Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Les syndicats représentant les employés de Radio-Canada/CBC choqués par les propos désobligeants du premier ministre Harper au Québec, exigent des excuses

TORONTO, le 17 févr. 2015 - À titre de représentants des employés de Radio-Canada/CBC, nous sommes choqués par les propos inappropriés tenus par le premier ministre du Canada Stephen Harper visant des milliers de gens qui travaillent pour le diffuseur public.

Les accusations publiques du premier ministre voulant que « beaucoup [d’employés] à Radio-Canada détestent les valeurs conservatrices » sont absurdes et non fondées. Des milliers de gens travaillent à Radio-Canada/CBC partout au pays et leurs opinions politiques sont aussi variées et privées que celles de chaque Canadienne et canadien.

Le fait pour le premier ministre de désigner puis de dénigrer un groupe de travailleurs sous prétexte qu’ils ne partagent pas ses opinions équivaut à de l’intimidation dans la cours d’école, ce qui est à notre avis déshonorant pour les fonctions qu’il occupe. 

Nous nous attendons à des excuses et à l’assurance que le premier ministre respecte notre droit et le droit de chaque citoyenne et citoyen à un point de vue personnel et politique confidentiel, sans faire l’objet d’attaques dans les médias pour autant.

Le commentaire du premier ministre est tout aussi inquiétant en ce qui a trait à l’indépendance du diffuseur public et c’est pourquoi nous demandons non seulement des excuses mais aussi une rectification de ce qu’il a dit en lien avec l’indépendance accordée à Radio-Canada et de ses employés dans la Loi sur la radiodiffusion. Le diffuseur public ne doit pas être le porte-voix d’une idéologie en particulier, il existe pour permettre l’expression d’un vaste éventail de points de vue, et c’est ce qu’il fait.

Nous notons que les propos ont été tenus dans une entrevue radio au Québec où les Conservateurs ne détiennent que cinq sièges sur 75. En outre, on a vu au cours des dernières semaines, d’immenses rassemblements et concerts publics organisés en appui à Radio-Canada/CBC et critiquant vertement les compressions budgétaires débilitantes imposées par les Conservateurs.

Une majorité croissante de Canadiens aux quatre coins du pays déclare que Radio-Canada/CBC est important pour leur identité et leur culture (88%), qu’ils apprécient les perspectives canadiennes offertes par le diffuseur public (83%) et approuvent les reportages courageux présentés par Radio-Canada/CBC (90%).

L’Association des professionnels et superviseurs (APS)

Association des Réalisateurs (AR)

La Guilde canadienne des médias (La Guilde)

Syndicat canadien de la fonction publique - SCFP 675

Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) 

Syndicat des technicien(ne)s et artisan(e)s du réseau français de Radio-Canada (STARF-SCFP 5757)

Guilde canadienne des médias

La Guilde canadienne des médias est un syndicat démocratique comptant 6 mille membres qui travaillent dans le secteur des médias canadiens. Nos membres travaillent à la Société Radio-Canada/CBC, La Presse Canadienne, Thomson Reuters, l’Agence France-presse, TVO, TFO, le Réseau de télévision des peuples autochtones (aptn), ZoomerMedia, Shaw Media et la radio CKOI à Gatineau. Nous représentons également des pigistes.

Notre objectif est de favoriser les bonnes conditions de travail, pour que nos membres puissent jouir d’une carrière stable, satisfaisante et valorisante. Les Canadiens bénéficient d’une meilleure qualité de l’information et de programmation lorsque les conditions de travail dans les médias sont justes, équitables et stables.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...