Édition du 16 avril 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Les médias comme instruments de paix

La paix n’est pas seulement l’absence de conflit armé, le concept de “juste paix” c’est aussi un travail actif pour construire une société plus égalitaire. Dans ce travail les médias tiennent une place importante.

tiré de l’infolettre :Solicitamos al Grupo de Lima que actúe frente a la crisis migratoria venezolana De Dejusticia

Por Juan David Cabrera
traduction de l’espagnol : Barbara Cardin

“Ce pays se scandalise si quelqu’un dit “fils de pute” à la télévision mais personne n’est choqué quand des enfants lavent des pare brises et demandent l’aumône. Ça, c’est juste du folklore.” Jaime Garzon

Un document émis par le programme de développement de l’ONU suggère que les médias (traditionnels et réseaux sociaux) peuvent être un instrument de paix dans les situations propices au conflit. L’argument central de ce texte est que les médias peuvent affecter de manière positive le rapport à l’autre et la cohésion sociale.

La paix n’est pas seulement l’absence de conflit armé, le concept de “juste paix” c’est aussi un travail actif pour construire une société plus égalitaire, dans ce travail les médias tiennent une place importante.

Le concept de “juste paix” décrit par Akum Longchari, universitaire originaire de l’Inde, nous dit qu’une paix durable implique la cessation (ou tout du moins la diminution) des contradictions sociales selon lesquelles certaines castes sortent toujours gagnantes et d’autres perdantes. Cette “juste paix” signifierait donc la fin de la violence institutionnelle, que je décris dans un autre article, le fait que dans la société il y a des groupes privilégiés et d’autres vulnérables, généralement caractérisés en terme de races, classes ou genres.

Ainsi, les médias pourraient constituer un instrument de paix, si leurs contenus contribuent à générer de l’empathie et un désir de justice. La position historique de subalternes et d’opprimés des groupes qui perdent au jeu social mérite une sensibilisation à la douleur de l’autre.
Les médias, en tant que créateurs de discours, peuvent propager une idéologie de classe, raciste et sexiste, ou choisir de la contrer. Cela peut certainement contribuer à l’acceptation quotidienne des autres comme nos égaux et à la compréhension du fait que certains méritent plus de protection que d’autres.

Avec ceci en tête, je voudrais suggérer quelques réflexions :

- Jusqu’à quel point les médias contribuent-ils à stéréotyper les groupes traditionnellement vus comme subordonnés ?

- Jusqu’à quel point associent-ils les afro-colombiens à des activités folkloriques, physiques et mal rémunérées ?

- Jusqu’à quel point les médias essentialisent et ridiculisent la population LGBTI ?

- Jusqu’à quel point associent-ils les femmes aux rôles de soins et de services et les hommes aux rôles officiels en relation avec le public ?

- Le fait que les médias aient cessé de relayer les informations sur le rôle de Nestor Humberto Martinez dans le plus grand scandale de corruption de ces dernières années participe-t-il à la “juste paix” ?

- Jusqu’à quel point les médias propagent-ils l’idée selon laquelle, en travaillant dur, on peut changer de classe sociale dans un pays où il faut onze générations pour qu’une famille pauvre atteigne le revenu médian ?

En fait, rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Les médias, selon le contenu qu’ils choisissent, peuvent contribuer à la juste paix par l’empathie entre les êtres.

Comme l’a dit le penseur italien Antonio Gramsci : “L’hégémonie n’est jamais absolue.”

Aujourd’hui que font les médias pour contribuer à la paix ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...