Édition du 28 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les profs de la FSE-CSQ et de l’APEQ adoptent la proposition de règlement sectoriel, mais estiment que les enseignants méritent mieux

Négociations avec les enseignants

Québec, le 18 mai 2021. – Après que les syndicats représentés par la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ-QPAT) aient tenu des assemblées générales pour soumettre à leurs membres la proposition de règlement sectoriel obtenue du Conseil du trésor, ceux-ci ont comptabilisé hier les résultats lors d’une réunion du conseil fédéral. Ainsi, le conseil fédéral de la FSE-CSQ et l’APEQ prennent acte de l’acceptation du règlement sectoriel à hauteur de 74 %, même si plusieurs ont exprimé de nombreuses déceptions lors des votes. Par ailleurs, tous conviennent que les négociations doivent se poursuivre sur le plan intersectoriel, avec les autres syndicats membres de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), quant aux questions des salaires, des droits parentaux, des assurances, des disparités régionales et de la retraite.

«  Même si les enseignants reconnaissent des avancées intéressantes sur certains aspects comme l’insertion professionnelle et l’autonomie, on parle d’entente de résilience dans le contexte. Les enseignants ont tenu à nous signifier qu’ils sont déçus même s’ils acceptent ce règlement. Ils attendaient davantage d’un gouvernement qui semblait avoir placé l’éducation au cœur de ses priorités. Ainsi, ni l’enthousiasme ni les sourires souhaités par le ministre Roberge ne sont au rendez-vous, puisque ce règlement ne permet pas notamment d’alléger significativement la tâche des enseignants. Or, c’est justement la lourdeur de la tâche qui rend les enseignants malades et qui les pousse à quitter. C’est là un cri du cœur que le gouvernement n’a pas voulu entendre  », a déploré Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ, qui a tenu à saluer la mobilisation exemplaire des enseignantes et enseignants.

Au terme d’échanges qui ont duré environ un an et demi aux tables sectorielles, et alors que les négociations se poursuivent du côté de la CSQ pour les paramètres salariaux, les enseignantes et enseignants de la FSE-CSQ et de l’APEQ ont très bien compris :
Que la proposition de règlement ne respecte pas l’engagement de la CAQ, maintes fois répété, d’abolir les six premiers échelons de l’échelle salariale ;
Que la majoration spécifique accordée aux enseignantes et enseignants en début de carrière est de 8,2 %, et non de 18 % comme le prétend le gouvernement ;
Que les montants forfaitaires proposés ne sont pas des augmentations salariales, qu’ils ne comptent ni pour la retraite ni pour attirer la relève, puisqu’ils ne sont pas intégrés aux échelles salariales ;
Que la partie patronale n’a pas considéré l’ajout de mesures significatives pour diminuer la tâche des enseignantes et enseignants, pour cause de pénurie, et ce, même si différentes solutions ont été proposées ;
Que la progression normale dans les échelons ne constitue pas une augmentation salariale, malgré ce qui a été véhiculé.

«  Les enseignants nous ont dit qu’ils estimaient avoir obtenu tout ce que le gouvernement en place était prêt à donner sur le plan sectoriel. Ils ont quand même réussi à avancer et à faire des gains en fonction de quelques-unes de leurs priorités. Avec de vieilles stratégies politiques, le gouvernement a eu de vieilles façons de négocier alors que les enseignants avaient des solutions novatrices et voulaient des approches différentes. Comme la durée de cette entente est de trois ans, nous retournerons vite à la table à dessin pour poursuivre le travail. Beaucoup de chemin reste à faire, car nous sommes encore loin de valoriser la profession enseignante comme elle en a besoin  », a fait savoir Heidi Yetman, présidente de l’APEQ, qui a également félicité les enseignantes et enseignants pour leur mobilisation.

Rappelons que les organisations syndicales ont choisi de présenter ce projet de règlement sectoriel en deux temps aux enseignantes et enseignants, et ce, pour permettre le recul, la réflexion et les échanges, de même que pour en faciliter la compréhension globale des avantages et des inconvénients. La négociation n’est pas terminée, malgré des ententes avec d’autres qui ont servi de prétexte pour des publicités gouvernementales erronées et qui sèment la division.

La FSE-CSQ et l’APEQ profitent de l’occasion pour rappeler l’importance de reconnaitre à leur juste valeur les enseignantes et enseignants et le personnel de l’éducation du Nord, représentés notamment par l’Association des employés du Nord québécois (AENQ-CSQ), dont les négociations ne donnent pas les résultats escomptés. Les conditions d’exercice du personnel et les conditions d’apprentissage des élèves, tout comme les conditions de vie au Nord, devraient être prioritaires pour un gouvernement qui dit vouloir faire plus et faire mieux avec les communautés autochtones et inuites.

«  Nous gardons par ailleurs espoir que la négociation de nos collègues du soutien et des professionnels, qui sont membres à part entière de nos équipes‑écoles, permette d’améliorer leurs conditions de travail. Que ce soit sur le plan salarial, dans l’organisation du travail ou avec l’ajout de ressources, les améliorations demandées, même si elles sont encore ignorées par Québec, auraient un effet certain pour attirer et maintenir en poste ces collègues alors qu’ils fuient vers le privé ou vers des emplois moins précaires. Leurs conditions de travail auront également un impact direct sur notre tâche, de même que sur la quantité et la qualité des services offerts aux élèves  », ont conclu les représentantes syndicales.

On peut trouver les principaux éléments contenus au règlement sectoriel dans l’Info négo de la FSE-CSQ d’avril 2021.

Profil

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) regroupe 34 syndicats représentant plus de 65 000 enseignantes et enseignants de centres de services scolaires et de commissions scolaires de partout au Québec. Elle compte parmi ses membres du personnel enseignant de tous les secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes. Elle est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et négocie en cartel avec l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ-QPAT), qui représente les 8 000 enseignantes et enseignants des commissions scolaires anglophones du Québec. Ensemble, elles représentent 73 000 enseignantes et enseignants.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...