Édition du 21 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Racisme

Les organismes de défense des droits et de recheche réagissent : incompréhensible réponse de la CDPDJ

MONTRÉAL, le 6 déc. 2021 - Action travail des femmes du Québec, La Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI), Le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT), Le Groupe interuniversitaire et interdisciplinaire sur l’emploi, la pauvreté, et la protection sociale (GIREPS), Le Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec (RAFIQ) se désolent du refus de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec (CDPDJ) de mener une étude systémique sur la problématique de la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) des personnes immigrantes par les universités, alors qu’elle avait déjà reconnu le problème et même amorcé une démarche dans ce sens en 2013 pour les médecins étrangers visant les facultés de medecine.

Les organismes de défense des droits et recherche se questionnent sur la réelle motivation de ce refus. Ce revirement est d’autant plus étonnant que la CDPDJ nous a informé de sa décision de ne pas mener l’étude en raison d’un manque de ressource, le même jour où elle annonçait par voie de communiqué l’obtention d’un financement substantiel du gouvernement du Québec afin de lui permettre d’agir efficacement contre la discrimination systémique et le racisme. Notons qu’ATF, la TCRI, le CIAFT, le GIREPS, le RAFIQ attendaient une réponse depuis plus un an quant à la décision de mener cette étude.

En outre, la CDPDJ a reconnu publiquement les inégalités de traitement de la part des universités dues entre autres à la non-conformité des établissements universitaires à la politique québécoise d’éducation aux adultes, mais aussi en raison de mécanismes de reconnaissance informels et non standardisés. La CDPDJ est aussi consciente que la non-reconnaissance des acquis est le facteur principal de dévaluation et de précarisation des personnes immigrantes au Québec, particulièrement les femmes, qui font partie des catégories les plus pauvres au Québec alors qu’elles ont un niveau de scolarité supérieur à la moyenne québécoise. « Il est temps de reconnaître la valeur professionnelle de ces femmes, des forces vives pour la société québécoise, et nous sommes extrêmement contrariées du désengagement de la Commission » disent de façon unanime les organismes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Racisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...