Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Manifestation devant l'Assemblée nationale - La FTQ demande un réinvestissement urgent dans le secteur du transport scolaire

MONTRÉAL, le 14 mai 2022 - Des militants et militantes de la FTQ se sont rassemblés aujourd’hui à 11 heures devant l’Assemblée nationale du Québec pour réclamer un réinvestissement urgent dans le secteur du transport scolaire. Les conducteurs et conductrices ont interpellé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, pour qu’il bonifie le financement de ce secteur depuis longtemps négligé en allouant aux centres de services scolaires un montant substantiel dédié à améliorer leurs conditions de travail.

« Actuellement, les travailleurs et travailleuses du transport scolaire gagnent entre 20 000 $ et 25 000 $ par année. Ajoutons à ce maigre salaire des horaires brisés et des conditions d’exercice d’emploi déplorables… C’est inacceptable ! », déplore le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Cela fait déjà cinq ans que la FTQ et ses syndicats affiliés martèlent que le gouvernement doit réinvestir dans le secteur du transport scolaire pour y améliorer les conditions de travail. Le problème était criant bien avant la crise de la COVID-19 et, avec la hausse fulgurante de l’inflation, cela ne fait qu’empirer le problème de rétention et de recrutement dans l’industrie. Devant l’ampleur du problème et fidèle à son habitude, le gouvernement de la CAQ a récemment répondu par une maigre prime aux salariés plutôt que par une mesure structurante comme demandée par l’ensemble des acteurs de l’industrie.

« Une prime c’est bien beau, mais ça n’arrive qu’une seule fois dans le portefeuille. Il nous faut une solution permanente, pas des primes au compte-goutte ! Le problème s’aggrave année après année. Il suffit de parler aux employeurs du transport scolaire ou encore à leur Fédération qui parle d’une "pénurie de main-d’œuvre sans précédent". Ce ne sont pas des conditions décentes et encore moins attrayantes. », souligne Denis Bolduc.

« Québec doit agir rapidement par respect pour les travailleurs et les travailleuses du transport scolaire, mais aussi pour les parents des enfants qui font appel à ce service. Les familles québécoises doivent pouvoir se fier à un transport fiable, sans trajet coupé ou changements d’horaire en raison du manque de personnel. », conclut Denis Bolduc.

La FTQ compte six syndicats affiliés dans le secteur du transport scolaire : Teamsters Canada, Unifor Québec, Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC Québec), Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-298), Syndicat des Métallos, Union des employés et employées de service (UES 800).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...