Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections québécoises 2022

QUÉBEC SOLIDAIRE, QUELQUES RÉFLEXIONS POST-ÉLECTORAL

*par WILBRAY THIFFAULT*
*Candidat de la Coalition NPD-RMS dans la circonscription de Gouin*
*Élections provinciales du 15 novembre 1976*

* Fondé en 2006, Québec solidaire recueille 3,6% des votes en 2007, 3,8%
des votes et 1 député en 2008, 6,0% des votes et 2 députés en 2012, 7,6%
des votes et 3 députés en 2014. En 2018, QS recueille 16,1% des votes et
fait élire 10 députés. En 2022, QS se disant la véritable opposition au
gouvernement de la Coalition Avenir Québec vise à devenir l’opposition
officielle. Or le 3 octobre, si QS gagne un député, son vote tombe de
649,503 (16,10%) à 633,568 (15,42%). QS fait du surplus et il y a loin de
la coupe aux lèvres. Notons que de 2006 à 2019, si QS progresse à la
vitesse d’un escargot dans les sondages, QS va toujours dans la bonne
direction. Or depuis le débat sur la laïcité et l’adoption de la Loi sur la
laïcité de l’État (Loi 21), QS stagne dans les sondages. Les montagnes
russes ont remplacé l’escargot.*

Pour une analyse plus détaillée de la stagnation de QS, le lecteur peut
consulter l’article de Yves Bergeron "La CAQ profite des travers du système
électoral pour ’passer la gratte’ ", *Presse-toi à gauche*, 5 octobre 2022.

Nous passerons maintenant à certains aspects de la campagne de QS.

*1)Travail et Syndicalisme*

Commençons par le programme de QS.

PROGRAMME 2022 DE QS CHANGER D’ÈRE PLATEFORME ÉLECTORALE

11. HUMANISER LE TRAVAIL
11.3 Pour que les travailleurs aient véritablement un mot à dire dans la
gestion de leur milieu de travail, Québec solidaire s’engage à accroître
leur participation directe dans les décisions qui les concernent dans leur
milieu.
Pour démocratiser la vie au travail, nous faciliterons le processus de
syndicalisation en plus d’étendre l’autonomie des personnes salariées dans
la définition de leurs tâches quotidiennes. En cas de conflit de travail,
nous envisagerons la suspension, pour toute la durée du conflit, de toute
forme de subvention étatique, avantages fiscaux ou soutien gouvernemental à
l’entreprise.
Aussi, nous favoriserons et accompagnerons la création de coopératives de
travailleurs et travailleuses.

11.4 Pour lutter contre l’insécurité économique de la précarité au
travail, Québec solidaire s’engage à protéger les travailleurs et
travailleuses en interdisant le recours au lock-out et en étendant le droit
de grève pour les travailleurs et travailleuses, en autres en abaissant les
quotas de services essentiels dans le secteurs public. De plus, afin de ne
pas bafouer le droit de négociation collective, un gouvernement solidaire
évitera d’utiliser des lois spéciales pour forcer un retour au travail en
cas de conflit.
Nous bannirons le recours aux agences de placement de personnel dans le
réseaux de la santé et réduirons au maximum leur utilisation dans les
autres secteurs, tout en limitant le recours abusif au statut de
travailleur autonome. En cas de licenciement, nous introduirons la notion
d’indemnité obligatoire.

[...]

11.6 Un gouvernement de Québec solidaire amendera la "loi anti-scab" en
élargissant le concept d’ "établissement" pour inclure toutes les personnes
qui travaillent pour une entreprise en incluant le télétravail, sans égard
au lieu concret où elles effectuent ce travail.

En 1976 le Nouveau Parti démocratique du Québec et le Regroupement des
militants syndicaux forment la Coalition NPD-RMS et présentent 21
candidats, dont l’auteur de ces lignes, aux élections provinciales du 15
novembre 1976. Le programme reprend les revendications des travailleurs
exprimées à travers leurs organisations syndicales. Voici donc le programme :

PROGRAMME DE LA COALITION NPD-RMS

*DROIT AU TRAVAIL
1)La reconnaissance du droit au travail comme droit qui prime sur les
intérêts du capital et de la propriété privée.
2)La consignation dans les textes de lois de ce principe fondamental autour
duquel devrait s’articuler toute législation ouvrière
3)La mise en oeuvre d’une politique permettant de réaliser ce principe et
d’assurer la sécurité d’emploi.
4)L’ouverture des livres comptables, l’accès aux résultats commerciaux, aux
projets d’investissements et aux objectifs généraux des entreprises et de
chacune de leurs succursales.

[...]

LÉGISLATION DU TRAVAIL : Droit à la syndicalisation et à la liberté syndicale
1)La pleine reconnaissance du droit d’association pour tous les
travailleurs et une refonte du Code du travail permettant de l’assurer.
a)Interdiction à l’employeur de congédier un employé en période
d’organisation syndicale ;
b)Mise en place de mécanisme permettant l’accréditation sectorielle ;
c)Possibilité de dépôt d’une demande d’accréditation dès que 30% des
travailleurs auront signé une carte d’adhésion pour ensuite ordonner un
vote dans l’unité d’accréditation .
2)La pleine reconnaissance du principe de liberté syndicale, de la
possibilité de vivre le syndicalisme à l’intérieur des cadres que le
mouvement désire se donner en toute autonomie face au patronat et au
gouvernement. Cela signifie :
a)Non aux tutelles gouvernementales ;
b)Non aux ingérences de l’État dans les syndicats (contrôle des finances,
des votes de grèves, des élections, des statuts et règlements, du choix des
officiers syndicaux, etc).
3)La Formule Rand

LÉGISLATION DU TRAVAIL ; Droit à la négociation et à la grève
1)La pleine reconnaissance du droit de négociation pour tout syndicat et la
mise en place de mécanismes rendant ce droit effectif. Dans le secteur
public, la mise en place de mécanismes permettant une négociation centrale
conforme aux exigences des trois centrales FTQ-CSN-CEQ.
2)La mise en place de mécanismes permettant un règlement rapide des griefs
à l’arbitrage.
3)La pleine reconnaissance du droit de grève pour tous les travailleurs et
en tout temps comme droit inaliénable et qui ne peut être négocié. En ce
sens, reconnaissances immédiate de ce doit en cas de :
a)danger pour la sécurité physique, la santé ou l’hygiène des travailleurs ;
b)mésententes sur les cadences, les charges de travail ou les changements
technologiques ;
c)grief collectif.
4)L’adoption d’une loi rendant illégale l’utilisation de scabs et de forces
policières prévoyant que cette utilisation entraînera la fermeture
immédiate de l’entreprise et obligeant l’employeur à reprendre tous les
grévistes après une grève avec pleine reconnaissance de tous leurs droits.
5)un terme à l’utilisation d’injonction et de lois spéciales dans tous
conflits de travail et de l’intervention de la police ou de l’armée contre
les travailleurs dans les grèves, lock-out ou manifestations.
6)Un terme à l’utilisation de fiers-à-bras et de bandes armées privées
(agence de sécurité) sur les lieux de travail.

[...]

CONDITIONS DE TRAVAIL : Santé et sécurité au travail
1)La reconnaissance du droit pour un employé (droit individuel) de refuser
de travailler, sans perte de salaire pour des raisons de sécurité et
d’hygiène.
2)Le droit syndical (droit collectif) de faire cesser le travail dangereux
sur constat du délégué d’atelier ou de chantier. Reconnaissance du droit de
grève pour faire assurer la sécurité.

Que penser de ces programmes ?

Le programme de QS répond à plusieurs besoins des travailleurs et
travailleuses. Mais ce programme est aussi un recul par rapport aux
revendications des travailleurs intégrées dans le programme de la Coalition
NPD-RMS. Sont absents :
1-le droit au travail ;
2-l’ouverture des livres comptables ;
3-reconnaissance du droit de grève comme inaliénable et non négociable ;
4)la formule Rand
Qs veut aussi encourager la participation des travailleurs et travailleuses
aux décisions concernant le milieu de travail. Mais qui aura le dernier
mot ? les travailleurs et travailleuses ? le patron et/ou le propriétaire de
l’entreprise ? Quel sera le rôle du syndicat ? Des questions qui restent sans
réponse.

*2)Laïcité et Loi 21*

QS se dit en faveur de la laïcité tout en étant contre la Loi 21 qu’elle
considère discriminatoire. Alors quelle est l’alternative que QS propose ?
Or si nous consultons le programme 2022 *changer d’ère. Plateforme
Électorale*, un document de 35 pages, il n’y a rien sur la laïcité et la
Loi 21. Incroyable ! Mais vrai ! Dans le *Programme. Mis à jour au Congrès
de 2019*, un document de 95 pages, dans lequel QS affirme à la page 60 :
"C’est l’État qui est laïque, pas les individus." Mais encore une fois rien
sur la loi 21.

Alors QS a-t-il une politique ? Eh bien oui, QS a une politique, mais il
faut aller voir *La Presse. *Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS
et candidat au poste de premier ministre, promet de modifier la Loi 21. "On
va permettre le port de signes religieux pour que tout le monde puisse
travailler au Québec, peu importe sa croyance. On va ajouter des
dispositions à la loi pour que la laïcité soit rassembleuse et cohérente."
(cité par Hugo Pilon-Lacroix, "QS permettrait les signes religieux pour
tout le monde, *La Presse*, 4 juillet 2022) Premièrement GND devrait savoir
que personne n’est obligé de renoncer à ses croyances pour travailler pour
l’État. Il doit tout simplement enlever son signe religieux sur les heures
de travail. En somme pour QS et GND l’exhibitionnisme religieux est plus
important que la liberté de conscience des enfants à l’école et des usagers
des services gouvernementaux. GND dit appuyer les articles sur les services
à visage découvert. Cependant GND veut demander aux juges fédéralistes et
multiculturalistes de statuer sur la Loi 21 pour "en voir le coeur net",
affirme-t-’il. GND et QS devraient savoir que le Québec n’a jamais signé la
Loi constitutionnelle de 1982 et que les juges interprètent la Charte
québécoise en fonction du multiculturalisme canadien. L’article de la Loi
62 du gouvernement Couillard qui exigeait le service à visage découvert a
été suspendu par la Cour supérieure. De plus, demander à ces juges de
statuer sur la Loi 21, et GND devrait connaître la réponse de ces juges,
démontre la lâcheté politique de QS lequel veut laisser les juges
fédéralistes et multiculturalistes, faire le sale travail à sa place. Alors
on pourrait avoir des institutrices qui enseigneraient en burqa ou en
niqab, à moins que GND soit disposé à utiliser la clause... dérogatoire.
Deux bons points dans la politique de QS : mettre fin au financement des
écoles religieuses et les exemptions fiscales pour les organisations
religieuses. Mais dans l’ensemble, la position de QS qui se dit pour
l’indépendance du Québec et la laïcité est tout simplement pitoyable et
honteuse. QS et les opposants disent souvent que l’État est déjà laïque,
C’est faux. Le Québec fait partie du Canada et la loi constitutionnelle
affirme la suprématie de Dieu, Le Québec finance des écoles religieuses.
L’Ontario finance un réseau complet d’écoles catholiques. La propagande
haineuse des religions est protégée par le code criminel. On peut refuser
de payer des cotisations syndicales pour des raisons religieuses. La prière
débute les séances de la Chambre des communes et de la majorité des
assemblées législatives. Les religions sont exemptées d’impôt pour ne
donner que ces exemples.

Le programme de la Coalition NPD-RMs se limitait à l’école.

ÉDUCATION
[...]
5)Un système d’éducation unique, public et laïc abolissant les privilèges
liés à l’appartenance religieux et linguistiques.

Et nous étions clairs dans nos explications, pas d’enseignement religieux,
pas de signes religieux sur les murs et les personnes.
aujourd’hui, plusieurs militants et candidats de la Coalition NPD-RMS
appuient la Loi 21.

*3) Tentative d’assassinat de Salman Rushdie*

Le 12 août dernier, l’auteur du roman *Les Versets Sataniques, *Salman
Rushdie est victime d’une tentative d’assassinat, alors qu’il s’apprêtait à
donner une conférence à Chautauqua dans l’État de New York.salman rushdie
est depuis 1989, la cible d’une fatwa de l’ayatollah Khomeiny. Aucun
message de solidarité sur les comptes twitters de QS, Manon Massé et
Gabriel Nadeau-Dubois. Avaient-ils peur de froisser leurs alliés
islamistes ? de perdre leur vote ?

*4) Iran*

Le 8 septembre dernier, invitée à se prononcer à propos des féministes qui
voient dans le voile islamique un symbole d’oppression, la députée QS
Christine Labrie répond : "Aux yeux de certaines personnes, ça peut l’être.
Mais moi, ce que je considère comme de l’oppression, c’est dire aux femmes
comment s’habiller que ce soit avec un voile ou avec un autre type de
vêtement. Pour moi, on ne doit pas au Québec, dire comment les femmes
doivent s’habiller." Le 10, GND précise : "Ce que Christine a dit, j’étais à
ses côtés, c’est que de manière générale notre féminisme à nous, ce n’est
pas un féminisme qui dit aux femmes comment s’habiller et que faire ça,
selon nous, ce n’est pas cohérent avec le féminisme. Il ne s’agit pas
d"étiqueter la loi 21. [...] Et je pense surtout qu’empêcher une femme
d’aller travailler dans une école parce qu’elle pratique une certaine
religion ou qu’elle porte un certain signe religieux, je ne pense pas que
c’est une bonne chose pour le Québec." (Cité dans Patrick Bellerose
"Interdire le voile est une oppression, *Le Journal de Montréal*, 11
septembre 2022)

Nous notons que pour QS, le hijab n’est pas nécessairement de l’oppression.
C’est la Loi 21 qui est oppressive. Il est très significatif que QS ne
s’oppose pas aux Islamistes qui disent aux femmes comment s’habiller.

Le 15 septembre, on apprend la mort de l’Iranienne, d’origine kurde,Mehsa
Amini, arrêtée par la police de la moralité pour port incorrect de son
hijab, tabassée par la police et morte après trois jours dans le coma à
l’hôpital.

La militante canadienne Yasmine Mohammed qui se bat .contre l’islamisme
politique, met sur son compte Twitter une photo de Mehsa Amini et écrit :

This beautiful young woman is #Mehsa_Amini. She was beaten to death by
morality police in #Iran. Remember her face before you dare to pretend
hijab is a choice. (Sep, 13, 2022)

C’est le soulèvement en Iran. Les femmes arrachent leur hijab de leur tête
et le brûlent. Les hommes se joignent en solidarité avec les femmes. On
résiste à la police et à la Garde Révolutionnaire. La réaction de QS ?

Au départ silence radio,

Le 22 septembre, Manon Massé écrit sur son compte Twitter :

Je salue le courage des femmes qui, partout dans le monde, se battent pour
leur droit fondamental à la liberté.
Quand les femmes se lèvent pour défendre leurs droits et qu’on les fait
taire à jamais, la solidarité est notre seule arme contre l’indifférence.
(22 sep 2022)

Le 1 octobre en appui à la manifestation de Montréal, GND écrit sur le sien :

Au nom de @QuébecSolidaire je tiens à saluer le courage des Iraniennes et
des Iraniens qui se battent pour le droit à la dignité. Je suis fier de mes
collègues qui seront à la manifestation de Montréal pour relayer un message
de solidarité et de soutien, avec vous en pensées ! (1 oct 2022)

Questions pour Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois : Contre quoi le peuple
Iranien et surtout les femmes manifestent ? Quel est le morceau de tissu que
les femmes retirent de leur tête et brûlent ? Quel est la cause de la mort
de Mehsa Amini ? Allons, un petit effort. Dites le mot en "H", le HIJAB.
Avez vous peur de froisser vos alliés islamistes et de perdre leur vote ?

*5) Indépendance*
*Assemblée constituante souveraine ou sous la suzeraineté de Charles III*

Commençons par lire le programme de QS :

19. FONDER LE PAYS DU QUÉBEC

19.1 pour que le peuple du Québec puisse affirmer son droit de décider de
son avenir, Québec solidaire s’engage à lancer une démarche d’assemblée
constituante dès son arrivée au pouvoir.

L’Assemblée constituante sera paritaire et représentative, composée de
personnes élues au suffrage universel et avec pour mandat d’élaborer un
projet de constitution pour un Québec indépendant. Ce projet sera soumis à
la population par référendum et le processus sera soutenu et promu par le
gouvernement solidaire.

*changer d’ère. Plateforme électorale 2022*, p. 33

Le programme de Qs est plus élaboré que celui de la Coalition NPD-RMS qui
se contentait de reconnaître au Québec son droit à l’autodétermination.
Cependant le programme est muet sur des points essentiels. 1) Le *British
North America Act, 1867 *(maintenant le *Constitutional Act, 1867*) et
le* Constitutional
Act, 1982* seront-ils abrogés avant l’élection de la constituante ? 2) Si la
réponse à la question 1 est non, cette assemblée constituante se
tiendra-t-elle sous la suzeraineté du roi Charles III ? La question peut
sembler académique. L’Assemblée constituante doit être un processus de
prise en main et d’exercice par le peuple lui-même de la souveraineté
populaire par l’élection de ses propres délégués à cette assemblée pour
décider de l’avenir d’un Québec indépendant. Voilà pourquoi elle doit se
faire APRÈS la proclamation de l’indépendance du Québec et l’abrogation des
lois constitutionnelles de 1867 et 1982.

Concernant l’exercice du droit à l’autodétermination, on peut exprimer une
préférence mais il ne faut pas faire de nos préférence une condition sine
qua non. Car QS explique que l’indépendance doit se faire à gauche, eh bien
NON, on ne pose pas de conditions à l’exercice d’un droit démocratique.
Pour conclure cette section nous avons noté que Gabriel Nadeau-Dubois n’a
pas parlé de la nécessité de l’indépendance. Un parti se disant
indépendantiste qui ne parle pas d’indépendance, c’est comme un
parti.écologique qui ne parlerait pas d’écologie.

Que QS fera avec les questions que nous avons soulevées. Nous laisserons
les militants de ce parti en décider.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections québécoises 2022

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...