Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Les élections suédoises provoquent un tremblement de terre

Les sociaux-démocrates suédois ont perdu la majorité gouvernementale lors des élections du 11 septembre. Ils seront vraisemblablement remplacés par un gouvernement de droite composé de modérés (conservateurs) et de démocrates-chrétiens, éventuellement aussi par le Parti libéral. Le gouvernement cherchera et dépendra entièrement du soutien actif des Démocrates Suédois populistes et xénophobes de droite.

Tiré du site de la Quatrième internationale
9 octobre 2022

Par Kjell Östberg

Alors que l’enjeu le plus important pour les électeurs était la santé et que la catastrophe climatique devenait de plus en plus claire, une droite agressive, avec l’aide d’une social-démocratie passive et sans idées, a réussi à dominer la campagne électorale avec des débats sur la criminalité, revendiquant le lien entre l’immigration et le crime, en évitant de faire face aux crises climatiques et en faisant plutôt campagne en faveur de l’extension de l’énergie nucléaire.

La droite a brossé un tableau de la Suède frappée par une vague de violence incontrôlée. En fait, la criminalité, y compris les crimes violents, a globalement diminué en Suède au cours des dernières décennies. Mais dans un domaine il y a eu une augmentation considérable, à savoir les affrontements armés entre gangs criminels, principalement liés à la drogue. Des centaines de personnes ont été tuées, en grande majorité des membres de gangs, mais aussi des passants. Cela a servi de prétexte pour exiger des sanctions et une répression nettement plus sévères.

Le résultat a été un virage serré vers la droite. Ce virage est particulièrement perceptible dans le bloc de droite. Son succès électoral peut être entièrement attribué aux Démocrates Suédois. Les autres partis de droite ont tous perdu des voix.

Les Démocrates Suédois, en revanche, ont gagné plus de 3 % et sont, de loin, le plus grand parti de droite. Un gouvernement bourgeois à venir dépend entièrement de leur soutien. Cela ne signifie rien de moins qu’un tremblement de terre dans la politique suédoise.

Pendant longtemps, notamment à gauche, on a pensé que le succès des Démocrates Suédois était avant tout dû à des travailleurs insatisfaits, qui seraient en fait encore des sociaux-démocrates, votant en signe de protestation pour le SD et qu’ils pourraient rapidement être reconquis avec une politique social-démocrate un peu plus radicale. Cela sous-estime grossièrement le parti politique le plus prospère de Suède.

Les Démocrates Suédois - le parti politique qui a le plus de succès

Les Démocrates Suédois ont une direction compétente et déterminée, enracinée dans des mouvements racistes et fascistes. Elle a systématiquement construit un parti fort. Enfin et surtout, elle a été en mesure d’utiliser les subventions municipales et étatiques favorables que les partis politiques reçoivent, pour donner au parti une force organisationnelle. Les Démocrates Suédois sont également le parti qui réussit le mieux à utiliser les médias sociaux avec la xénophobie comme principal message unificateur. Cela leur a notamment donné une influence croissante auprès des jeunes électeurs.

Les succès électoraux du parti sont éclatants. Lors de ses débuts parlementaires en 2010, le parti a obtenu 5,7 %. Le soutien a depuis augmenté à 12,9 %, 17,5 % et cette année 20,6 %. Aucun autre parti n’a de cohésion aussi forte. Les tentatives de la gauche pour gagner les électeurs des Démocrates Suédois ont échoué. Quatre-vingt-six pour cent des électeurs du parti de 2018 ont de nouveau voté pour le parti cette année, une fidélité au parti exceptionnellement élevée.

En effet, les Démocrates Suédois n’ont cessé de conquérir de nouveaux groupes d’électeurs, tant de droite que de gauche. Lors des élections de cette année, 14 % provenaient des modérés et 12 % des sociaux-démocrates. Les Démocrates Suédois ont longtemps été le parti le plus fort parmi les travailleurs masculins, mais de grands groupes d’entrepreneurs, et après les dernières élections, des agriculteurs votent aussi pour le parti. Le parti est politiquement homogène. La grande majorité de ses électeurs se décrivent comme étant de droite et s’identifient profondément au credo national conservateur et xénophobe des DS. Les racines et les liens des Démocrates Suédois avec des groupes racistes et fascistes ne sont pas une complication pour eux.

Jusqu’aux élections de 2018, il y avait une ligne de démarcation, de décence au sein de la bourgeoisie suédoise même, contre une collaboration avec un parti xénophobe et d’extrême droite. Cette ligne a depuis longtemps été franchie. Tout d’abord, les entreprises ont réussi à convaincre les Démocrates Suédois d’accepter la poursuite de la privatisation de l’aide sociale suédoise. Puis il n’a pas fallu longtemps avant que le leader des chrétiens-démocrates, Ebba Busch, fasse des avances et ouvre la porte à la coopération parlementaire organisée. Rapidement, chaque ligne rouge a disparu. Mais le parti n’était pas une victime si facile à attraper. Au contraire, le programme des Démocrates Suédois est devenu en grande partie celui des partis bourgeois. "Aucun autre parti ne s’est levé comme les Démocrates Suédois face à de forts vents contraires contre l’augmentation de l’immigration", a déclaré avec admiration le chef des modérés et futur Premier ministre Kristersson. Ils ont été un bon exemple dans la lutte contre la criminalité, a déclaré le chef des libéraux Johan Persson.

On voit le résultat maintenant. Aujourd’hui, les Démocrates Suédois ont dépassé les partis bourgeois traditionnels et sont le parti de droite dominant. Dans toutes les régions, en dehors des grandes villes, ils obtiennent généralement 25 à 30 % des voix, dépassant les modérés, le principal parti bourgeois des 45 dernières années, de jusqu’à 10 %. Sans aucun doute, les Démocrates Suédois ont d’excellentes opportunités d’influencer la politique du nouveau gouvernement, même s’ils choisiront probablement de ne pas le rejoindre officiellement.

Adaptation des sociaux-démocrates

Les sociaux-démocrates sont au gouvernement depuis huit ans, bien que les partis bourgeois et les Démocrates Suédois soient majoritaires au Parlement. Cela a été possible parce que deux partis bourgeois, les libéraux et le Parti du centre libéral de marché, sont parvenus à un accord politique avec les sociaux-démocrates. L’un des objectifs était de maintenir les Démocrates Suédois loin de toute influence politique. Par le biais de l’accord, les sociaux-démocrates ont fait des concessions considérables et ont accepté, entre autres, une baisse des impôts pour les hauts revenus, une réduction de la sécurité de l’emploi pour les travailleurs et l’introduction de loyers contrôlés par le marché. Le gouvernement social-démocrate a également mis en œuvre une série de mesures visant à réduire l’immigration et à placer la politique suédoise en matière de réfugiés au niveau minimum de l’UE. La surveillance aux frontières a été renforcée, le regroupement familial a été rendu plus difficile et les réfugiés ne pourront plus compter sur des permis de séjour permanents.

Lors de la campagne électorale de cette année, la tactique des sociaux-démocrates a consisté essentiellement à adapter leur programme à celui de la droite. Des questions telles que la crise climatique ou la défense de l’État-providence aujourd’hui attaqué par des intérêts commerciaux, qui faisaient formellement partie de la plate-forme électorale des sociaux-démocrates, ont joué un rôle secondaire, si tant est qu’elles aient été soulevées. Les sociaux-démocrates ont plutôt tenté de surenchérir sur la droite en réclamant des peines plus sévères - que le gouvernement ait présenté quelque 70 lois en ce sens a été un message récurrent constant. De même, le lien entre criminalité et immigration a été souligné. Une législation spéciale a été proposée pour les personnes "non nordiques" et le Premier ministre a parlé avec condescendance des "Somalitowns". De nouvelles sources d’énergie nucléaire ont également été acceptées.

La capitulation la plus notable, cependant, a été la décision d’abandonner 200 ans de politique suédoise formelle de neutralité et de soutenir l’adhésion suédoise à l’OTAN. La première réaction social-démocrate après le 24 février était qu’une adhésion de la Suède à l’OTAN contribuerait à déstabiliser davantage la sécurité de la situation politique en Europe du Nord. Cependant, après une intense campagne des partis de droite, la direction du parti a choisi, sans laisser les membres du parti prendre position, de céder à la pression. La principale raison était sans aucun doute de retirer la question de l’ordre du jour de la campagne électorale, et ils y sont parvenus. L’adhésion à l’OTAN et la guerre en Ukraine ont été complètement absentes de la campagne électorale.

Le vote du Parti de Gauche chute

Les sociaux-démocrates ont atteint leur deuxième plus mauvais résultat en 111 ans malgré une augmentation des voix, de 28,3 à 30,4 %, et ont ainsi perdu le pouvoir gouvernemental. L’augmentation du vote social-démocrate peut s’expliquer par le fait qu’il y a eu un glissement vers la droite également au sein du bloc de gauche. Le Parti de Gauche a obtenu un résultat médiocre et est passé de 8 à 6,7 %. La direction du parti a fait une campagne d’inspiration américaine autour du chef du parti tout en essayant de se présenter comme les nouveaux sociaux-démocrates. Une attention particulière a été accordée à l’objectif d’essayer de reconquérir les « travailleurs des filatures » attirés par les Démocrates Suédois.

Pour cette raison, Le Parti de Gauche a minimisé les questions qu’ils pensaient que ces travailleurs désapprouveraient, comme, par exemple, les besoins de changements de mode de vie pour sauver le climat ou l’OTAN. Le parti a également soutenu une proposition des partis bourgeois pour une forte réduction du prix de l’essence. En outre, il a exigé d’entrer dans un gouvernement rouge-vert qui inclurait également le parti néolibéral du centre - le seul parti bourgeois qui a insisté pour ne pas coopérer avec les Démocrates Suédois. En conséquence, le Parti de Gauche a perdu en particulier parmi les travailleurs qu’il tentait d’atteindre - tandis que les Démocrates Suédois ont poursuivi leur succès dans ces environnements.

En revanche, le Parti de Gauche, comme les sociaux-démocrates, s’est bien comporté dans les grandes villes. La Suède ressemble donc à de nombreux autres pays européens avec des grandes villes rouges et une campagne bleue (ou bleue/marron).
Il est clair que les forces qui offrent aujourd’hui principalement une résistance à la vague de droite font partie des mouvements qui luttent contre la crise climatique, le racisme, la répression sexuelle et l’austérité sociale. Certains syndicats, surtout au sein de l’assistance sociale et des services sociaux, se sont également radicalisés.

Aujourd’hui, la gauche a la tâche énorme de construire une large contre-offensive avec ces forces, avec la crise climatique et la défense de l’État-providence au cœur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...