Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

Les Cris déposent une requête contre le Québec pour mettre fin à l'exploitation forestière illégale et pour compenser pour les dommages passés

NEMASKA, QC, le 18 déc. 2013 - Aujourd’hui, le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) a intenté des poursuites judiciaires devant la Cour supérieure du Québec afin de suspendre les plans forestiers approuvés par le ministre des Ressources naturelles autorisant des opérations d’exploitation forestière illégales sur des territoires de chasse de familles Cries s’étendant à l’est de la ligne de partage des eaux de Mistissini et Oujé-Bougoumou. Cette requête comprend également une demande afin que la cour ordonne au gouvernement du Québec de verser plus de 13 millions de dollars pour les dommages passés.

Dans leur requête, les Cris insistent sur le fait que, depuis 2010, les plans forestiers ont permis des opérations d’exploitation forestière en violation de l’entente Baril-Moses signée en 2002, le même jour que la signature de la Paix des Braves. L’entente Baril-Moses est signée par le ministre des Ressources naturelles, Gilles Baril, et le Grand Chef Dr Ted Moses. L’entente Baril-Moses étend l’application de plusieurs dispositions forestières de la Paix des Braves aux territoires de chasse de familles Cries (territoires de trappe) s’étendant à l’est de la ligne de partage des eaux de Mistissini et Oujé-Bougoumou. Ces violations sont toujours en cours car Québec continue d’autoriser les opérations de coupe des différentes compagnies forestières.

Bill Namagoose, directeur exécutif du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), a affirmé : « Grâce à la bénédiction du gouvernement du Québec, de vastes parties de territoires de trappe Cris sont coupées à blanc, ce qui rappelle la destruction de nos terres dans les années 1990. Il n’y a là rien de progressiste ou d’éco-systémique, tel que confirmé par la perte par Résolu de sa certification du Forest Stewardship Council (FSC). »

Matthew Coon Come, Grand Chef du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) a déclaré : « Bien que conscients de nos relations productives avec le Québec, les Cris doivent prendre des mesures pour appuyer toutes les ententes conclues avec les gouvernements car, autrement, nous risquons de mettre en péril l’intégrité de cette relation de nation à nation. »

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...