Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Les conductrices et conducteurs de véhicules scolaires exigent une hausse de leur salaire pour « sauver le transport scolaire »

QUÉBEC, le 14 mai 2022 - En cette période d’octroi des contrats de transport scolaire, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) réclame du gouvernement Legault une amélioration rapide des conditions de travail des conductrices et conducteurs de véhicules scolaires pour mettre fin à la pénurie de main-d’œuvre et assurer le transport sécuritaire de tous les écoliers et écolières du Québec.

Samedi, des centaines de conductrices et de conducteurs de véhicules scolaires, autobus comme berlines, ont manifesté dans les rues de Québec et devant l’Assemblée nationale pour « sauver » le transport scolaire.

Pour garantir le droit à l’éducation

« Pour les 500 000 élèves qui vont à l’école en autobus, le droit à l’éducation passe par le droit au transport scolaire, a déclaré la présidente de la CSN, Caroline Senneville. Pour réussir en classe, encore faut-il se rendre à l’école. De toute urgence, le gouvernement doit rétablir les services. »

« À l’heure actuelle, il manque environ 1 500 conductrices et conducteurs pour assurer la couverture de toutes les régions du Québec, a expliqué la présidente du Secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Josée Dubé. Or, le gouvernement ne leur offre qu’un salaire moyen de 20 000 $ par année, soit trois fois moins que ce que les conducteurs de sociétés de transport en commun gagnent au pays, sans compter l’absence de régime de retraite et d’assurances collectives. Celles et ceux qui prennent soin de la sécurité de nos enfants méritent mieux. »

Une enveloppe « dédiée » de 90 millions $

« Cela fait des années que nous le répétons : ce qu’il faut pour régler la crise de pénurie de main-d’œuvre qui continue de sévir dans le transport scolaire partout au Québec, c’est une enveloppe dédiée exclusivement à l’amélioration des salaires, a précisé Stéphanie Gratton, vice-présidente de la FEESP-CSN. Il faut investir 70 millions $ par année, en plus des 20 millions $ octroyés par Québec par le biais de son programme d’aide financière qui n’a pas suffi à empêcher la démission de centaines de conductrices et de conducteurs jusque-là dévoués à leur travail, encore moins à en attirer de nouveaux. »

« Le transport scolaire est un service essentiel dans la région, a souligné de son côté la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Barbara Poirier. Or, le gouvernement refuse de le financer à la hauteur des besoins. Les salaires sont si bas que ça provoque des pénuries et des ruptures de service. C’est indécent ! Il est temps de régler le problème une fois pour toutes. »

Une pétition à l’appui

La CSN invite le public à soutenir la cause des conductrices et conducteurs de véhicules scolaires en signant la pétition mise en ligne sur le site de l’Assemblée nationale à l’initiative du Secteur transport scolaire de la FEESP-CSN. Déjà près de 3 000 citoyennes et citoyens ont appuyé cette initiative parrainée par la députée de Sherbrooke et porte-parole de Québec solidaire en matière d’éducation, Christine Labrie. Il reste 24 heures pour appuyer l’augmentation du financement du transport scolaire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...