exercice de ce droit.

L’une des plus grandes incompréhensions des droits est l’idée qu’une fois qu’ils sont protégés par une loi, les gens peuvent les exercer Mais en fait, les gouvernements ont l’obligation proactive de garantir ces droits. Depuis 30 ans que la décision Morgentaler a été rendue, le Canada n’a pas réussi à garantir aux femmes - et aux femmes enceintes - l’accès à leurs droits juridiques.

Le Canada est un vaste pays, avec extrêmement peu de fournisseurs de services d’avortement situés dans les villes pour la plupart, et certainement pas dans toutes les villes. Les centres de crise de grossesse - qui sont ces abominables fausses cliniques d’avortement qui attirent les femmes enceintes et leur donnent de fausses informations terrifiantes pour essayer de les empêcher de se faire avorter - sont beaucoup plus nombreuses que les vraies cliniques d’avortement. C’est presque le double, voire le triple.

Dans certaines villes, il y a quelque chose comme sept centres de crise pour les femmes enceintes et une clinique d’avortement assiégée où il y a peut-être un prestataire qui travaille à temps partiel, peut-être deux médecins qui travaillent à temps partiel. C’est un véritable gâchis. Et souvent, cela se passe dans une province qui ne fournit légalement des avortements que jusqu’à une certaine limite de semaines - environ 21 à 23 semaines. Ce manque d’accès entraîne d’énormes inégalités entre les personnes qui peuvent accéder à l’avortement et celles qui ne le peuvent pas - les plus pauvres, les autochtones et les personnes racialisées ayant le plus de difficultés.

Je peux vous donner un aperçu de l’histoire. En 1969, Pierre Elliott Trudeau, avec le soutien total des évêques du Canada, a décidé de mettre en place des comités d’avortement thérapeutique, qui étaient essentiellement des groupes de trois médecins chargés de décider si la santé et la vie d’une femme étaient en danger avant de lui permettre de recevoir un avortement sûr et légal dans un hôpital. Il s’agissait en fait d’un nouvel obstacle, car auparavant, de nombreuses législations provinciales stipulaient que si une femme n’obtenait qu’une seule signature d’un médecin, la décision pouvait être prise entre elle et son médecin.

L’avortement thérapeutique en général pose des problèmes car il ne favorise pas le choix, il soutient uniquement l’idée que les femmes ont besoin de sauver leur vie ou leur santé. Jusqu’à la décision Morgentaler en 1988, les femmes se présentaient devant ces panels de trois médecins condescendants et disaient en gros : "ma vie est en danger parce que je vais me tuer". C’est en gros ce qu’il fallait faire pour obtenir un avortement.

À l’époque, certaines femmes avaient suffisamment de ressources pour savoir où trouver un médecin ou un hôpital favorable à l’avortement, qui pouvait les aider à obtenir ce dont elles avaient besoin.

Le Canada a pris du retard en ce qui concerne l’approbation de l’avortement médical. Nous venons tout juste d’obtenir la légalisation et l’approbation de la pilule abortive médicale au Canada en 2017, même si elle était utilisée en toute sécurité dans des pays du monde entier depuis 30 ans.

Nous l’avons fait approuver, mais c’était une pilule qui coûtait 400 $, n’est-ce pas ?

Donc encore une fois, ce n’était que pour les gens qui avaient de l’argent et des ressources. L’une des choses que j’ai faites lorsque je travaillais à Action Canada pour la santé et les droits sexuels a été de mener une campagne pour que le coût de la pilule abortive soit pris en charge par le système de santé provincial. Cette campagne a été un véritable succès. Je pense qu’en trois ans, nous avons réussi, une à une, à faire en sorte que chaque province couvre la pilule abortive.

Mais il faut ensuite encourager les médecins de famille de ces régions rurales, qui ont souvent leurs propres idées anti-choix, à prescrire cette pilule.

Personnellement, j’imagine un monde où l’on peut simplement se procurer ces produits en vente libre. Je ne vois absolument pas pourquoi un pharmacien ne peut pas prescrire ou délivrer une pilule abortive médicale.

De nombreuses personnes sont obligées de parcourir de longues distances pour accéder à des soins d’avortement, y compris aux États-Unis. Des États américains comme le Colorado et le Nouveau-Mexique autorisent les avortements beaucoup plus tard que les provinces canadiennes, mais le manque de services de garde d’enfants et les frais de déplacement limitent l’accès à ces soins aux personnes ayant des ressources.

Concrètement, quelles sont les difficultés pour se faire prescrire une pilule ou obtenir un avortement chirurgical - et que font les gens lorsqu’ils se heurtent à ces restrictions ?

Actuellement, au Canada, on ne peut prescrire la pilule que jusqu’à 10 semaines. Il est possible de la prescrire plus tard, mais le Canada a mis en place une restriction plus conservatrice. En gros, vous avez la possibilité de pratiquer un avortement médical ou chirurgical jusqu’à une certaine semaine de gestation. Et après cela, vous ne pouvez avoir qu’un avortement chirurgical.

Au Canada, contrairement aux États-Unis, il n’y a pratiquement aucun prestataire qui accepte de pratiquer un avortement au-delà de la limite - comme un avortement tardif. À Action Canada, nous envoyons régulièrement des femmes aux États-Unis pour qu’elles se fassent avorter - là où, en fait, il y a plus de prestataires et de prestataires qui offrent une gamme plus large de services.

Ainsi, la notion selon laquelle les États-Unis sont limités sur le plan juridique à bien des égards - ce qui est le cas - est également contrebalancée par le fait pratique qu’ils ont plus de fournisseurs et que, dans certains États, ils ont des limites de durée plus élevées pour un grand nombre de fournisseurs. Ainsi, en ce qui concerne le tourisme de l’avortement, nous avons souvent dû envoyer des gens aux États-Unis.

Selon les droits de la santé au Canada, si vous ne pouvez pas avoir accès à un service médical nécessaire et à un service de santé essentiel au Canada, alors votre couverture de soins de santé devrait payer pour que vous l’obteniez ailleurs. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour la grande majorité des personnes qui n’ont pas accès à l’avortement. Encore une fois, cela revient à une question de ressources et d’argent.

Quel serait l’exemple type d’une personne du Canada qui devrait se rendre aux États-Unis pour se faire avorter ? À quel genre de coûts serait-elle confrontée ?

Des coûts potentiellement énormes, car l’avortement est une procédure où le temps est compté. Si elles doivent se rendre aux États-Unis, c’est probablement parce qu’elles ont dépassé une certaine limite de durée.

Nous recevions des appels sur une ligne d’assistance téléphonique, et il s’agissait généralement d’une personne qui n’avait aucune ressource et qui était désespérée. Elle avait besoin que nous l’aidions à réserver et à trouver un avortement à Boulder, au Colorado, ou au Nouveau-Mexique - deux des endroits où l’on peut obtenir ces procédures en un jour ou deux.

Donc le coût du vol, probablement plus de 1 000 dollars, puis de l’hôtel, et ensuite vous envoyez une personne potentiellement très jeune ou autrement vulnérable au sud de la frontière, seule, pour subir une procédure médicale qui va provoquer des saignements et des crampes. Vous voulez donc l’envoyer avec une personne de confiance, ce qui double les coûts, n’est-ce pas ?

Souvent, ces personnes ont des enfants à la maison, doivent s’occuper d’autres personnes ou ne peuvent pas s’absenter de leur travail. Donc, lorsque vous me demandez ce dont les gens ont besoin pour accéder à l’avortement, d’après mon expérience, cela n’a presque rien à voir avec la loi. Cela a tout à voir avec des choses comme un salaire décent, l’accès à des services de garde d’enfants, et des gouvernements qui font réellement respecter les droits et soutiennent de manière proactive les personnes qui y ont accès.

Pouvez-vous donner quelques exemples des provinces et des limitations spécifiques qui obligent les Canadiens à aller dans le Sud pour se faire avorter ?

La limite de gestation est aussi basse que 12 semaines dans un endroit comme l’Île-du-Prince-Édouard, et atteint 24, 25 semaines au Québec ou en Colombie-Britannique. Mais même si vous voulez vous faire avorter avant d’avoir atteint la limite, beaucoup de provinces n’ont que trois prestataires, alors bonne chance pour obtenir un rendez-vous.

Il y a donc beaucoup de personnes qui se rendent au Québec ou en Ontario pour se faire avorter, mais après 24 semaines, il faut aller aux États-Unis.
Et encore une fois, ce n’est tout simplement pas possible dans de nombreux cas, alors vous avez des gens qui partagent des informations sur la façon de s’auto-administrer des avortements. C’est, au moins, beaucoup plus sûr que d’essayer de se donner une hémorragie utérine avec un cintre.

La ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould, affirme que le gouvernement a retenu les transferts du Nouveau-Brunswick en faveur de l’accès à l’avortement. Quelle est la situation au Nouveau-Brunswick et comment évaluez-vous ce que le gouvernement y a fait ?

Cette décision est le résultat d’Action Canada pour la santé et les droits sexuels, ainsi que de deux ou trois autres organisations, qui ont harcelé le gouvernement fédéral pendant des années. Le Nouveau-Brunswick est ce que nous appelons une province récalcitrante. Elle vient de choisir - en violation de la Loi canadienne sur la santé et des décisions de la Cour suprême du Canada - de ne pas financer la clinique Morgentaler qui s’y trouvait, appelée Clinique 554, ce qui signifie que la clinique doit facturer les avortements.

Ils ont simplement poursuivi leur programme anti-choix, et rien n’a été fait à ce sujet. Et ce, après plus de 30 ans de gouvernements libéraux majoritaires successifs ; personne n’a pris le bâton pour les attaquer. Nous leur avons dit : " Vous avez un bâton à votre disposition, vous avez toujours eu ce bâton à votre disposition, vous pouvez retenir les transferts fédéraux en matière de santé à cette province jusqu’à ce qu’ils soient conformes à la Loi canadienne sur la santé et à la décision de la Cour suprême du Canada ".

Il n’y a qu’une seule clinique dans tout le Nouveau-Brunswick, située à Fredericton, de sorte que les gens devaient parcourir de grandes distances dans la province pour avoir accès à cette clinique. Et pendant une très longue période, il était impossible d’obtenir un avortement à l’Île-du-Prince-Édouard. Maintenant, je pense qu’il y a un fournisseur dans l’hôpital là-bas, mais cela a nécessité un énorme combat.

Toutes ces luttes courageuses sont menées par ces petites ONG féministes sous-financées afin d’obtenir ne serait-ce qu’un tout petit peu d’action. Le gouvernement fédéral a toujours eu la possibilité d’intervenir en faveur des droits des femmes.

C’était le cas au Nouveau-Brunswick. Et nous avons poussé et poussé et poussé, nous avons crié et crié et crié. Et finalement, nous avons été entendues. Et ils étaient comme, "ok, que devrions-nous faire ?" Nous avons dit, "vous retenez les transferts fédéraux en matière de santé."

Et ils l’ont fait. Pour 100 000 dollars.

Ils ont retenu un maigre 100 000 $ à quelques reprises, ce qui n’est rien, et cela n’a pas du tout influencé la province. Le Nouveau-Brunswick persiste à ne pas couvrir le coût des avortements chirurgicaux dans cette province.

Je pense que l’histoire en ce moment est que la seule clinique d’avortement du Nouveau-Brunswick a annoncé sa fermeture parce qu’elle ne pouvait pas survivre. Elle perdait de l’argent, car les femmes doivent payer pour leurs services, mais si elles ne peuvent pas se le permettre, la clinique ne les refuse pas. Ce n’était donc pas une activité économiquement viable pour eux, car il s’agit d’une clinique privée. (Ndlr : il y a une campagne pour sauver la Clinique 554).

Comment cela a-t-il été d’interagir avec le gouvernement libéral actuel ?

Une chose qui s’est produite pendant le budget 2020 - c’était juste après la naissance de mon deuxième bébé, et j’étais en congé de maternité - c’est qu’ils ont contacté Action Canada, en disant "ok, donnez-nous les six principales choses que nous devons faire pour améliorer l’accès au Canada."

Nous étions enthousiastes. Nous nous sommes dit : " Enfin, nous avons accès à ce gouvernement ". Et nous leur avons dit quoi faire, mais à part quelques danses rhétoriques, très peu a été fait.

Nous leur avons dit de créer un portail d’accès pour lutter à la fois contre la désinformation et pour que les gens disposent d’un moyen sûr de savoir où se trouvent les prestataires dans le pays. Ils y trouveraient des informations sanitaires précises sur l’efficacité et la sécurité des médicaments abortifs, des choses comme ça, pour détourner les gens de la propagande anti-choix qui circule.

Nous avons demandé - et c’est vraiment crucial pour les férus de données parmi nous - une enquête nationale sur la santé sexuelle, afin de recueillir des données, comme le nombre de personnes qui doivent se déplacer pour accéder à leurs droits sexuels dans tout le pays. Combien de personnes ne peuvent pas se payer leur contraception. Je crois qu’il y a une enquête en Colombie-Britannique qui a montré qu’un grand nombre de personnes ne peuvent pas se payer les pilules contraceptives. Cela ne s’est pas produit.

Je pense que tout ce qu’ils ont fait, c’est donner quelques subventions à certains programmes de droits sexuels. Ils ont donc pris des ONG - Action Canada a probablement reçu une partie de cet argent - et leur ont donné un ou deux millions de dollars pour gérer un programme qu’elles auraient déjà géré.

Mais lorsqu’il s’est agi des grandes mesures que le gouvernement pouvait prendre et dans lesquelles il pouvait investir, afin de favoriser l’accès, d’encourager un plus grand nombre de fournisseurs et de réduire le tourisme de l’avortement, rien de tout cela n’a été fait.

Il s’agit également d’un sujet extrêmement intersectoriel : la lutte pour un salaire minimum de 15 dollars, pour des salaires équitables, pour les soins de santé et l’assurance-médicaments. Si nous crions à propos de ces choses sur les marches de nos législatures et dans les rues, alors nous devons souligner que les droits sexuels et l’avortement sont totalement inaccessibles aux personnes qui n’ont pas d’argent, qui sont racialisées et marginalisées, ou qui vivent dans des endroits éloignés et ruraux.

Vous avez des petits groupes - nous nous réunissons à l’église de la rue Bloor et 15 personnes se présentent et nous nous asseyons comme au bon vieux temps, et nous parlons de la façon de protéger le droit à l’avortement en Ontario. Certains anciens incroyables, comme Carolyn Egan et Judy Rebick, sont encore actifs et travaillent toujours pour soutenir le droit à l’avortement, mais ils n’ont pas 20 000 jeunes derrière eux pour le moment.

Il y a manifestement une infrastructure anti-avortement très bien financée qui a une portée incroyable dans tout le pays. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l’état de cette infrastructure et qui la finance ?

Oui, ils sont financés par les mêmes groupes de droite milliardaires qui financent les mouvements aux États-Unis. Ils ont les moyens de nous écraser devant les tribunaux et par leur pouvoir de lobbying. C’est l’une des principales différences que je vois depuis que j’ai commencé à militer pour le droit à l’avortement il y a vingt ans : l’omniprésence des effets de l’argent qui a été versé dans les actions anti-choix au Canada.

À quoi cela ressemble-t-il ? C’est la prolifération des cliniques anti-choix à travers le pays. Dans certains endroits, on a un ratio de sept centres de crise de la grossesse pour un. Je suis à Kelowna en ce moment, je pense qu’ils ont un fournisseur d’avortement dans l’hôpital, et ils ont cinq ou six cliniques anti-choix ici. Et ça, c’est la Colombie-Britannique progressiste.

Le gouvernement Trudeau a la possibilité de retirer à ces cliniques leur statut d’organisme de bienfaisance, ce qui les empêcherait du jour au lendemain de recevoir des dons. Leur raison d’être est de désinformer et de détourner les gens d’un service de santé essentiel - je ne pense pas qu’une autre chose de ce genre serait autorisée à recevoir le statut d’organisme de bienfaisance. Et c’est ainsi qu’ils gagnent beaucoup d’argent. En fait, c’est probablement ainsi qu’ils obtiennent tout leur argent.

Nous pourrions simplement leur enlever cela, et les libéraux ont promis qu’ils le feraient - c’était l’un des points de discussion que nous leur avons donnés. Et puis ils ne l’ont pas fait. Je pense qu’ils ont peur de ces batailles juridiques sans fin, incroyablement bien financées. En attendant, ils pourraient tout simplement le faire. Ils pourraient choisir de se battre devant les tribunaux, comme ils le font pour les enfants indigènes depuis des décennies. Les centres de crise de grossesse anti-choix se replieraient par manque de dons.

Il y a aussi une puissante machine de lobbying anti-choix qui s’en prend aux politiciens dans tout le pays, en particulier au niveau provincial, où les soins de santé sont dispensés. Mais le gouvernement fédéral peut affecter des fonds, alors s’il le voulait, il pourrait donner des millions et des millions de dollars aux provinces et les affecter à la santé et aux droits sexuels. Il ne l’a pas fait. Ils l’ont fait pour la santé mentale, ils l’ont fait pour des raisons de COVID, ils pourraient facilement choisir de le faire pour la santé et les droits sexuels.

Les bailleurs de fonds américains soutiennent des choses comme les 40 jours pour la vie, un mouvement qui consiste à harceler les gens devant les cliniques d’avortement pendant les 40 jours du Carême. Certaines des organisations qu’ils financent louent des bus qui emmènent à Ottawa des enfants pauvres et mal informés des écoles catholiques de tout le pays, afin d’organiser une fois par an des marches géantes contre l’avortement sur les marches du Parlement.

Cet argent provient d’une coalition d’organismes tels que le Centre canadien pour la réforme bioéthique, qui est une filiale du Centre pour la réforme bioéthique des États-Unis.

Pourriez-vous décrire la portée plus large du travail de justice reproductive ? Il est évident que l’accès à l’avortement en est un élément crucial, mais quelle est la vision d’ensemble ?

C’est le socialisme. C’est un monde où les gens sont soutenus pour avoir ce dont ils ont besoin pour survivre dans ce monde. Ainsi, ils peuvent faire le choix actif de devenir parents ou de ne pas le devenir, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la nécessité. Et la seule façon d’y parvenir est de garantir les droits économiques et sociaux de tous de manière égale. Ensuite, il s’agit de combattre la misogynie, la transphobie et l’homophobie - les droits sexuels doivent vraiment être considérés ensemble.

Il est impossible de les séparer car les forces qui tentent de les supprimer comprennent également que tout est lié. C’est ce qui est si terrifiant dans le projet de décision de la Cour suprême qui a fait l’objet d’une fuite : tous ces droits sexuels sont considérés comme un tout.

Je pense qu’il est vraiment important de se rappeler que les droits sexuels n’ont jamais été obtenus par le biais de la législation - aucun politicien bienveillant ne nous les a jamais accordés. Nos droits sexuels ont toujours été conquis par des mouvements, puis certifiés par les tribunaux. Morgentaler a été gagné devant les tribunaux. Bedford, la législation sur les travailleurs du sexe, a été gagnée au tribunal.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...