Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Lettre ouverte à Noam Chomsky (et autres intellectuels partageant les mêmes idées) sur la guerre Russie-Ukraine

Cher Professeur Chomsky,
Nous sommes un groupe d’économistes universitaires ukrainiens qui avons été affligés par une série de vos récentes interviews et commentaires sur la guerre russe en Ukraine. Nous pensons que votre opinion publique sur cette question est contre-productive pour mettre fin à l’invasion russe injustifiée de l’Ukraine et à tous les mort es et les souffrances qu’elle a entraîné es dans notre pays.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Après avoir pris connaissance de l’ensemble de vos entretiens sur ce sujet, nous avons remarqué plusieurs erreurs récurrentes dans votre argumentation. Dans ce qui suit, nous souhaitons vous signaler ces schémas, ainsi que notre brève réponse :

Motif n°1 : Nier l’intégrité souveraine de l’Ukraine

Dans l’interview que vous avez accordée à Jeremy Scahill à The Intercept le 14 avril 2022, vous avez déclaré : « Le fait est que la Crimée n’est plus sur la table. Nous pouvons ne pas le partager. Les Criméen nes, eux, le partagent apparemment. »
Nous souhaitons porter à votre attention plusieurs faits historiques :
Premièrement, l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 a violé le mémorandum de Budapest (dans lequel celle-ci a promis de respecter et de protéger les frontières ukrainiennes, y compris la Crimée), le traité d’amitié, de partenariat et de coopération (qu’elle a signé avec l’Ukraine en 1997 avec les mêmes promesses) et, selon l’ordonnance de la Cour internationale de justice de l’ONU, elle a violé le droit international.

Deuxièmement, les « Criméens » ne sont pas une ethnie ou un groupe unifié de personnes – mais les Tatars de Crimée le sont. Il s’agit du peuple autochtone de Crimée, qui a été déporté par Staline en 1944 (et n’a pu revenir chez lui qu’après l’effondrement de l’URSS), et a été contraint de fuir à nouveau en 2014 lorsque la Russie a occupé la Crimée. Parmi celleux qui sont resté es, des dizaines ont été persécuté·es, emprisonnés·e sur de fausses accusations et porté·es disparu·es, probablement mort·es.

Troisièmement, si par « liker » vous faites référence au résultat du « référendum » de Crimée du 16 mars 2014, sachez que ce « référendum » a été organisé sous la menace des armes et déclaré invalide par l’Assemblée générale des Nations unies. Dans le même temps, la majorité des électeurs de Crimée ont soutenu l’indépendance de l’Ukraine en 1991.

Motif n°2 : Traiter l’Ukraine comme un pion américain sur un échiquier géopolitique

Que ce soit volontairement ou involontairement, vos interviews insinuent que les Ukrainien·nes se battent contre les Russes parce que les États-Unis les y ont incité·es, que la révolution de la Place Maïdan s’est produit parce que les États-Unis ont essayé de détacher l’Ukraine de la sphère d’influence russe, etc. Une telle attitude nie l’existence de l’Ukraine et constitue une gifle pour des millions d’Ukrainien·nes qui risquent leur vie pour le désir de vivre dans un pays libre. En d’autres termes, avez-vous envisagé la possibilité que les Ukrainien·nes souhaitent se détacher de la sphère d’influence russe en raison d’une histoire de génocide, d’oppression culturelle et de déni constant du droit à l’autodétermination ?

Motif n°3. Suggérer que la Russie est menacée par l’OTAN

Dans vos interviews, vous évoquez la prétendue promesse faite par [le Secrétaire d’État américain] James Baker et le Président George H.W. Bush à Gorbatchev selon laquelle, s’il acceptait de permettre à une Allemagne unifiée de rejoindre l’OTAN, les États-Unis veilleraient à ce que l’OTAN ne se déplace « pas d’un pouce vers l’est ». Tout d’abord, veuillez noter que l’historicité de cette promesse est fortement contestée par les spécialistes, bien que la Russie ait activement contribué à la promouvoir. Votre hypothèse est que l’expansion de l’OTAN vers l’est n’a laissé à Poutine aucun autre choix que d’attaquer. Mais la réalité est différente. Les États d’Europe de l’Est ont adhéré, et l’Ukraine et la Géorgie ont aspiré à rejoindre l’OTAN, afin de se défendre contre l’impérialisme russe. Ils avaient raison dans leurs aspirations, étant donné que la Russie a effectivement attaqué la Géorgie en 2008 et l’Ukraine en 2014. De plus, les demandes actuelles de la Finlande et de la Suède d’adhérer à l’OTAN ont été faites en réponse directe à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.
En outre, nous ne sommes pas d’accord avec l’idée que des nations souveraines ne devraient pas conclure d’alliances fondées sur la volonté de leur peuple en raison de promesses verbales contestées faites par James Baker et George H.W. Bush à Gorbatchev.

Motif n°4. Affirmer que les États-Unis ne sont pas meilleurs que la Russie.

Vous qualifiez certes l’invasion russe de l’Ukraine de « crime de guerre », mais il nous semble que vous ne pouvez pas le faire sans citer dans le même souffle toutes les atrocités commises par le passé par les États-Unis à l’étranger (par exemple, en Irak ou en Afghanistan) et, en fin de compte, sans passer la plupart de votre temps à discuter de ces dernières. En tant qu’économistes, nous ne sommes pas en mesure de corriger vos métaphores historiques et il va sans dire que nous condamnons les meurtres injustifiés de civils commis par toute puissance dans le passé. Cependant, ne pas poursuivre Poutine pour crime de guerre devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye simplement parce qu’un dirigeant passé n’a pas reçu un traitement similaire serait la mauvaise conclusion à tirer de toute analogie historique. En revanche, nous soutenons que poursuivre Poutine pour les crimes de guerre délibérément commis en Ukraine créerait un précédent international pour les dirigeants mondiaux qui tenteraient de faire de même à l’avenir.

Motif n°5. Blanchir les objectifs de Poutine pour envahir l’Ukraine

Dans vos interviews, vous vous donnez beaucoup de mal pour rationaliser les objectifs de Poutine de « démilitarisation » et de « neutralisation » de l’Ukraine. Veuillez noter que, dans son discours télévisé du 24 février 2022, qui marque le début de la guerre, l’objectif déclaré textuellement par Poutine pour cette « opération militaire » est de « dénazifier » l’Ukraine. Ce concept s’appuie sur son long article pseudo-historique de juillet 2021, niant l’existence de l’Ukraine et affirmant que les Ukrainiens ne constituaient pas une nation. Comme l’explique le « manuel de dénazification » publié par l’agence de presse officielle russe RIA Novosti, un « nazi » est simplement un être humain qui s’identifie comme ukrainien, la création d’un État ukrainien il y a trente ans a été la « nazification de l’Ukraine », et toute tentative de construire un tel État doit être considéré comme un acte « nazi ». Selon ce manuel du génocide, la dénazification implique une défaite militaire, une purge et une « rééducation » de la population. La « démilitarisation » et la « neutralisation » impliquent le même objectif – sans armes, l’Ukraine ne sera pas en mesure de se défendre, et la Russie atteindra son objectif à long terme de détruire l’Ukraine.

Motif n° 6. Supposer que Poutine soit intéressé par une solution diplomatique

Nous avons tous beaucoup espéré un cessez-le-feu et un règlement négocié, qui auraient pu sauver de nombreuses vies humaines. Pourtant, nous trouvons absurde la façon dont vous attribuez sans cesse la responsabilité de l’échec de ce règlement à l’Ukraine (pour ne pas avoir offert à Poutine une « porte de sortie ») ou aux États-Unis (pour avoir soi-disant insisté sur la solution militaire plutôt que diplomatique) au lieu de souligner la responsabilité de l’agresseur réel, qui a bombardé intentionnellement et à plusieurs reprises des civils, des maternités, des hôpitaux et des couloirs humanitaires pendant ces mêmes « négociations ». Compte tenu de la rhétorique d’escalade (citée ci-dessus) des médias russes d’État, l’objectif de la Russie est l’effacement et l’assujettissement de l’Ukraine, et non une « solution diplomatique ».

Motif n° 7. Préconiser que céder aux exigences russes est le moyen d’éviter la guerre nucléaire.

Depuis l’invasion russe, l’Ukraine vit dans une menace nucléaire constante, non seulement parce qu’elle est une cible privilégiée des missiles nucléaires russes, mais aussi en raison de l’occupation russe des centrales nucléaires ukrainiennes.
Mais quelles sont les alternatives à la lutte pour la liberté ? La reddition inconditionnelle puis l’élimination des Ukrainien·nes de la surface de la Terre (voir ci-dessus) ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le président Zelensky, avec le soutien écrasant du peuple ukrainien, supplie les dirigeants occidentaux de fournir des armes lourdes malgré la menace potentielle d’une escalade nucléaire ? La réponse à cette question n’est pas « à cause de l’Oncle Sam », mais plutôt en raison du fait que les crimes de guerre commis par les Russes à Bucha et dans de nombreux autres villes et villages ukrainiens ont montré que vivre sous l’occupation russe est un « enfer sur terre » tangible qui se produit en ce moment même et qui exige une action immédiate.

On peut soutenir que toute concession à la Russie ne réduira pas la probabilité d’une guerre nucléaire mais conduira à une escalade. Si l’Ukraine tombe, la Russie peut attaquer d’autres pays (Moldavie, Géorgie, Kazakhstan, Finlande ou Suède) et pourra également utiliser son chantage nucléaire pour pousser le reste de l’Europe à la soumission. Et la Russie n’est pas la seule puissance nucléaire au monde. D’autres pays, comme la Chine, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord, nous observent. Imaginez ce qui se passera s’ils apprennent que les puissances nucléaires peuvent obtenir tout ce qu’elles veulent grâce au chantage nucléaire.

Professeur Chomsky, nous espérons que vous examinerez les faits et que vous réévaluerez vos conclusions. Si vous accordez vraiment de l’importance à la vie des Ukrainien·nes, comme vous le prétendez, nous vous demandons de vous abstenir d’alimenter davantage la machine de guerre russe en diffusant des opinions très proches de la propagande russe.
Si vous souhaitez vous engager plus avant sur l’un des points susmentionnés, nous sommes toujours ouverts à la discussion.
Bien à vous,
Bohdan Kukharskyy, City University of New York
Anastassia Fedyk, Université de Californie, Berkeley
Yuriy Gorodnichenko, Université de Californie, Berkeley
Ilona Sologoub, ONG VoxUkraine
https://blogs.berkeley.edu/2022/05/19/open-letter-to-noam-chomsky-and-other-like-minded-intellectuals-on-the-russia-ukraine-war/
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

*********

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...